le Forum Passion-Militaria

le Forum Passion-Militaria

Le forum PassionMilitaria, n°1 en langue française dans le monde !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  PM'AriaPM'Aria  PM sur FacebookPM sur Facebook  

La Bourse Passion Militaria est désormais fermée, merci à tous.




Rejoignez la page officielle PassionMilitaria sur Facebook !

C'est par ici !



Partagez | 
 

 recherche sur un général 14/18

Aller en bas 
AuteurMessage
gégé68
Je fais partie des murs
Je fais partie des murs
avatar

Nombre de messages : 12981
Age : 77
Localisation : Alsace
Thème de collection : l'Empire Allemand ( 1870---1918 )
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: recherche sur un général 14/18   Jeu 7 Avr 2016 - 14:24

bonjour

par la présente cherche tous renseignement sur le Général  LOUIS  MODELON
1er  GUERRE    
  merci d'avance
   gégé


Dernière édition par gégé68 le Ven 8 Avr 2016 - 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
iberico68
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3950
Age : 45
Localisation : ALSACE
Thème de collection : puces et tzetzes
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: recherche sur un général 14/18   Jeu 7 Avr 2016 - 14:54

bonjour

voici ce que j ai trouvé

cdt iberico68

Les chefs de la 61e division de infanterie[modifier | modifier le code]
2 août 1914 - 31 août 1914 : général Virvaire
31 août 1914 - 22 février 1915 : général Deprez
22 février 1915 - 23 décembre 1915 : général Nivelle
23 décembre 1915 - 11 juin 1916 : général Cherrier
11 juin 1916 - 19 mars 1917 : général Vandenberg
19 mars 1917 - 15 juillet 1918 : général Louis Modelon
15 juillet 1918 - 19 février 1919 : général Blondin
1939 : général Abadié
1939 - 1940 : général Vauthier
1940 : général Lhéritier


61e Division d'infanterie : Général Louis Modelon - poste de commandement à Crouy
219e régiment d'infanterie
264e régiment d'infanterie
265e régiment d'infanterie





8e DE MARCHE DE ZOUAVES
Quatre bataillons de zouaves qui se trouvaient au Maroc en août 1914 (1er du 1er, 2e du 3e,
3e du 2e, 4e du 3e) formèrent un régiment de marche, sous les ordres du lieutenant-colonel Levêque, dans la composition de la Division Marocaine (général Humbert). C'est ce régiment qui devait devenir le 8e de marche de zouaves. Cette division, comme nous l'avons dit, fut envoyée dans les Ardennes, à la gauche des armées françaises opérant de Mézières à Belfort et fut affectée au 9e corps d'armée (général Dubois) qui, ayant laissé l'une de ses divisions en Lorraine, se trouvait réduit à une seule. Les quatre bataillons de zouaves étaient commandés respectivement par les chefs de bataillons Lagrue, Randier, Burkart et Modelon. Le commandement du régiment passera, en octobre, au lieutenant-colonel Modelon, nouvellement promu. Après les premiers engagements dans la région de la Fosse-à-l'Eau, après la retraite vers la Marne, les zouaves seront engagés dans les marais de Saint-Gond et à Mondement. En novembre, dans la région d'Ypres, en décembre dans celle de Nieuport, pas d'opérations d'envergure mais des harcèlements continuels, des petits combats. En février 1915, lorsque le régiment quitte la région, le général commandant le Groupement de Nieuport peut écrire : "Les zouaves, dans un secteur ingrat, où l'eau augmente encore les difficultés de la lutte, ont fait preuve des plus brillantes qualités militaires. La France est fière de posséder de pareilles troupes."
Transportés en Artois au mois de mai 1915, les zouaves suivent en deuxième ligne les batailIons de tirailleurs et de la Légion qui ont conquis la cote 140. Le 16 juin, le 8e zouaves attaque en tête de la division la cote 119, au sud de Souchez. Il pénètre comme un coin dans les lignes ennemies, le régiment fait face à Neuville-Saint-Waast. La première citation à l'ordre de l'armée qui lui est attribuée dit qu'il a "brillamment enlevé à la baïonnette quatre lignes de tranchées allemandes, et s'y est maintenu malgré les violentes contre-attaques de l'ennemi, sous un feu intense de l'artillerie et des mitrailleuses. Alerté dans ses cantonnements de repos, pour reprendre ces mêmes tranchées perdues, s'en est de nouveau emparé le 22 juin, par une charge menée avec un élan remarquable."
A Chaux, en Alsace, au mois de juillet, le 8e zouaves recevra son drapeau des mains du Président de la République. Amené à participer à l'offensive de Champagne en septembre 1915, le régiment atteint ses objectifs sans coup férir dans le secteur du bois Sabot et de l'ouvrage de Spandau. Il est cité pour la deuxième fois : "A pris à la baïonnette une batterie ennemie, s'est emparé de nombreuses mitrailleuses et fait un gros butin. S'est ensuite organisé et maintenu dans un secteur des plus délicats, fournissant pendant trois semaines un effort exceptionnel." Après une assez longue période de repos, qu'il utilise pour compléter ses effectifs, le régiment occupe un secteur relativement calme dans l'Oise, de mars à juin 1916. En juillet, il participe à la bataille de la Somme, puis revient sur le même champ d'action en novembre et décembre : sucrerie de Dompierre, moulin de Becquincourt, Assevillers, Belloy, dans une boue épaisse et gluante, sous un bombardement parfois sévère.
En avril 1917, le régiment conquiert sa troisième citation à l'ordre de l'armée au Mont-Sans-Nom, sur la rive gauche de la Suippe. L'assaut est donné le 17. Les zouaves, entraînés par le lieutenant-colonel Lagarde, franchissent en petites colonnes le terrain bouleversé qui sépare nos lignes des lignes ennemies, gravissent le cote 181, traversent les abris d'Hexenweg, encore remplis d'Allemands et, à 7 heures, atteignent leur objectif. Le 18, ils résistent aux contre-attaques. Le 19, à 6 heures, sur la ligne tenue par le bataillon Durand, les Allemands déclenchent une forte attaque menée par les 100e et 101e régiments d'infanterie saxonne. Les zouaves les reçoivent, debout sur la tranchée, les repoussent jusque dans leurs propres lignes et capturent une batterie. "Pendant cinq jours, dit la citation, les zouaves du 8e n'ont cessé de faire preuve d'une initiative individuelle et d'un moral qui ont fait l'admiration de tous."
A Verdun, Cumières, le bois des Caurettes, le bois des Corbeaux, 20 août 1917. Et quatrième citation : "Véritable régiment d'attaque, aussi remarquable par son superbe moral que par son parfait entraînement. Vient encore de faire preuve de ses hautes qualités manœuvrières en enlevant sur une profondeur de 3 kilomètres, une série d'organisations importantes. Marchant aussitôt de l'avant, les reconnaissances du 8e zouaves, vigoureusement commandées et faisant preuve de l'ardeur traditionnelle de leur régiment, ont pénétré dans les batteries ennemies... puis constatant, au-delà de leur objectif la présence de batteries en action, ont poussé jusqu'à elles, à travers notre propre barrage et ont détruit les défenseurs et le matériel."
Le 27 septembre, au camp de Bois-l'Evêque, le général Pétain remet au régiment la fourragère aux couleurs de la médaille militaire.
Avril 1918, c'est l'époque où le 8e zouaves porte un coup d'arrêt, à l'offensive allemande dans la Somme, puis, les 29 et 30 mai, dans le Soissonnais. Cinquième citation. La sixième est acquise après la bataille du 18 juillet où il s'enfonce de 4 kilomètres dans les lignes allemandes, "balayant dans un élan impétueux toutes les résistances". Le lendemain, il porte son avance à 11 kilomètres, il capture vingt canons, un nombre considérable de mitrailleuses lourdes et légères. Dernière bataille importante à laquelle il prend part, celle de Vauxaillon, qui lui vaut sa septième citation. Le 5 septembre 1918, il s'empare du village de Neuville-sur-Margival, progresse de 5 kilomètres, atteint la ligne Hindenbourg, attaque de nouveau les 14 et 15 sous les ordres du colonel Cadot et réalise une avance totale de 7 kilomètres.
Le 13 juillet, à Paris, le Président de la République remet au drapeau du 8e zouaves la croix de la Légion d'honneur : "Régiment superbe d'héroïsme et de vaillance qui, pendant quatre ans de guerre, sans Jamais faiblir, a dressé devant l'envahisseur la foi sacrée d'une troupe qui sait mourir pour la défense de son sol". Son histoire est jalonnée par les noms de Mondement, Boesinghe et Nieuport, la crête de Vimy et la butte de Souain, Barleux, le Mont-Sans-Nom réputé imprenable, Verdun, Villers-Bretonneux, Chaudun et Sharentigny, Margival et Vauxaillon.
Après la guerre, le régiment tiendra garnison à Oran. Il sera dissous en 1928, reformé en 1934 à Mourmelon, sorte de régiment modèle motorisé, maintenu en permanence sur le pied de guerre, doté des matériels les plus modernes. Il défile souvent devant les Parisiens, au 14 juillet, avec son vieux drapeau effiloché de 1914-1918 et sa garde en uniformes d'antan, et le drapeau neuf qui lui a été remis. Disparu en 1940 à Dunkerque, comme nous le verrons, il y brûle son drapeau. Il sera reconstitué encore une fois en 1943, avec des unités F.F.I., puis au Maroc en 1946 où il formera la 8e demi-brigade de zouaves. Il sera réduit à un seul bataillon, à Rabat en juin 1958, et disparaîtra avec les autres unités africaines.
Revenir en haut Aller en bas
iberico68
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3950
Age : 45
Localisation : ALSACE
Thème de collection : puces et tzetzes
Date d'inscription : 27/11/2010

MessageSujet: Re: recherche sur un général 14/18   Jeu 7 Avr 2016 - 14:56

Petit  historique
Du  8e ZOUAVES
PENDANT LA GRANDE GUERRE

Retour accueil
Voir les photos du 8ème Zouaves


PRELUDE
LA   RETRAITE  DE   LA  MARNE  sept. – oct. 1914
YSER
Bataille d’Artois   9 mai- 16 juin 1915
CHAMPAGNE  septembre  1915
SOMME 9 juillet---11 juillet 1916
LE  MONT-SANS-NOM  17 avril 1917
VERDUN 20 août 1917
1918
VILLERS-BRETONNEUX  avril  1918
SOISSONS---LA  CRISE  29-30 et 31 mai 1918
JUILLET  1918
LE  CHEMIN-DES-DAMES   Août—septembre 1918
CITATIONS A L’ORDRE DE L’ARMEE





par décret du 5 juillet 1919

le PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE
confère la Croix de chevalier de la Légion d’honneur
au Drapeau
du 8e Régiment de Marche de Zouaves
qui a obtenu la fourragère rouge
pour avoir été cité sept fois à l’ordre de l’Armée
au cours de la guerre (1914-1918)


Régiment superbe d’héroïsme et vaillance qui, pendant quatre ans de guerre, sans jamais faiblir, a dressé devant l’envahisseur la foi sacrée d’une troupe que sait mourir pour la défense de son sol.
  Entré le 28 août en contact de l’ennemi, il manœuvre en retraite sans faiblir jusqu’au 8 septembre où les zouaves s’arrêtent et font face. Au Château de Mondement et dans les marais de Saint-Gond, ils battent la Garde Prussienne.
 Beaux de dévouement, de courage et de sacrifice, ils dressent dans la boue de Belgique, à Boesinghe et à Nieuport, le mur inébranlable de leurs poitrines. Le 9 mai, le 16 juin et le 25 septembre 1915, sous les ordres du Lieutenant-Colonel MODELON, ils se lancent à l’attaque de la crête de VIMY et de la Butte de SOUAIN ; le 9 juillet 1916, ils se sacrifient et meurent sur les fils de fer de BARLEUX..
 Puis, sous les ordres du Lieutenant-Colonel LAGARDE, ils s’emparent, le 17 avril 1917, du MONT-SANS-NOM, réputé imprenable. LE 20 août, ils éloignent à jamais le boche de VERDUM, la citadelle inviolée.
  L’année 1918 les trouve prêts à toutes les audaces et à tous les sacrifices ; le 26 avril, ils attaquent à VILLERS-BRETONNEUX  et barrent la route d’Amiens.
Les 29 et 30 mai, alors que menaçant et terrible, monte le flot ennemi, ils accourent, se sacrifient héroïquement pour défendre la route de SOISSINS à PARIS. Ils sont encore debout le 18juillet, pour pousser de l’avant et chasser l’ennemi de CHAUDUN et de CHARANTIGNY. Et c’est en vain que du 28 août au 16 septembre, l’ennemi essaiera de s’accrocher aux falaises de l’AISNE, de tenir NEUVILLE-SUR-MARGIVAL, et le ravin de VAUXAILLON, la fougue impétueuse de ceux qui, par sept fois déjà les ont vaincus, commencera leur défaite.





«   Plaine d’Artois semblait s’ouvrer
devant Pétain, ce fils de l’Artois. »
Louis  Madelin
(Le Drame des Tranchées).
Revenir en haut Aller en bas
gégé68
Je fais partie des murs
Je fais partie des murs
avatar

Nombre de messages : 12981
Age : 77
Localisation : Alsace
Thème de collection : l'Empire Allemand ( 1870---1918 )
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: recherche sur un général 14/18   Ven 8 Avr 2016 - 12:27

bonjour

plus personne ?
Revenir en haut Aller en bas
snocxuatrom
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 423
Localisation : Centre
Thème de collection : 1° guerre mondiale
Date d'inscription : 29/06/2015

MessageSujet: Re: recherche sur un général 14/18   Mar 16 Aoû 2016 - 20:41

Bonjour gégé,
voila ce que j'ai sur ton général!
Laurent


Laurent
Revenir en haut Aller en bas
gégé68
Je fais partie des murs
Je fais partie des murs
avatar

Nombre de messages : 12981
Age : 77
Localisation : Alsace
Thème de collection : l'Empire Allemand ( 1870---1918 )
Date d'inscription : 28/11/2010

MessageSujet: Re: recherche sur un général 14/18   Mar 16 Aoû 2016 - 20:57

bonsoir

snocxuatrom

merci pour ce travail de recherche
entre temps je me suis séparer de son casque de général
avec son nom dedans mais chez un petit regret mais on ne peu pas
tout garder
encore merci
gégé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: recherche sur un général 14/18   

Revenir en haut Aller en bas
 
recherche sur un général 14/18
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» recherche béton livré a domicile
» Recherche auteur pour livre éducatif pour enfant
» recherche plan tobrouk type 202
» recherche filet de laiton
» Recherche figurine résine ashita no joe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le Forum Passion-Militaria :: Le coin de Peter (BMC): être collectionneur ! :: Vos projets et recherches historiques ou techniques-
Sauter vers: