le Forum Passion-Militaria
le Forum Passion-Militaria

le Forum Passion-Militaria

PassionMilitaria, n°1 en langue française dans le monde !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  PM sur FacebookPM sur Facebook  
Rejoignez la page officielle PassionMilitaria sur Facebook !



-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% Nike Jordan Air 200E
67.47 € 134.99 €
Voir le deal

 

 La Decima MAS

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexderome
Sergent
Sergent
Alexderome


Nombre de messages : 125
Localisation : Ile de France
Thème de collection : Uniformes allemands
Date d'inscription : 02/02/2016

La Decima MAS Empty
MessageSujet: La Decima MAS   La Decima MAS EmptyMer 3 Fév 2016 - 19:49

Comme un membre du forum me l'a demandé, je vais poster mes recherches.
Le sujet sera en deux parties, jusqu'en 1943 et les opérations du département naval et la division de fusiliers marins à partir de 1943.
Pour ne pas remplir d'un coup, je poste les sujets au fur et à mesure.

La genèse des MAS

Le théâtre d'opération militaire italien durant la première guerre mondiale est principalement alpestre, les côtes de la rive italienne de la mer Adriatique ne disposent pas de ports en eaux profondes et la chaîne du canal d'Otrante empêche le déploiement en Méditerranée de la Kayserlische und Königsliche Kriegsmarine. Ses principaux cuirassés : le Wien, le Budapest, le Szent-Istvan ou le Viribus-Unistis ont pour mission de protéger et appuyer la progression des troupes le long des côtes adriatiques. Ils sont basés dans des ports difficiles d'accès comme Pola (Pula), Trieste ou Dürres en Albanie.
Afin d'empêcher la marine austro-hongroise de menacer les côtes italiennes, l'amiral Thaon di Ravel, chef de la Regia Marina, la marine royale italienne, décide de frapper la flotte KüK dans ses propres ports où elle se croit à l'abri.

Les chantiers navals de Venise SVAN (Societa Veneziana Automobili Navali) fournissent les premières vedettes armées de torpilles ou Motoscafi Armati Silurante dont l'acronyme est MAS.
La technique d'assaut est soigneusement mise au point : un torpilleur remorque une MAS le plus près possible du port en pleine nuit -en priorité l'hiver, lors de la nouvelle Lune-, la vedette s’approche silencieusement franchissant les obstacles entravant l'accès au port, lance ses deux torpilles et rejoint le torpilleur qui l'attend au large.
La Decima MAS Imm021_20-2bc10cf
La MAS 96 exposée dans la demeure splendide de Gabriele d'Annunzio, à Gardone sur le lac de Garde, cliché que j'ai pris en visitant le Vittoriale, pas loin de Salo
Deux officiers de marine vont se rendre célèbres pour ces raids audacieux : le capitaine de corvette Luigi Rizzo qui a à son actif la destruction du cuirassé Wien dans le port de Trieste (MAS 9), le 10 décembre 1917 et du cuirassé Szent-Istvan (MAS 21) le 10 juin 1918. L'autre est Costanzo Ciano, le père de Galeazzo, futur gendre de Mussolini, qui participe avec le poète-condottiere d'Annunzio à la beffa di Buccari (la farce de Buccari). Se défiant de la surveillance du port de Buccari (Bakar sur la côte croate), les trois MAS de Luigi Rizzo (MAS 95), de Ciano (MAS 94) et de d'Annuzio (MAS 96) pénètrent dans la rade, lancent les torpilles qui ne fonctionnent pas, repérés ils doivent se replier précipitamment. Dans un geste de défi, l'ennemissime Gabriele d'Annuzio lance 3 bouteilles à la mer décorées de rubans tricolores avec un message pour les Autrichiens qui avaient mis sa tête à prix. Reprenant l'acronyme MAS, le poète en fait sa devise : Memento Audere Semper, souviens-toi toujours d'oser.

Face à l'audace de ces attaques, les Autrichiens réagissent en renforçant les défenses portuaires. Deux officiers de la marine italienne, le capitaine du génie naval Raffaele Rossetti et le lieutenant-médecin Raffaele Paolucci, projettent la création d'une torpille humaine : la mignatta (sangsue). Ils sont les précurseurs des nageurs de combat. La torpille est longue de 8 m, chargée de 175 kg de tolite avec un système d’horlogerie permettant de retarder l'explosion.

La Decima MAS Torpille-a-l-aube_11333416_1
Le cuirassé KüK Szent Istvan coulé le 10 juin 1918 par la MAs 21 de Luigi Rizzo

Lors de la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1918, les deux équipiers embarquent sur une MAS avec la mignatta en remorque. Le port de Pola en vue, la torpille est mise en marche, Rossetti et Paolucci se laissant traîner dans l'eau accrochés à la mignatta, franchissent le barrage de protection et fixent l'engin explosif sous la coque du Viribus-Unitis, navire-amiral de la flotte KüK. Repérés, ils sont hissés à bord et longuement interrogés. Juste quelques instants avant l'explosion, ils annoncent au capitaine de vaisseau Vukovic l'imminence de la destruction du navire. Les hommes d'équipage sont évacués à temps quand retentit la déflagration envoyant le Viribus-Unitis par le fond rejoint peu après par le paquebot Wien.
La Decima MAS Mignatta_1918
Durant la Grande Guerre, une unité spéciale d'Arditi, les troupes de choc italiennes, est créée afin de mener des actions de sabotage ou de reconnaissance derrière les lignes ennemies. La rivière Piave étant la ligne de front depuis la défaite de Caporetto, il faut donc trouver des nageurs expérimentés, qui seront entraînés aux combats à main nue ou à l'arme blanche. Cette unité prend le nom de Caïmans du Piave. En maillot de bain, le corps enduit de graisse pour les protéger du froid, barbouillés de noir et armés d'un poignard, ils opèrent de nuit. Ils préfigurent les premiers nageurs de combat.
Revenir en haut Aller en bas
Alexderome
Sergent
Sergent
Alexderome


Nombre de messages : 125
Localisation : Ile de France
Thème de collection : Uniformes allemands
Date d'inscription : 02/02/2016

La Decima MAS Empty
MessageSujet: Re: La Decima MAS   La Decima MAS EmptyJeu 4 Fév 2016 - 23:54

Les concepteurs

Durant l'entre-deux-guerres, la Regia Marina ne juge pas utile de développer les techniques d’assaut mises au point durant la Grande Guerre. L'ennemi héréditaire autrichien n'a plus d'accès à la mer et les deux puissances navales que sont la Royale Navy et la Marine Nationale en Méditerranée ne sont pas des dangers pour l'Italie de Mussolini depuis la conférence de Stresa.

Mais le déclenchement de la guerre d’Éthiopie va bouleverser l'équilibre naval. En septembre 1935, la Home Fleet passe le détroit de Gibraltar, rejoignant la Mediterranean Fleet pour une démonstration de force:une centaine de navires croisent dans le Mare Nostrum. La marine italienne comprend qu'elle ne peut rivaliser avec la flotte britannique et reprend l'idée qu'avant de l'affronter, la destruction d'une partie des navires dans ses ports ramènerait un équilibre des forces.

Deux ingénieurs officiers du génie naval: Elios Toschi et Teseo Tesei reprennent l'idée de la mignatta tout en l'améliorant. La première torpille automotrice pilotée appelée SLC (Siluro a Lenta Corsa) fabriquée avec des moyens de fortune sort des ateliers de l'arsenal San Bartolomeo de la Spezia en octobre 1935. Testée en présence de l'amiral Falangola, inspecteur de l'arme sous-marine,l'essai est concluant, deux SLC sont commandés à l'arsenal puis deux autres encore, légèrement modifiés.
Revenir en haut Aller en bas
Alexderome
Sergent
Sergent
Alexderome


Nombre de messages : 125
Localisation : Ile de France
Thème de collection : Uniformes allemands
Date d'inscription : 02/02/2016

La Decima MAS Empty
MessageSujet: Re: La Decima MAS   La Decima MAS EmptyVen 5 Fév 2016 - 0:03

Les engins d'assaut sous-marins

-Le SLC
La torpille automotrice que les nageurs de combat appellent communément maiale (cochon) mesure  dans sa version définitive 7,30 m. et est composée de trois parties distinctes :
-à l'avant: la tête de service, de forme arrondie pour faciliter la navigation, contient 260 kg d'explosifs et est détachable à l'aide d'un collier. La mise à feu est déclenchée par une minuterie.
- le corps central, de forme cylindrique comporte le compartiment équipage pour les deux opérateurs assis en tandem sur deux sièges, les pieds posés sur des étriers. Le pilote-un officier- posté à l'avant dirige la torpille avec les organes de commande et les instruments de contrôle phosphorescents (compas magnétique, montre, voltmètre). Derrière, le second est un sous-officier scaphandrier chargé de fixer la torpille grâce aux outils (serre-joints, coupe-filets...) placés dans un coffre métallique à l'arrière. Le corps central contient la batterie d'accumulateurs fournissant 150 ampères/heure.
-la queue : de forme conique,contient le moteur de propulsion et l'armature où se trouvent le gouvernail et les deux hélices coaxiales à rotation inverse. Par la suite, une unique hélice tripale puis quadrupale sera adoptée.
La vitesse maximale de l'engin est de 3 nœuds pour une autonomie de 10 milles à 2,5 nœuds. Le maiale peut descendre jusqu’à 30 mètres.

La Decima MAS Slc110
Le SLC


-le SSB
Le Siluro San Bartolomeo (ou torpille San Bartolomeo), fabriqué dans les chantiers navals éponymes de la Spezia est un maiale amélioré, plus rapide et plus stable. Les essais effectués en 1943 furent concluants mais l'armistice du 8 septembre ne permit pas la mise au point d'opérations de torpillage.

Les engins de surface
La Decima MAS MTM
-Le MTM ou barchino esplosivo
Le MTM (pour Motoscafo di Turismo Modificato : canot de tourisme modifié), prévu pour être transporté entre les deux flotteurs d'un hydravion Savoia-Marchetti SM 55 est un petit bateau à fond plat, de 6,11 m et pouvant filer à 31 nœuds. A la proue, une charge d'explosive de 300 kg de tritolital est prévue pour se déclencher à l'impact à la profondeur choisie (variant de 3 à 12 m).
Le pilote dirige l'engin lancé à toute allure vers son objectif , s’éjecte du bateau en utilisant le dossier du siège comme radeau de sauvetage.
La Decima MAS Mtm2


-Le MTS ou Motoscafo Turismo Silurante
Descendant des MAS qui s'étaient illustrées durant la Première Guerre Mondiale, le MTS est un canot de tourisme lance-torpilles, doté d'un moteur Alfa-Romeo de 90 CV, atteignant 28 nœuds. Long de 7,15 m, le MTS est armé de deux torpilles placées de part et d'autre du moteur.
La Decima MAS Mtsm10
-Le MTSM ou Motoscafo Turismo Silurante Modificato
Le MTS ayant montré ses limites, une nouvelle version modifiée et améliorée est livrée à la Decima MAS en avril 1942. L'embarcation mesure 8,30 m et est équipée de deux moteurs Alfa-Romeo  lui permettant de filer à 34 nœuds avec une autonomie de 200 milles. Armé d'une seule torpille et de deux grenades antinavire de 50 kg chacune, les MTSM sont manœuvrés par un équipage de deux hommes.
La Decima MAS Mtsm_110


Dernière édition par Alexderome le Mer 11 Avr 2018 - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alexderome
Sergent
Sergent
Alexderome


Nombre de messages : 125
Localisation : Ile de France
Thème de collection : Uniformes allemands
Date d'inscription : 02/02/2016

La Decima MAS Empty
MessageSujet: Re: La Decima MAS   La Decima MAS EmptyVen 5 Fév 2016 - 0:13

Les moyens de transport et d'approche.
La Decima MAS 1454 le fameux Scirè, le sous-marin du capitano di corvetta Borghese, avec les cylindres de transport des SLC
Durant la Première Guerre les mignatte, ces premières torpilles autopropulsées, étaient transportées par des contre-torpilleurs ou par des MAS avant d'être mises à l'eau. Mais ce moyen est facilement repérable et s'avère dangereux. L'état-major de la marine retient comme idée l'emploi de sous-marins transporteurs. Arrimer les SLC sur le pont compromet la stabilité en navigation du submersible et entraîne la dégradation des maiale, le génie naval conçoit alors des cylindres étanches (appelés aussi valises) pouvant en contenir un chacun. Trois cylindres sont disposés sur le pont: deux en poupe, un  en proue. Le choix se porte sur deux sous-marins de la classe Adua : le Gondar et le Scirè. Afin d'aménager les « valises », le canon de 100/47 est débarqué ainsi que ses munitions. Dix sous-marins vont être modifiés, outre le Scirè et le Gondar , seuls l'Iride et l'Ambra seront opérationnels.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La Decima MAS Empty
MessageSujet: Re: La Decima MAS   La Decima MAS Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La Decima MAS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mariassalto : les hommes de la Decima Mas au service de la Royal Navy.
» Nuit du 18 au 19 décembre 1941, raid de la Decima Mas sur Alexandrie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le Forum Passion-Militaria :: La seconde guerre mondiale (WW2) :: Les forces de l'Axe :: L' Italie :: Histoire, chefs de guerre, divers-
Sauter vers: