le Forum Passion-Militaria

le Forum Passion-Militaria

PassionMilitaria, n°1 en langue française dans le monde !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  PM sur FacebookPM sur Facebook  
Rejoignez la page officielle PassionMilitaria sur Facebook !



La bourse PassionMilitaria est FERMÉE

Le Deal du moment :
TINEO Matelas bébé climatisé 60 x ...
Voir le deal
36.99 €

 

 1870 : le bon Mattos !

Aller en bas 
AuteurMessage
CAVE CANEM
Général de Division
Général de Division
CAVE CANEM

Nombre de messages : 1416
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes du XVIIIè siècle
Date d'inscription : 16/12/2013

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptyVen 26 Déc 2014 - 18:26

1870 : le bon Mattos ! 6wba

M. William-Nicolas de Mattos devint, sous la
« dictature » de Léon Gambetta, à Tours et à Bordeaux,
l'un des principaux fournisseurs de vivres, de
matériel et de munitions du gouvernement
français.
M. de Mattos passa successivement avec M. Gambetta
trois marchés :
Un marché de cartouches Chassepot,
Un marché de selles de cavalerie,
Et un marché de harnais.
Les cartouches Chassepot furent payées à M. de
Mattos 148 fr. le mille, alors que plusieurs maisons
anglaises offraient ces cartouches à 93 fr. 75, soit 54
fr. de moins.
Les selles de cavalerie furent payées à M. de Mattos
150 fr. l'une, alors que le fabricant lui-même les
avait offertes directement pour 87 fr. 50 à M. Gambetta.
Au surplus, le Trésor et, par conséquent, les contribuables
ont perdu une somme considérable sur l'ensemble
des marchés de selles passés pendant que M.
Gambetta était ministre de la guerre.
Qu'on en juge :
Dans une série de 26 marchés, la fourniture de
33.800 selles correspond seule à une dépense d'environ
5 millions de francs.
Or, 30.000 de ces selles, du modèle anglais, achetées
au prix de 150 fr. pièce, pouvaient être obtenues
au prix de 90 fr. au maximum.
C'est une perte totale, pour le Trésor et pour les
contribuables, d'environ 2 millions de francs.
Quant aux harnais, M. Gambetta les paya à M.
de Mattos 550 fr. le jeu, alors qu'au même moment le
fabricant de Londres les offrait directement pour le
prix de 406 fr., soit 144 fr. de moins.

Extrait d'un journal des années d'après guerre....
Le nom de Mattos s'est 'il transformé en matos (matériel) dans le langage militaire pour désigner des fournitures ?
Cdlt
Philippe
Revenir en haut Aller en bas
Crevette
Administrateur
Administrateur
Crevette

Nombre de messages : 35107
Age : 64
Localisation : Haut Doubs
Thème de collection : reconstitution XVII° et XVIII°.
Date d'inscription : 02/03/2009

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptyVen 26 Déc 2014 - 18:32

Possible Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://guerrede30ans.unblog.fr/
André
Lieutenant
Lieutenant
André

Nombre de messages : 593
Localisation : sud
Date d'inscription : 30/01/2009

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptyVen 26 Déc 2014 - 18:48

Il y a pire qu'un débutant sans documentation en militaria... il y a le contribuable Laughing

Merci pour la petite histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Castelnau
Général d'Armée
Général d'Armée
Castelnau

Nombre de messages : 1786
Localisation : BZH
Thème de collection : livres
Date d'inscription : 09/12/2013

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptyVen 26 Déc 2014 - 19:46

Je suis confondu d'émerveillement devant le caractère immuable de ces caractères, qui demeurent alors que les régimes passent : l'intermédiaire est véreux, le politicard pourri, et le contribuable cocu ! Comme l'écrivait Lampedusa, "Il faut que tout change pour que rien ne change"........ Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Savoia
Général d'Armée
Général d'Armée
Savoia

Nombre de messages : 1826
Localisation : En montagne
Thème de collection : Alpin
Date d'inscription : 26/02/2011

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptyVen 26 Déc 2014 - 23:14

haha c'est un peu comme maintenant, on ne change pas les mauvaises habitude hein ^^

merci du partage !!
Revenir en haut Aller en bas
dbiker
Je fais partie des murs
Je fais partie des murs
dbiker

Nombre de messages : 7387
Age : 75
Localisation : Vendée
Thème de collection : armes Fr. 19ème, Japon, Couteaux US ww2 et + si affinité
Date d'inscription : 09/10/2011

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptySam 27 Déc 2014 - 10:09

Cet homme était prévoyant. c'était sans doute pour financer les futures plaques des rues et places à son nom.
Par contre y a-t il une raison ou une explication ? Je croyais Gambetta exemplaire ! Les hommes du passés étaient-ils pires ou équivalents à ceux d'aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Castelnau
Général d'Armée
Général d'Armée
Castelnau

Nombre de messages : 1786
Localisation : BZH
Thème de collection : livres
Date d'inscription : 09/12/2013

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptySam 27 Déc 2014 - 11:15

Je serais tenté de dire, si par "les hommes", tu veux parler des hommes politiques" qu'ils sont équivalents depuis, en gros, la période qui va de mars 1876 à janvier 1879, c'est à dire depuis l'affermissement de la démocratie parlementaire et la démission du dernier garde-fou, ou plutôt "garde-fous", le maréchal de Mac-Mahon, si l'on fait, naturellement, abstraction du général De Gaulle.


Montesquieu, dans l'Esprit des lois, avait énoncé que le principe du gouvernement républicain est la vertu, mais il avait omis d'écrire que son but est la réélection, et que le moyen de la réélection est la corruption.

Par contre, le même Montesquieu avait vu justement, et s'était projeté au moins jusqu'en 2014, quand il écrivit que "le principe de la démocratie se corrompt, non seulement lorsqu’on perd l’esprit d’égalité, mais encore quand on prend l’esprit d’égalité extrême,..." Nous y sommes en plein ! Une grande partie des maux dont souffre notre pauvre pays depuis 1792 est concentrée en cette simple demi-phrase.

L'autre moitié de la même phrase est "..., et que chacun veut être égal à ceux qu’il choisit pour lui commander"  Je m'en tiens à l'avis des plus autorisés de ce père de la sociologie, et ajoute, et ceci n'est plus du Montesquieu mais du Castelnau, "..., et que, pour s'en assurer, il élit les plus médiocres, à son image ou pire, achevant ainsi de corrompre le principe démocratique qui voudrait que l'on élût les meilleurs."

Cette tentative de réponse de convient-elle, cher Dbiker ?
Revenir en haut Aller en bas
dbiker
Je fais partie des murs
Je fais partie des murs
dbiker

Nombre de messages : 7387
Age : 75
Localisation : Vendée
Thème de collection : armes Fr. 19ème, Japon, Couteaux US ww2 et + si affinité
Date d'inscription : 09/10/2011

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptySam 27 Déc 2014 - 12:08

En réalité il y a bien longtemps que je me suis fait une opinion sur tous ces "hommes".
Malheureusement au plus bas de l'échelle, au moins 50% ne valent pas mieux !
Revenir en haut Aller en bas
CAVE CANEM
Général de Division
Général de Division
CAVE CANEM

Nombre de messages : 1416
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes du XVIIIè siècle
Date d'inscription : 16/12/2013

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptySam 27 Déc 2014 - 12:56

Souvenons nous de Kerfank...

Après la guerre de 1870, une commission d'enquête parlementaire établit le terrible sort qu'avaient subi les soldats de l'armée de Bretagne au camp de Conlie en raison de la défiance manifestée par Gambetta à l'égard d'une troupe dont il avait pourtant été à l'initiative.

Le 4 septembre 1870, la République est proclamée à Paris. Léon Gambetta croit son heure venue : le 7octobre, il quitte, en ballon, la capitale encerclée par les Prussiens. Quelques jours plus tard, il est suivi par le comte Émile de Keratry, député libéral du Finistère depuis 1869, opposant à l'Empire.
Le 22octobre, Gambetta nomme Keratry général, commandant les gardes nationaux mobilisés dans les cinq départements bretons.
Ces recrues rappelées sous les drapeaux, doivent être regroupées dans un camp retranché installé à Conlie, entre Le Mans et Laval.
En cinq semaines les travaux sont terminés malgré des conditions très difficiles soulignées dans une lettre du 25 novembre : «Des pluies diluviennes mettent, depuis dimanche, nos chantiers en déroute, et c'est en vain que nous avons essayé de travailler la nuit. Le camp est une vaste nappe de boue dans laquelle nous enfonçons à mi-jambe.» De fait, les soldats surnomment leur camp «Kerfank», la ville de boue. Avec les premières neiges, précoces en ce terrible hiver, les maladies se développent : fièvre typhoïde, variole, etc.
Le 15 décembre, Gaston Tissandier, qui fait le tour des champs de bataille en ballon, décrit la situation qu'il a trouvée à Conlie : «Est-ce bien un camp ? C'est plutôt un vaste marécage, une plaine liquéfiée, un lac de boue. Tout ce qu'on a pu dire sur ce camp trop célèbre est au-dessous de la vérité. On s'y enfonce jusqu'aux genoux dans une pâte molle et humide. Les malheureux mobiles et pataugent dans la boue. Ils sont là 40.000, nous dit-on, et, tous les jours, on enlève 500 ou 600 malades..»

Mais le pire est que l'armée de Bretagne est l'objet du rejet et des suspicions de Gambetta qui n'y voit qu'une tribu de Chouans capables de renverser la République. Aux 12.000 hommes envoyés rejoindre les troupes de la Loire en novembre, il refuse des fusils Remington pourtant initialement prévus pour eux et ne fournit que 4.000 carabines Spencer sans munitions. Keratry écoeuré démissionne,
Le nouveau commandant, le général de Marivault envisage le repli vers Rennes. Et l'insoutenable est à venir lorsque, sur ordre de Gambetta qui craint toujours une nouvelle contre-révolution bretonne, les 19.000 Bretons engagés au Mans n'auront en fait reçu juste avant que des fusils Springfield à chargement par la bouche, provenant des surplus de l'armée américaine après la guerre de Sécession : des armes totalement obsolètes et en mauvais état, les cartouches fournies sont avariées. Ainsi, lors de la bataille des 10 et 11 janvier 1871, malgré leur courage, les soldats improvisés sont décimés par les Prussiens, nombre de leurs armes explosant lorsqu'ils tirent...
Chanzy rend ces troupes bretonnes responsables de la défaite mais, le général de Lalande déclarera devant une commission d'enquête parlementaire : «Je crois que nous avons été sacrifiés. Pourquoi ? Je n'en sais rien. Mais j'affirme qu'on n'aurait pas dû nous envoyer là, parce que l'on devait savoir que nous n'étions pas armés pour faire face à des troupes régulières.»


Le polémiste Léon Bloy, ayant recueilli les témoignages des survivants de Conlie en tira un récit «La Boue», publié dans son ouvrage «Sueur de sang» en 1894 :
« (...) Sur une masse de 45 bataillons, six seulement furent opposés à l'ennemi, dans les plus atroces conditions imaginables.(...) Il paraît que ces fiévreux, mangés de vermine et incapables de défendre leur peau une demi-minute, étaient redoutés comme chouans probables ou possibles. Rien ne prévalut contre cette imbécile crainte et les malheureux furent sacrifiés odieusement dans les circonstances précises où devaient s'accomplir le dernier et suprême effort de la guerre de résistance.(...) Quand les hommes avaient accompli les corvées indispensables à la quotidienne existence, ils étaient à bout de force, à moitié morts d'épuisement. On voyait des êtres jeunes et robustes, les plus intelligents peut-être, dont on eut pu faire des soldats, s'arrêter, privés d'énergie, enfoncés dans la boue jusqu'aux genoux, jusqu'au ventre, et pleurer de désespoir. (...) À Conlie, (...) plus on crevait, plus la boue montait. Si, du moins, c'eût été de la bonne boue, de la saine argile délayée par des météores implacables ! Mais comment oser dire ce que c'était, en réalité, cette sauce excrémentielle ou les varioleux et les typhiques marinaient dans les déjections d'une multitude ? (...) Même après vingt ans, ces choses doivent être dites, ne serait-ce que pour détendre un peu la lyre glorieuse des vainqueurs du Mans qui eurent, en vérité, la partie beaucoup trop belle.
Il ne serait pas inutile, non plus, d'en finir, une bonne fois, avec les rengaines infernales dont nous saturent les moutardiers du patriotisme sur l'impartialité magnanime et le désintéressement politique de certains organisateurs de la Défense.»
Revenir en haut Aller en bas
Castelnau
Général d'Armée
Général d'Armée
Castelnau

Nombre de messages : 1786
Localisation : BZH
Thème de collection : livres
Date d'inscription : 09/12/2013

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptySam 27 Déc 2014 - 14:17

Comme c'est bien dit, Cave Canem !

Gambetta était un fou furieux, un mégalomane et une fripouille; il fut d'ailleurs collaborateur de Crémieux, ce qui constitue un certificat d'ignominie des plus probants........
Revenir en haut Aller en bas
dbiker
Je fais partie des murs
Je fais partie des murs
dbiker

Nombre de messages : 7387
Age : 75
Localisation : Vendée
Thème de collection : armes Fr. 19ème, Japon, Couteaux US ww2 et + si affinité
Date d'inscription : 09/10/2011

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptySam 27 Déc 2014 - 15:43

Comme quoi, tous bons à jeter dans les même latrines !
Revenir en haut Aller en bas
Castelnau
Général d'Armée
Général d'Armée
Castelnau

Nombre de messages : 1786
Localisation : BZH
Thème de collection : livres
Date d'inscription : 09/12/2013

1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! EmptySam 27 Déc 2014 - 16:02

Point n'est besoin de les y jeter, puisqu'ils y plongent spontanément avec délices........ Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




1870 : le bon Mattos ! Empty
MessageSujet: Re: 1870 : le bon Mattos !   1870 : le bon Mattos ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
1870 : le bon Mattos !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le Forum Passion-Militaria :: L'histoire et les guerres anciennes :: De la période Napoléonienne et de la 3ème République :: Histoire, divers-
Sauter vers: