le Forum Passion-Militaria

le Forum Passion-Militaria

Le forum PassionMilitaria, n°1 en langue française dans le monde !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  PM'AriaPM'Aria  PM sur FacebookPM sur Facebook  

La Bourse Passion Militaria est FERMÉE.




Rejoignez la page officielle PassionMilitaria sur Facebook !

C'est par ici !



Partagez | 
 

 Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Dim 27 Sep 2015 - 20:22

Merci beaucoup Arno, c'est vraiment sympa !!

Poddichini.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 29 Sep 2015 - 18:54

Bonsoir à tous,

voici la présentation d'une affiche reçue aujourd'hui : affiche militant pour le vote "OUI" au référendum sur l'autodétermination de l'Algérie.
Ce référendum se déroula en métropole, dans les trois départements algériens et le Sahara, ainsi que dans les territoires d'outre-mer, le 8 janvier 1961. La question posée aux Français était la suivante : approuvez-vous le projet de loi soumis au peuple français par le président de la République et concernant l'autodétermination des populations algériennes et l'organisation des pouvoirs publics en Algérie avant l'autodétermination ?
Le résultat du référendum fut un "oui" massif : près de 75%, avec près de 23 millions de bulletins exprimés sur environ 32 millions d'inscrits.

Cette affiche incite à voter OUI au référendum, certes pour permettre aux Algériens de s'exprimer ensuite sur leur devenir. Mais le message est clair : voter OUi afin que l'Algérie devienne indépendante mais reste pour autant dans le giron français, en une sorte d'association avec la France. De nombreux intérêts français persistent après l'indépendance, avec entre autre l'exploiation du pétrole saharien mais pas seulement.

Elle fut imprimée à l'initiative du mouvement pour la communauté (MPC), créé à Paris en 1959 dans le but de soutenir la politique algérienne de Charles de Gaulle. Pour faire simple, ce sont de jeunes militants gaullistes du RPF qui ont mis en place ce mouvement dans le but également de rapprocher les deux communautés : française et algérienne. On remarque bien en haut à gauche le rappel de la croix de Lorraine et le "V" de la victoire, signe caractéristique de De Gaulle, geste effectué notamment lors de la présentation de la Constitution, place de la Nation en 1958.

Poddichini.



Revenir en haut Aller en bas
firstblood
Je fais partie des murs
Je fais partie des murs
avatar

Nombre de messages : 11171
Age : 50
Localisation : Breton dans le desert du Nevada USA
Thème de collection : Le WWII en general avec un faible pour le Japonais
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 29 Sep 2015 - 19:23

Re

Encore une belle affiche.

Phil
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 29 Sep 2015 - 19:57

Hello Phil,

merci, oui, elle est sympa, en excellent état; et donne une idée d'une partie de l'opinion publique de cette époque.

Poddichini.
Revenir en haut Aller en bas
JLUC
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 56
Localisation : Paris
Thème de collection : Infanterie coloniale et médailles
Date d'inscription : 25/04/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 29 Sep 2015 - 22:05

Bonsoir Poddichini,

Doublement merci pour ce partage et pour le développement historique qui s'y attache.
Une page d'histoire toujours douloureuse de part et d'autre de la méditerranée.. plus de 50 ans après.

Belle affiche, et une de plus Very Happy
Cordialement,
JLUC
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 29 Sep 2015 - 22:22

Bonsoir JLUC,

de rien pour le partage, et oui vous avez raison, cette histoire est encore douloureuse de chaque côté de la Méditerranée, et difficile à enseigner également.

Poddichini.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Dim 11 Oct 2015 - 9:32

Bonjour à tous,

voici pour le plaisir un buste d'adjudant d'un régiment d'infanterie coloniale, période Indo/Algérie, avec tenue de jour (deux exemplaires différents) et tenue de sortie !







Poddichini.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Dim 18 Oct 2015 - 13:28

Bonjour à tous,

on parle souvent, lorsqu'on aborde la colonisation française, du Maghreb, de l'AOF, de l'AEF, de l'Indochine. On parle beaucoup moins, en revanche, des colonies françaises en Océanie. Toutes les îles françaises de cet océan étaient regroupées en un vaste protectorat, dont la superficie était immense !

Voici donc une nouvelle carte dans ma collection : celle des Etats du protectorat d'Océanie, de la fin du XIXème siècle (je ne connais pas l'Atlas d'où provient cette carte). Parfait état, et douée de détails très intéressants.

Voici donc quelques éléments pour comprendre la façon dont la France s'est emparée de ces territoires :

- Nouvelle-Calédonie : arrivée française à la fin du XVIIIème siècle (expédition La Pérouse), installation des premiers missionnaires au début des années 1840, colonie proclamée en 1853 et organisation de la défense militaire dès 1854. Port-de-France devient Nouméa en 1866 et est le lieu d'une garnison sur les hauteurs (regardez sur la carte, on a l'indication d'un blockhaus à 90m de hauteur).

- îles de la Loyauté : anciennement îles Loyalty, sont une terre importante pour les missionnaires européens, d'abord britanniques (installant le protestantisme; et dont on comprend désormais le nom britannique originel...) puis français (le catholicisme).  

- Taiti et Moorea : d'abord le fait d'expéditions portugaises et anglaises, Taiti ne devient française seulement en 1880 (alors anglaise mais dont la souveraineté du roi Pomare V était respectée). Dès l'organisation de l'île en colonie, les habitants de l'île sont déclarés citoyens français, et fêtent le 14 juillet 1881 la fête nationale. 1890 voit l'organisation de Papeete en commune de la République française.
Moorea, écrit aupravant Mourea, est française depuis 1843.

- les îles Marquises : le français Aubert-du-Petit-Thouars débarque dans l'archipel et en prend possession en 1842. L'île doit alors servir de lieu de déportation pour les criminels continentaux.

Tous ces territoires sont regroupés sous la dénomination Etablissements français d'Océanie, de 1880 à 1946, avant la division en Départements d'Outre-mer ou Territoires d'Outre-mer.











Poddichini.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 20 Oct 2015 - 13:42

Bonjour,

voici en partage un de mes écrits datant d'il y a 3-4 ans sur le sujet suivant : Gouverner et administrer les sociétés coloniales.
Il est évident qu'aucune utilisation ne peut être faite de cet article sans mon accord....

Poddichini.


Gouverner et administrer les sociétés coloniales



A partir du XVIIème siècle, des hommes venus de plusieurs nations européennes se lancent sur les mers à la recherche de nouveaux produits dits « exotiques », à rapporter sur le Vieux continent. Ces nouvelles terres sont devenues pour les Européens avides de voyages et de découvertes, des territoires qu'il faut conquérir et maîtriser afin qu'ils ne tombent pas sous le joug des puissances voisines. Ainsi en est-il de la lutte que se livrent sur les mers de l'océan Indien, l'East India Company, la Compagnie des Indes orientales de Grande-Bretagne, et la Vereenigde Oost-Indische Compagnie à savoir la Compagnie des Indes néerlandaises. Dès le XVIIIème siècle se met alors en place une administration de ces territoires, administration et gouvernement qui sont repris de manière officielle par le pouvoir étatique au début du XIXème siècle. Il était important pour ces États européens de maintenir un contrôle permanent, et le plus efficace possible ; car ces États, à la recherche de nouveaux produits pour leur économie, sont pourvus, selon leurs propres conceptions, d'une mission civilisatrice. Les théories raciales mises en avant au tournant des XVIII-XIXème siècles prônent la supériorité, que l'on pense alors incontestée, de la race blanche à travers le monde. Tout indigène, qu'il soit Antillais, Africain ou Asiatique, doit être le but visé par cette mission. Seulement, pour mettre en place cette théorie, il faut avoir une mainmise totale et parfaite sur le territoire à civiliser. Dès les conquêtes terminées, il s'agit pour les Européens d'imposer ou de se jouer des modes de gouvernement traditionnels, pré-coloniaux, afin de maîtriser ce que les Européens dénomment alors leurs territoires, leur empire colonial.
Cette mission de gouvernement et d'administration des sociétés nouvellement colonisées, n'est pas universellement la même dans l'ensemble des empires coloniaux européens et asiatiques. Les situations locales, en effet, ne permettent pas de mettre en œuvre une politique commune et surtout une théorie applicable partout et tout le temps. Ici, il faudra prendre en compte la grande diversité des empires coloniaux mis en place aux XIX-XXème siècles : français, britannique, hollandais, japonais etc.

I- Mettre en place une véritable administration coloniale

Au commencement de la colonisation, le rôle joué par les compagnies de commerce et les marchands était prépondérant quant à leur autorité dans les territoires nouvellement conquis ; puis ce sont les États eux-mêmes qui ont pris en main cette autorité et le contrôle des colonies, ne voulant pas laisser échapper les richesses et la puissance qu'elles procuraient, en mettant notamment en place un enseignement réservé aux futurs dirigeants des territoires, qu'ils fussent arrivés de métropole ou de territoires locaux.
Ainsi, ce sont d'abord les compagnies commerciales et les grands marchands qui prirent en main la direction des régions conquises. Outre le principal but commercial, à savoir celui de rapporter en métropole de nouveaux produits susceptibles de faire fructifier leur commerce, les produits rapidement qualifiés d'exotiques, car généralement produits dans la zone tropicale , cela contre des produits métropolitains comme les métaux par exemple. Aux Indes britanniques, au début du XIXème siècle, c'est la Compagnie des Indes orientales, l'East India Company, qui dirigea ce qu'on appellera plus tard le Raj britannique. C'est le monopole commercial accordé par la royauté à cette compagnie qui lui donnait le privilège d'étendre sa domination politique aux territoires qu'elle contrôle, notamment par le biais de présidences, une à Bombay, une à Madras et la dernière dans la région du Bengale, dans l'est du territoire. Ces présidences tiennent lieu d'autorité sur les populations locales et leurs princes, les maharadjas. Cette autorité permettait à la compagnie de récolter les impôts pesant sur les populations. Ce gouvernement par l'EIC permettait aussi de « tenir » les locaux vivant d'agriculture pour une grande majorité, mais il fut remis en question pour la première fois en 1813 avec la perte du monopole commercial, et donc l'ouverture de l'Inde aux marchands de Londres et Liverpool notamment. Le contrôle du Company Raj exercé par l'armée fut également source de remise en cause dès lors que les Cipayes, ces soldats indiens combattant pour les Britanniques, se révoltèrent en 1857. Bien que son déclenchement en fut la célèbre affaire des cartouches, lubrifiées à la graisse de porc des nouveaux fusils Enfield équipant l'armée, et donc jugées impures par les soldats musulmans et hindous, les causes sont beaucoup plus profondes et dues en partie à la mauvaise gestion des territoires par la compagnie, et d'une méfiance vis-à-vis de ces soldats. Une des conséquences en fut la perte de contrôle gouvernemental de la compagnie sur les Indes, gouvernement dès lors entre les mains du gouvernement britannique à partir de la déclaration de la Reine Victoria en décembre 1858.
Dans les Indes néerlandaises, la situation était assez similaire, et ce dès le XVIIIème siècle, où la VOC administrait les territoires indonésiens, notamment l'île de Java, et le nord de Sumatra, dans la région d'Aceh, qu'elle avait en sa possession. C'était là une politique d'entente avec les sultanats locaux qui léguaient aux hommes de la compagnie leurs politiques diplomatiques extérieure et financière. Le contrôle de la République d'Orange, puis de la République batave, était donc limité et totalement dans les mains de cette compagnie commerciale. Voici donc deux exemples qui nous montrent le rôle primordial des marchands et des grandes compagnies commerciales dans l'établissement des autorités dans les territoire colonisés.
Au fil du temps, voyant la richesse accumulée par ces compagnies, et au moment où la colonisation est plus tardive, à partir du deuxième tiers du XIXème siècle, ce sont les États qui vont prendre en charge directement le contrôle de leurs colonies. Mais ce contrôle est, dans plusieurs cas, entre les mains des militaires. En effet, plusieurs terres d'empire furent découvertes et annexées par le biais de conquêtes militaires, et où l'autorité y fut d'abord entre les mains de l'armée. Il en est ainsi notamment en Indochine française. La conquête de la Cochinchine, de l'Annam et du Tonkin, fut d'abord une affaire militaire, visant à contrôler les ports et les rivières menant à la route commerciale avec la Chine, à savoir le Mékong et le fleuve Rouge. La Cochinchine fut mise rapidement sous contrôle avec l'occupation du port de Saïgon à la fin des années 1840 ; l'Annam et le Tonkin furent en revanche des terres plus difficiles à conquérir, et à tenir du fait des rebelles annamites et tonkinois, qui occupaient l'immense jungle et mangrove, mais aussi du fait des pirates chinois présents eux aussi. Deux expéditions militaires, notamment une menée par Francis Garnier, se soldèrent par des échecs, avant qu'un puissant corps expéditionnaire mené par des soldats indigènes ne prenne les deux villes importantes de Haiphong et Hanoï, et ne place l'empereur de la cour de Hué sous son autorité. Il en est ainsi également, toujours pour le cas français, de la conquête du Maghreb. L’Algérie dès 1830, la Tunisie entre 1881 et 1883 (traité du Bardo en 1881 et convention de la Marsa en 1883), et enfin le Maroc en 1912 (traité de Fès reprenant largement les clauses des deux traités tunisiens) sont avant tout des conquêtes militaires. Lors de la signature des traités, ce sont des généraux qui signent au nom de la France, comme c'est le cas du général Bugeaud pour l'Algérie. D'ailleurs, les traités avec la Tunisie accordent à un militaire le poste de résident-général (puisque ce territoire devient un protectorat, non une colonie) et des missions de défense, police extérieure, tâches fiscales. Cela est quasiment semblable pour le Maroc.
On le voit, c'est d'abord l'autorité militaire qui représente l’État dans de nombreuses colonies, notamment françaises. Certaines autorités militaires ont pu se maintenir à la tête de la direction d'un territoire colonisé et ce durant toute la période coloniale. C'est l'exemple du contrôle exercé par l'armée du Kuantung en Mandchourie, au premier XXème siècle pour le compte de l'Empire japonais (certes avec l'appui d'une compagnie du chemin de fer sud-mandchourien, le Mantetsu).
A la suite d ce contrôle militaire, il est vrai ce sont les gouvernements étatiques qui prennent directement la charge du gouvernement colonial, malgré le maintien nécessaire d'un contingent militaire comme en Indochine, afin de préserver la sécurité des premiers ressortissants à venir s'installer dans les colonies. Suivant le type de territoire, le gouvernement établit différents statuts pour maintenir l'autorité. Dans le cas des colonies françaises et néerlandaises, il s'agit d'un gouvernement-génral qui est en place, comme celui de l'Afrique occidentale française (AOF), en poste à Dakar, ou celui des Indes néerlandaises, créé au début du XIXème siècle, avec entre autres Daendels et Van den Bosch, en poste à Batavia (actuelle Jakarta), sur l'île de Java. Viennent s'ajouter à lui et sous son commandement des gouverneurs administrant et faisant autorité sur la province, des lieutenants-généraux dans le cas de l'AOF. En dessous, nous trouvons enfin des commandants de canton ou de cercle qui sont les plus en contact avec les populations locales. Il peut s'agir d'un homme de terrain, qui tend à entretenir des relations cordiales avec les indigènes, ce que Robert Delavignette, directeur de l’École coloniale, dénomme le « broussard », ou bien un véritable bureaucrate, loin des préoccupations des locaux, qui se contente de son rôle paperassier et administratif, qui prend, il est vrai, de plus en plus de place dans sa tâche. A ses côtés, on trouve souvent des auxiliaires, parfois indigènes, lui permettant d'assurer son autorité et mener à bien son travail. Il peut s'agir comme en Afrique ou en Indochine française, du chef des postes, du receveur des impôts ou du chef de la sûreté générale pour le maintien de l'ordre. Dans la British West Africa, ce commandant de cercle fut nomme District Officer ou Commissioner.
Comme nous le verrons en seconde partie, ces administrateurs étaient de plus en plus souvent (notamment aux rangs subalternes), des indigènes. Les gouvernements coloniaux se sont alors attachés à partir de la deuxième moitié du XIXème siècle à donner une éducation, même minimaliste, à ces chefs locaux afin de leur donner les capacités de diriger « à l'occidentale », des territoires qu'ils avaient déjà, généralement, sous leur dépendance en situation pré-coloniale. Ainsi, à la suite des conquêtes menées à l'est du Sénégal contre les ethnies Toucouleurs, Mamadou Lamine ou Samory Touré, une école des otages est mise en place par la puissance coloniale française afin de former les enfants de chefs locaux à la future tâche  qui leur incombe. Pareillement en Asie, les fils de notables locaux, comme les mandarins en Indochine, reçoivent des bourses pour poursuivre l'enseignement secondaire établi en langue européenne (français, anglais, néerlandais), en métropole dans les universités. Mais, on le verra, de retour dans leur pays et nourris de culture et valeur occidentale, ils se retournent contre la puissance coloniale au travers de l'affirmation de valeurs nationalistes. Pour ce qui est des administrateurs et gouverneurs occidentaux, le recrutement se déroulait en métropole, notamment dans le cas des contrôleurs civils marocains. C'est le quai d'Orsay qui organisait ce recrutement par le biais d'épreuves à la fois théoriques et pratiques (connaissance de la langue indigène entre autres) basées principalement sur le droit et les sciences politiques. Il existait à Paris (Montreuil), une école pratique des colonies où tous les métiers liés à l'administration coloniale étaient enseignés, via le paiement d'une somme plus ou moins conséquente en fonction du métier choisi. Il existait des antennes locales de cette école, comme à  Niort, comme à Bruxelles. En Grande-Bretagne, il en était de même avec des recrutement d'élèves au sortir des prestigieuses universités telles Oxford ou Cambridge.

II- Les théories de l'administration coloniale, entra assimilation et association

Il faut s'arrêter, tout d'abord, sur la théorie de l'administration directe, prônée avant tout par la puissance coloniale française. Elle se voulait assimilationniste, à savoir qu'il fallait amener les populations indigènes locales à abandonner leurs anciens modes de gouvernement, leurs anciennes traditions et coutumes afin d'acquérir la civilisation européenne, jugée seule, meilleure et universelle. C'était faire de ces indigènes des futurs citoyens français, passant notamment par l'accès à la nationalité française (on peut penser particulièrement ici à la naturalisation des Juifs algériens, par le décret Crémieux de 1870, puis les mesures qui la facilitent pour les Musulmans) et la participation aux élections. C'est l'exemple, le plus parlant, des Antilles françaises. En Guadeloupe, en Martinique, en Guyane, dans la partie sud de l'île de Saint-Martin, les « Vieilles Colonies » issues de la traite négrière et de l'esclavage, la nouvelle catégorie montante de la société antillaise des mulâtres, ces populations issues d'unions entre colons français et femmes noires, revendiquait massivement sa volonté d'adhésion à la citoyenneté française et la volonté de jouer un rôle politique local ou en métropole. Ainsi, depuis 1866, un Conseil consultatif leur permettait l'accès à la vie politique locale, et depuis l'abolition de l'esclavage en 1848 par le décret Schoelcher, la vie politique en métropole. Ainsi, des premiers députés furent élus par ces colonies antillaises, notamment des personnages comme Hégésippe Légitimus, ou Aimé Césaire (ce dernier resta député pendant près de 48 ans). L'accession aux conseils municipaux leur était permis, et c'est là aussi l'exemple de Césaire qui est le plus marquant, élu maire de Fort-de-France, et le resta pendant plus de 50 ans.
En Afrique aussi, cette théorie assimilationniste s'appliqua de par l'action des missionnaires catholiques, qu'ils soient chrétiens ou protestants, évangélisant les populations et leur apprenant l'anglais et le français selon les cas. Danses quatre communes sénégalaises de Saint-Louis, Gorée, Rufisque et Dakar, les populations, des Blancs européens aux « originaires » (population d'esclaves affranchis) ont pu  accéder à la citoyenneté française, et à la députation pour les notables (le premier africain élu député fut Louisy Matthieu, originaire du Sénégal).
Au Japon également, l'Empire colonial en marche, de l'annexion de Taïwan en 1895 au début de la guerre de Mandchourie en 1933, la politique impériale fut en majorité une politique d'administration directe et assimilationniste prônant la théorie du panasiatisme, la réunion de tous les Asiatiques derrière le Japon impérial. Cette empire poussa cette assimilation au plus haut point en Corée et à Taïwan avec, chose révélatrice, le changement des noms de familles coréens et taïwannais, en japonais.
Mais, que ce soit pour le cas de l'empire colonial français, mais aussi pour le cas de l'empire colonial japonais, là où la théorie de l'administration directe fut la plus mise en avant, c'est la théorie de l'administration indirecte qui triompha. Cette théorie fut développée en premier en Afrique, plus précisément sur les terres ougandaises, devenues britanniques, par Lord Frederick Lugard, à la fin du XIXème siècle. Il développa ensuite cette théorie au sein du Khalifa de Sokoto, au nord du Nigeria. Elle mettait en avant le fait que la colonie devait coûter le moins possible à la métropole, et qu'elle devait au maximum s'autofinancer. Ainsi, on mettait en valeur généralement l'idée d'association des populations locales à la politique coloniale, où les administrateurs européens n'avaient finalement qu'un rôle de surveillance et de conseil auprès de l'administration locale, maintenue dans le même état (plus ou moins) ancestral. On gardait donc les chefs locaux, et les princes ou rois à la tête de leur territoire. Là où il n'existait pas d'autorité locale globale avant la colonisation, on mettait sur pied des chefs locaux issus des tribus les plus influentes. Ce fut le cas en Afrique noire britannique notamment, ce que l'on appela les Warrent Chiefs. Après la Première Guerre mondiale, qui toucha gravement les pays européens tout comme leurs colonies, du fait de l'envoi des troupes coloniales sur les champs de bataille, et l'accaparement des richesses agricoles et industrielles au profit de la métropole, c'est cette théorie qui domina l'ensemble du monde colonial. Il est donc tout à fait naturel de voir avec cet Indirect Rule, les mandarins indochinois continuer à diriger leurs territoires et à récolter l'impôt pour le gouvernement colonial français, de voir des élus indonésiens en nombre plus important que les Néerlandais dans le Volksraad des Indes néerlandaises, qui fait office de conseil consultatif, ou de voir le maintien des caïds dans les tribus, ou les pachas dans les villes, subsister comme chefs dans les pays du Maghreb français. Ce système d'Indirect Rule permettait de diminuer considérablement les effectifs des administrateurs (et des militaires parfois) dans les colonies puisque c'est le système pré-colonial qui subsistait. Ainsi, il est frappant de voir que le Laos, faisant partie de l'Union indochinoise en 1897, ne comptait en tout et pour tout, au début du XXème siècle, que 550 administrateurs français environ, du fait d'une bonne tenue du pays par le système pré-colonial, et la non violence des populations laotiennes. Au plus haut point, les structures gouvernementales pouvaient être dissociées entre la représentation indigène et la représentation du pouvoir colonisateur, celui-ci gardant l'autorité suprême au niveau décisionnel. Ainsi, on peut le remarquer dans les Indes britanniques avec la mise en place de l'Indian Civil Service, pour les administrateurs indiens, et les membres du Colonial Office de Londres, dirigés sur place.
Quoi qu'il en soit, que le système administratif soit direct ou indirect, que les colonisateurs aient choisi l'assimilation ou l'association, les tâches qui incombent aux administrateurs sur place restent sensiblement les mêmes. Il s'agit pour eux, avant tout, de garantir et maintenir l'ordre et l'autorité dans la colonie, la prospérité et la sécurité des populations européennes installées là-bas, quitte à utiliser la force en cas de déviance de la population indigène. Ils doivent également récolter l'impôt, direct ou indirect, pour la métropole. Ces impôts étaient vitaux dans le sens où ils permettaient la rémunération des différents administrateurs au sein de la colonie, de créer et mettre en place les écoles pour cette « mission civilisatrice », de créer des infrastructures routières, ferroviaires, portuaires, pour exporter les productions de la colonie. Même si cette tâche était confiée à des indigènes, comme les Zamindars en Inde, tout le bénéfice revenait à la métropole. Enfin, l'administrateur, dans certains cas comme en Afrique noire et au Maghreb français, pouvait en plus des lois de la métropole, appliquer ses propres lois, avec une surveillance métropolitaine moins importante. C'est l'exemple du Code de l'Indigénat appliqué dans les colonies françaises, qui définissait les droits et les devoirs des indigènes et donnait au gouverneur-général des prérogatives exceptionnelles comme, en Algérie, à partir de 1888, la possibilité d'emprisonner un indigène sans jugement pendant une quinzaine de jours.

III- La lutte contre le pouvoir colonial, des mouvements de révolte contre l'administration et le gouvernement impérial

La lutte contre le pouvoir colonial et son système administratif prit là-aussi des tournures différentes suivant les pays et les empires. Dès l'imposition du pouvoir colonial, les résistances s'élevèrent parmi les administrateurs indigènes pour dénoncer l'arbitraire colonial. Même si généralement ils profitaient de leur position pour s'enrichir et monter en grade, certains d'entre eux refusaient de se plier aux décisions coloniales, souvent de manière non violente, par le refus d'appliquer les lois émanant de la métropole ou du gouvernement colonial, en se servant au passage au moment des récoltes d'impôts. Certains, fils de notables, refusaient cet arbitraire colonial de façon différente. Ainsi, leur situation leur permettait aisément d'aller à l'école, primaire et secondaire, puis d'accéder en métropole, aux universités. Beaucoup en revenaient ayant acquis de nouvelles formes de pensées, et de nouvelles idées, meilleures selon eux pour leur pays. Ainsi, on peut remarquer que les principaux chefs de partis prônant l'indépendance des colonies en question avaient fait leurs études en Europe auparavant. Il en est ainsi pour Nguyen Aî Quoc, le futur Hô Chin Minh, qui fit ses études à Paris, avant de revenir en Indochine française et d'y fonder le parti communiste vietnamien, qui subsista aux côtés du parti nationaliste : le Viet Nam Quoc Dan Dang. Ailleurs, il en est de même  notamment dans les Indes britanniques où ce sont là-aussi des notables, issus des professions libérales (avocats, médecins par exemple), qui réclamaient plus de poids dans le gouvernement de leur pays, en créant en 1885 l'Indian Congress, puis une autre création revendicatrice d'une autonomie, un self-government, puis l'indépendance : la Ligue musulmane menée par Ali Jinah et par Patel entre autres. D'autres mouvements de revendications étaient nés du fait d'une trop forte répression de la part de l'administration coloniale, créant alors de nombreuses révoltes contre l'autorité. On peut penser ici au Sarekat Islam de Tan Malacca aux Indes néerlandaises, dont les membres sont souvent arrêtés lors des émeutes et envoyés au bagne de Boven Digul en Nouvelle-Guinée, ou les membres du Parti communiste indochinois, qui fréquentaient le bagne de Poulo Condore, vont alors y développer leur idéal nationaliste. Au Maghreb enfin, la lutte menée entre 1921 et 1926 contre le protectorat marocain espagnol puis français, la guerre du Rif, le fut par son dirigeant, ancien administrateur pour le compte de l'Espagne : Abd-el-Krim.
Il faut terminer en abordant le mauvais fonctionnement de l'administration coloniale et son gouvernement, cela du fait de mauvaises connaissances du terrain ou de la population, empêchant le choix du meilleur système qui soit, le moins coûteux pour la métropole, et le moins répressif pour les indigènes, ou justement à une politique trop « gourmande » en terme d'exploitation des matières premières et richesses du pays colonisé. Ainsi, on peut citer l'exemple du cultuurstelsel aux Indes néerlandaises. En accaparant 1/5ème des terres des masses paysannes pour les cultures d'exportation vers les Pays-Bas, les autorités néerlandaises d'Indonésie s'attiraient la colère des paysans, comme ceux de Java, travaillant trop loin de leurs indispensables rizières ou n'ayant plus assez de temps ni de terres pour pouvoir se nourrir.
Au Maghreb, certaines lois foncières mises en  vigueur par le gouvernement métropolitain ne faisaient qu'aggraver la situation des fellahs, déjà en proie à des restrictions foncières. On peut penser aussi à la mise en place, en Algérie, en 1883, du Code forestier, ne permettant plus la disponibilité des forêts à ces paysans, utilisées pour les pâturages, et la réserve de bois de chauffage (ou tout simplement la réserve foncière) qu'elles constituaient.
Toutes ces mesures aggravèrent la rancœur à l'égard des administrateurs coloniaux, qui devaient être la cible au fur et à mesure de la colonisation, de nombreuses réclamations et revendications.


Ainsi, nous avons pu voir tout au long de ce développement l'extrême complexité des situations administratives des colonies. D'abord confié à des organismes marchands privés puis passant entre les mains de la puissance étatique, militaire et civile, le gouvernement colonial se trouvait être un gouvernement appliqué à des situations bien particulières, en fonction de chaque situation, de chaque colonie. C'est ce que l'on a appelé le « bricolage colonial », faire avec ce qu'on trouve dans chaque colonie afin de maintenir l'autorité la plus intacte possible. En utilisant de plus en plus les idées théorisées par le britannique Lugard, celles de l'Indirect Rule, les administrateurs ne voyaient souvent guère d'autres choix que de se baser sur les autorités traditionnelles, sur les élites locales pour exercer le pouvoir. Permettant une ascension sociale pour certains d'entre eux, le gouvernement et l'administration dans les sociétés coloniales devaient se heurter de plus en plus aux revendications pour l'amélioration du niveau de vie, ou pour, après la Seconde Guerre mondiale, l'autonomie, et l'indépendance des colonies.
Revenir en haut Aller en bas
ffi68
Adjudant
Adjudant


Nombre de messages : 176
Age : 18
Localisation : HT- Rhin
Thème de collection : militaria français/suisse/détection
Date d'inscription : 06/11/2012

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 20 Oct 2015 - 18:09

Bonjour,    pourquoi j'ai pas un prof comme ça
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 20 Oct 2015 - 20:00

Bonsoir à tous, et bonsoir ffi68,

merci pour votre message, c'est gentil.

Voici une nouveauté dans ma collection, reçue aujoird'hui... : "le plus beau voyage à travers le monde", c'est le slogan principal de l'exposition coloniale internationale, organisée de mai à novembre 1931 dans le bois de Vincennes, à l'est de Paris. Exposition retraçant la grandeur de l'empire, selon les dires de Paul Reynaud. Toutes les colonies sont là, par leurs bâtiments symboliques, leurs coutumes et leurs traditions. Pour annoncer l'événement, des affiches diverses et variées ont été réalisées, et publiées dans les journaux et revues les plus influents du moment comme la revue L'Illustration. Cette affiche que je présente est justement tirée de cette revue, juillet 1931. Elle est pour moi la plus belle des affiches réalisées pour cette exposition, car elle est très esthétique : un beau mot d'annonce en bas, les deux bâtiments les plus imposants de l'exposition : le temple d'Angkor Vat (pavillon de l'Union indochinoise) et la mosquée de Djenné (pavillon de l'Afrique Occidentale française) tout cela dans un style très orientalisant, avec cette arche rappelant l'architecture orientale.

Format de l'affiche : 30x40 cm.

Rendez-vous compte : 33,5 millions d'entrées (3 francs), soit environ 8 millions de visiteurs !! Du jamais vu pour l'époque !!

Poddichini.







Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 20 Oct 2015 - 22:36

A noter aussi, les deux lions, je pense qu'il s'agit de lions, qui gardaient me semble-t-il l'entrée du temple d'Angkor Vat.

Poddichini.
Revenir en haut Aller en bas
Arcoz
Maréchal
Maréchal
avatar

Nombre de messages : 2035
Age : 20
Localisation : Paris
Thème de collection : Heer ww2
Date d'inscription : 26/04/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 20 Oct 2015 - 22:54

Hello

Très belle collection et bonne continuation.
Un thème peu collectionné malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
elsass 68
Général de Brigade
Général de Brigade
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 23
Localisation : alsace
Thème de collection : L'armée d'Afrique, les guerres d'Indochine et d'Algérie
Date d'inscription : 08/12/2011

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 20 Oct 2015 - 22:58

Magnifique document, une expo qui a fait rêvé des milliers de Français.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mer 21 Oct 2015 - 10:49

Bonjour,

merci à vous deux, Arcoz et elsass68 pour vos commentaires. En effet, une exposition qui n'a pas d'égal, incroyable et magnifique. Pour les enfants de l'époque, cela devait marquer les esprits, car tout était grandeur nature, même Angkor !!

A venir bientôt un nouveau document, au sujet du recrutement des troupes coloniales....

Poddichini.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mer 28 Oct 2015 - 12:06

Bonjour à tous,

je vous présente aujourd'hui ma rentrée, reçue ce matin : une brochure de recrutement dans les troupes coloniales, Marsouins (RIC) et Bigors (RAC). Elle ne possède pas de date, mais je pense avec quasi certitude qu'elle date de la fin des années 1940-début années 1950 car c'est le terme Union française qui est choisi.
Elle explique d'abord l'histoire des troupes coloniales, avant tout un passage sur le rôle des colonies dans les deux guerres mondiales. Puis, un chapitre est consacré au service dans les troupes coloniales (rôle, fonction, les différentes spécialités dont une double-page est assez sympa car sous forme de dessins humoristiques). Ensuite, l'on trouve un chapitre très utile sur la santé aux colonies et le rôle du médecin colonial. Enfin, on insiste à la fin sur les avantages importants en terme de confort, de solde et d'avenir à l'issue d'une carrière de la coloniale.

En même temps, tout au long de la brochure, on vend du rêve, avec tout un panel de paysages exotiques, un passage également sur la femme et ses mystères, sur les animaux (un lionceau en l'occurrence)...

Beau document, un peu abîmé sur les coins, du fait de l'usure, mais largement présentable.

Poddichini.















Revenir en haut Aller en bas
keo
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 254
Localisation : limousin
Thème de collection : cambodge
Date d'inscription : 07/05/2013

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mer 28 Oct 2015 - 13:36

bonjour poddichini

Je n'avais pas vu ton post sur l'exposition colonial de 1931 .
il y a quelques vestiges de cette exposition dans le bois de Vincennes .
http://nouvellefeuille.canalblog.com/archives/2011/06/17/21392527.html

j'ai une petite collection sur ce thème , je vous joint deux exemples des pièces que j'ai pu rassembler .





amicalement
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mer 28 Oct 2015 - 13:38

Bonjour keo,

et merci de ta participation. Toujours sympa ces souvenirs de l'expo. L'encrier est très joli. Ils se sont vendus comme des petits pains.

Poddichini.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mer 28 Oct 2015 - 17:53

A noter que le temps d'Angkor était l'attraction la plus "attractive" et que de nombreux souvenirs ont été vendus à son éffigie : encrier, comme celui-ci, timbres, enveloppes, monnaies, boules...

Poddichini.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Ven 30 Oct 2015 - 16:00

Bonjour à tous,

voici ma petite rentrée du jour, rien d'extraordinaire. Mais cela augmente ma bibliothèque coloniale ! Voici donc une biographie écrite en 1939 par Pierre-Barthélémy GHEUSI (homme de théâtre et écrivain français, né en 1865 et mort en 1943) sur Joseph GALLIENI, grand militaire, fait maréchal à titre posthume en 1921 (il décède en 1916), et surtout un des artisans de la conquête, de la pacification et de l'administration des colonies africaines (passage à Madagascar, Réunion, Soudan français, mais aussi en Indochine). C'est un des immenses coloniaux, avec Lyautey.

Hâte de me plonger dans le lecture, car la table des matières donne envie. Texte brut, 16 pages

Poddichini.





Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mar 3 Nov 2015 - 18:25

Bonjour à tous,

voici mes nouvelles rentrées du jour, un beau képi des compagnies sahariennes, ces unités en charge du contrôle et du maintien de l'ordre dans le Sahara algérien pendant la période coloniale. Le drap est de couleur bleu clair, avec une étoile et un croissant à l'avant, brodés. Grade de sous-lieutenant il me semble (ou sergent??). Il est en assez bon état, et la satinette intérieure est sympa. Il me faut maintenant le dater, je pense post ww2, mais j'aimerai d'autres avis.









et en plus du képi des compagnies sahariennes, j'ai rentré aujourd'hui cette belle capote de l'artillerie coloniale. Daté d'octobre 1951, elle est très lourde, très longue, et dûment tamponnée. Une fabrication lilloise pour cet exemplaire, avec des boutons de l'artillerie coloniale, les canons étant mêlés à l'ancre. Le losange de bras est nickel.
Quelques petits défauts tout de même : elle est à nettoyer, et il y a quelques trous de mites sur le col, et dans le dos.

Elle reste néanmoins très présentable, et complète à merveille une tenue complète, mdle 46, de lieutenant de l'artillerie coloniale, avec le même losange de bras. La boucle est donc bouclée !!













La tenue, mdle 46, et la capote réunies :



Revenir en haut Aller en bas
Arcoz
Maréchal
Maréchal
avatar

Nombre de messages : 2035
Age : 20
Localisation : Paris
Thème de collection : Heer ww2
Date d'inscription : 26/04/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Sam 7 Nov 2015 - 22:47

Toujours aussi sympa , je suis allé au musée des Invalides aujourd'hui il y a pas mal de pièces sur les colonies.

T
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Dim 8 Nov 2015 - 7:32

Bonjour,

merci bien. Exact, pas mal de pièces évoquant mon thème aux Invalides.

A venir, un très beau casque colonial, état mint....

Poddichini.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Mer 18 Nov 2015 - 15:10

Bonjour à tous,

je viens de recevoir un nouveau casque colonial. Il est mint, d'un modèle peu banal comparé aux innombrables mdle 31, et porté par un civil. Il vient d'Algérie, d'un fabricant de la ville de Perregaux, ancienne ville du département d'Oran. Aujourd'hui, elle s'appelle Mohammadia. A sa création en 1853, la ville a accueilli de nombreux Européens. La ville est idéalement située sur la ligne de chemin de fer entre Alger et Oran. Elle devient en 1870 une commune de plein exercice. A la fin du XIXème siècle, la commune comptait environ 2500 habitants.

Voici les images, avec ensuite, vous le verrez, le même modèle de casque, mais pour les troupes coloniales.

Poddichini.











Et une nature morte de coiffures coloniales, avec quatre pays : France, Grande-Bretagne, Italie et Etats-Unis.

Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Dim 29 Nov 2015 - 20:37

Bonsoir,

voici un casque dont j'ignorais vraiment l'utilisation : un casque modèle 1917A1 américain utilisé par les Goumiers en France pendant la Seconde Guerre mondiale. La coque est nickel, en revanche il ne reste plus que la structure en métal de l'intérieur, avec quelques éléments du cuir. Merci aux amis du forum qui ont su m'en dire plus sur ce casque.

Poddichini.





Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Lun 30 Nov 2015 - 9:29

Bonjour,

pour débuter la semaine, voici quelques photos de toutes mes tenues des troupes coloniales et apprentées : tirailleurs, spahis...

Poddichini.









Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Lun 30 Nov 2015 - 9:32

Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Lun 21 Déc 2015 - 22:53

Bonsoir à tous,

voici ma rentrée de ce jour pour ma collection d'uniformes de la coloniale. Rien d'exceptionnel dans le modèle, un modèle 46, classique, mais là où elle est originale et unique, c'est qu'elle est des transmissions des troupes coloniales. Losange de bras monté d'origine, boutons de la coloniale. La vareuse est en très bon état, quelques léchures de mites, rien de bien méchant.
Tailleur Nicod à Toulon, taille 43. Mon seul regret : pas de tampon de réception, mais j'en sais un peu sur le militaire qui portait cette vareuse : un soldat ayant fait toute sa carrière dans les transmissions coloniales : Madagascar, Somalie, Algérie, Tchad et Maroc. Il finit sa carrière avec le grade de sous-lieutenant ou lieutenant.

Je suis content donc de cette nouvelle acquisition, peu courante, et qui rejoint un autre modèle des transmissions coloniales, daté des années 1950.

Bone feste a tutti !!

Poddichini.









Et une image des deux vareuses ensemble sur la même photographie :

Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 15204
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Lun 4 Jan 2016 - 9:10

Bonjour à tous,

je n'avais pas présenté cette médaille que j'ai depuis un moment : une médaille coloniale, avec agrafe Extrême-Orient. Ruban bleu ciel et blanc. Il faut distinguer la médaille avec agrafe et la médaille sans agrafe.

- la médaille avec agrafe : elle récompense les services militaires résultant de la participation à des opérations de guerre dans une colonie ou un pays du protectorat. En 1898, on étendit son attribution aux fonctionnaires civils qui ont pris part à des opérations de guerre aux colonies mais aussi à des militaires ou civils qui ont pris part à des missions périlleuses dans les colonies, ou qui se sont distingués par leur courage.

- la médaille sans agrafe : récompense les officiers ayant 15 ans de service, 10 ans pour les non officiers, et ayant servi au moins 6 ans dans les colonies ou protectorats.

Il existe au total 51 agrafes officielles. Celle de l'Extrême-Orient a été créée par le décret du 5 août 1946 afin de récompenser ceux qui avaient combattus soit les Japonais entre le 9 mars et 18 septembre 1945, soit les rebelles à partir du 23 septembre 1945. Cela concerne donc les opérations en Indochine.

Voici la médaille en image.

Poddichini.



Revenir en haut Aller en bas
JLUC
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 56
Localisation : Paris
Thème de collection : Infanterie coloniale et médailles
Date d'inscription : 25/04/2014

MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   Lun 4 Jan 2016 - 20:53

Bonsoir Poddichini,

Merci pour cette photo de la Médaille Coloniale.. et ah !... là, je suis plus dans mon domaine de "compétence" (bien que..)
C'est une occasion de vous souhaiter une excellente année ainsi qu'à tous ceux qui par leurs écrits et leur esprit de partage nous permettent d'enrichir notre savoir au fil des posts...

Voici, une petite photo, dans le même thème.
Cordialement,
JLUC

" />
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ma collection : uniformes-coiffures-archives de la Coloniale et la colonisation
Revenir en haut 
Page 6 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» site sur les uniformes camouflés du monde
» Collection "Les archives Tintin"
» TP Algerie coloniale Ob.
» Collection Warhammer 40.000
» Bouton légende "Gendarmerie Ordre Public" // Gendarmerie départementale 1871-1895 // Gendarmerie d’Afrique et Maritime 1871 // Coloniale 1873

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le Forum Passion-Militaria :: Le coin de Peter (BMC): être collectionneur ! :: Vos collections-
Sauter vers: