le Forum Passion-Militaria

le Forum Passion-Militaria

Le forum PassionMilitaria, n°1 en langue française dans le monde !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  PM sur FacebookPM sur Facebook  
Rejoignez la page officielle PassionMilitaria sur Facebook !



La bourse PassionMilitaria est fermée !

Partagez
 

 congé des fusiliers guides du Haut Rhin

Aller en bas 
AuteurMessage
Ps09
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 329
Age : 60
Localisation : Luxembourg
Thème de collection : Armes blanches XVIII
Date d'inscription : 23/08/2014

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyDim 5 Jan 2020 - 13:53


Bonjour,

Dans le très beau livre de Sapin-Lignieres: Les troupes légères de l'ancien régime (ISBN 2-86475-010-4) il y a marqué que "L'armée du Haut Rhin, commandée alternativement par le maréchal D'Estrées et par le maréchal de Soubise est forte de 114 bataillons et de 110 escadrons. Elle dispose comme troupes légères de 6812 hommes:Légion Royale, Volontaires de Flandre, de Hainault, d'Austrasie, de Soubise, de Wurmser, de Saint-Victor, les chasseurs de Monet et les Guides de Brunelli."
Ce corps des (Fusiliers) Guides (de l'Armée du Haut-Rhin) de Brunelli comporte 25 hommes en 1759. Avant le licenciement par reforme du 20 novembre 1762, la compagnie comporte 40 hommes. Le licenciements des troupes légères continue pendant l'année suivante.

Je vous présente donc un Congé Absolu des Fusiliers Guides du Haut Rhin signé par Brunelly et situé à Francfort le 5 décembre 1762.
Donc tout correspond.
Cordialement. Ps09

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Photo_56
Revenir en haut Aller en bas
Aldebaran
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 612
Localisation : Pays de Bade
Thème de collection : France-Allemagne XIXe et WW1
Date d'inscription : 08/12/2012

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyDim 5 Jan 2020 - 13:57

Bonjour,

merci beaucoup pour le partage de ce beau document qui m'a permis de découvrir une unité dont j'ignorai l'existance !

Cordialement

Aldebaran
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 26879
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyDim 5 Jan 2020 - 14:02

Bonjour,

Le nom de famille est Haysër ?

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Ps09
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 329
Age : 60
Localisation : Luxembourg
Thème de collection : Armes blanches XVIII
Date d'inscription : 23/08/2014

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyDim 5 Jan 2020 - 14:43

Oui il semble qu'il y ait écrit HAYSËR ce qui est un nom rarissime en Allemagne contrairement à KAYSER.
Le village semble être Breitenheim/Palatinat - je pense que le soldat qui ne savait peut être pas lire n'était pas en face de celui qui remplissait ce formulaire. Et visiblement Brunelly a signé d'une autre écriture donc n'a pas rempli le congé.
D'ailleurs Brunelli est écrit sans Y dans la littérature.
Ps09
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 26879
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyDim 5 Jan 2020 - 14:54

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Maenky66
Soldat
Soldat
Maenky66

Nombre de messages : 39
Age : 53
Localisation : Saint Cheron
Thème de collection : Reconstitution XVIIe & XVIIIe, Figurines plates,
Date d'inscription : 12/12/2019

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyDim 5 Jan 2020 - 18:05

Sympathique, surtout pour un document imprimé spécifiquement pour la réforme de cette compagnie. Une idée de la signification du tampon bleu (crois malte, S.A.), je l'ai déjà vu sur des congés de réforme. Je m'en souvient du fait qu'il y avait un trou énorme en lieu et place du cachet de cire du régiment !
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 26879
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyDim 5 Jan 2020 - 18:13

Je ne suis pas parvenu à trouver d'éléments sur cet homme.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
miliww
Je fais partie des murs
Je fais partie des murs
miliww

Nombre de messages : 6527
Localisation : gaillac
Thème de collection : ww12 fr et all colonie
Date d'inscription : 15/09/2016

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyDim 5 Jan 2020 - 18:15

bonjour maenky66,

pour le marquage à la croix de malte , j'ai toujours pensé que c'était la marque d'un collectionneur ; mais peut être qu'il y a une autre explication ?

collectionnement
Revenir en haut Aller en bas
Ps09
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 329
Age : 60
Localisation : Luxembourg
Thème de collection : Armes blanches XVIII
Date d'inscription : 23/08/2014

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyDim 5 Jan 2020 - 18:44


Merci pour les recherches poddichini

Je pense comme miliww que la croix de Malte ( en plus bleu) est une marque non militaire ains que le nom de Brunelli répété sur le bord, ce que j'ai déjà vu faire par des libraires/collectionneurs d'autographes.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Chevert
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 94
Localisation : Isère
Thème de collection : Guerre de Sept Ans
Date d'inscription : 04/04/2017

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyDim 5 Jan 2020 - 20:26

Encore un beau document très orignal. Qui sont ces fusiliers guides ?

Les compagnies des guides attachées aux états-majors sont de créations éphémères,  recrutées parmi la population locale qui connaît bien le terrain, on les rattachent souvent aux troupes légères par leur caractère irrégulier, mais à la différence des troupes légères, elle ne sont pas destinées à combattre.

Quand le Roi est à l'armée le capitaine des guides est tout particulièrement en charge du logement du Roi. Et quand le Roi n'est pas à l'armée ce qui est le cas durant la Guerre de sept ans il s'agit un d'un adjoint du maréchal général des logis de l'armée. Bien qu'occupée par un officier cette fonction n'est pas une charge militaire et ne dure que le temps des campagnes. L'appellation de capitaine prend ici aussi le sens de celui qui commande à une compagnie.

A cette époque il n'existe pas encore de formation permanente de guides attachés aux états majors.
Le capitaine des guides est choisit par le général de l'armée pour ses connaissances qu'il a du pays et de la langue que l'on y parle. Il est attaché au maréchal général des logis, il est assisté d'un aide capitaine des guides, d'un conducteur des guides, du vaguemestre de l'armée, un aide vaguemestre et un vaguemestre extraordinaire. Il travaille lui aussi en collaboration avec les ingénieurs géographes.
Il recrute des guides à pied ou à cheval pour le service de l'armée. Les compagnies qu'il fait lever sont de créations éphémères, recrutées parmi la population locale elles connaissent bien le pays, mais à mesure que l'armée fait quelques mouvements, qui l'éloigne des lieux et des chemins que ces guides connaissent, le capitaine des guides doit en chercher d'autres. Mais cette solution n'est pas satisfaisante, le recrutement de civils étrangers, parfois contraints par la force ne permet pas de leur confier certaines missions de confiance aussi en complément sont créés selon les nécessité de petites formations militaires, composées également d'étrangers enrôlés et souvent assimilées aux troupes légères. La première organisation régulière de compagnies de fusiliers guides date 1744 et de 1746 durant la Guerre de succession d'Autriche, elles sont licenciées en 1748.
Elles sont affectées au service de l'état-major sous les ordres du maréchal général des logis de l'armée, elles sont chargées de « porter les différents ordres qui demandent célérité aux différents postes de l'armée, de porter les lettres d'un quartier à un autre, de reconnaître les routes avec les troupes légères, de conduire des colonnes et des détachements, de faire préparer les voies de passage, les terrains de campement ». Il ne faut pas les confondre avec les officiers ou cavaliers d'ordonnance, ils ne sont chargés que d'ordres qui regardent le déplacement des troupes.

Au cours de la Guerre de Sept Ans deux compagnies de guides vont être officiellement levées: les fusiliers-guides de Plinchamp-Bruneli  en décembre 1756, puis les fusiliers-guides de Metzenius en février 1761.

La compagnie de fusiliers guides de Plinchamp 1756-1760 puis de Bruneli 1760-1762
Créé par ordonnance du 26 décembre 1756, ils sont aux ordres du maréchal-des-logis de l'armée ou ils se trouvent et sont chargés de porter les différents ordres qui demandent célérité. Elle se compose de 1 capitaine, 1 lieutenant, 1 lieutenant en 2nd, 2 sergents, 2 caporaux, 2 anspessades, 21 fusiliers. Il y en à 12 à cheval dont 1 sergent et 1 caporal. En mars 1760 elle est portée à 40 hommes tous à cheval. Elle se compose alors de: 1 capitaine, 1 lieutenant, 1 sous-lieutenant, 2 sergents, 2 caporaux, 2 anspessades et 34 guides. Elle sera licencié le 10 novembre1762.

La compagnie de fusiliers guides de  Metzenius 1761-1762
Créés par ordonnance du 20 février 1761, elle se compose de 1 capitaine, 1 lieutenant, 1 sous-lieutenant, 2 sergents, 2 caporaux, 2 anspessades et 34 guides. Elle sera licencié le 10 novembre1762.

Dans l’ouvrage de  Guillaume Le Blond Elemens de tactique (1758), à propos du capitaine des guides et des compagnies des guides:
II y a encore à la suite des armées un officier nommé le capitaine des guides, donc le nom indique assez l'emploi. Ses fonctions consistent à se procurer, par les gens du pays, une connaissance parfaite de tous les chemins, par où l'armée doit passer, et qui sont dans les environs. II forme une espèce de compagnie de guides pour le service de toute l'armée.
L'emploi de cet Officier, pour être bien rempli, demande beaucoup de sagacité et de pénétration pour démêler la vérité que les gens du pays peuvent avoir dessein de cacher, et pour suppléer à leur défaut de lumières. II est absolument nécessaire pour cet effet qu'il sache la langue qu'on parle dans le pays où l'on fait la guerre. II doit choisir parmi les habitants des lieux qu'occupent l'armée, ceux qu'il juge les.plus propres et les plus en état de bien indiquer les chemins et bien se garder surtout de prendre pour guide les premiers venus qu'on peut lui présenter. Cette attention est très-importante pour le bien de l'armée, parce que des guides ignorans ou attachés secrètement au parti de l'ennemi, peuvent la mettre dans des situations très-fâcheuses.
« Les guides , dit Montécuculi, sont dans une armée comme les yeux dans le corps. On doit bien les garder, se les attacher par la récompense, par l'espérance et par la crainte du châtiment. » II observe qu'on leur sait quelquefois donner des otages pour gages de leur fidélité.
On les distribue dans les marches à la tête des colonnes des troupes et des équipages.

JL
Revenir en haut Aller en bas
Ps09
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 329
Age : 60
Localisation : Luxembourg
Thème de collection : Armes blanches XVIII
Date d'inscription : 23/08/2014

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyDim 5 Jan 2020 - 20:56

Merci. Vous donnez du sens aux objets par vos explications.
Ps09
Revenir en haut Aller en bas
CAVE CANEM
Général de Brigade
Général de Brigade
CAVE CANEM

Nombre de messages : 1113
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes du XVIIIè siècle
Date d'inscription : 16/12/2013

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyLun 6 Jan 2020 - 15:54

Bonjour,
merci de nous avoir fait profiter de cet intéressant document concernant ces fusiliers guides.
A noter que dans l'ordonnance du 26 décembre 1756, les guides non montés  ne sont pas sont armés comme les autres. Ils ont un fusil court avec une baïonnette de chasse ( baïonnette à manche dite aussi "bouchon"). C'est bien une des dernières fois que l'on voit une utilisation officielle de ce type de baïonnette... (la dernière à ma connaissance est pour les chasseurs de la compagnie franche de Monnet, dont la levée fut ordonnée le 31 mars 1761)

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Rm5o

congé des fusiliers guides du Haut Rhin 88091
Revenir en haut Aller en bas
Chevert
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 94
Localisation : Isère
Thème de collection : Guerre de Sept Ans
Date d'inscription : 04/04/2017

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyLun 6 Jan 2020 - 19:19

On le voit les fusiliers guides à pied n'ont ni épée ni sabre mais une baïonnette en couteau de chasse . Pour le coup je pensais qu'ici la référence au couteau de chasse ne s'appliquait pas au type de fixation à bouchon plutôt qu'avec un montage à douille, mais plutôt à la façon d'être portée sur un ceinturon particulier qui sera repris par l'ordonnance de 1767 pour les fusiliers qui n'ont plus d'épée dans leur dotation.

JL
Revenir en haut Aller en bas
CAVE CANEM
Général de Brigade
Général de Brigade
CAVE CANEM

Nombre de messages : 1113
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes du XVIIIè siècle
Date d'inscription : 16/12/2013

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyLun 6 Jan 2020 - 20:29

Non, c'est mieux indiqué d'ailleurs dans le chapitre armement des chasseurs à pieds de Monet "Un couteau à manche formant une baïonnette, plus longue de deux pouces que celle de l'infanterie française".

congé des fusiliers guides du Haut Rhin 88091
Revenir en haut Aller en bas
Chevert
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 94
Localisation : Isère
Thème de collection : Guerre de Sept Ans
Date d'inscription : 04/04/2017

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyLun 6 Jan 2020 - 22:46

Très très intéressant , c'est une chose que j’ignorai.

Il faut noter parfois la difficulté à lire des texte incomplet, dans le sens où, les auteurs décrivent quelque chose qui est évident pour l'époque. Ou quand il ne donnent pas à un même mots des sens différents, comme le fourniment qui désignait aussi bien l'ensemble de la buffleterie que la grosse poire à poudre par exemple.

Voici ce qui avait entretenu ma confusion, en particulier Leblond en 1748 quand il parle de couteau de chasse c'est donc sans doute de baïonnette à bouton:

[...] A propos du ceinturon porté durant la Guerre de sept ans. Le ceinturon du modèle 1746 est à un seul pendant, avec un porte-baïonnette au-dessus de l’épée, lui aussi sans clous ni piqûre, fermé par une boucle cuivre à un ardillon. Le justaucorps n’a pas de passant et le ceinturon repose devant sur le dernier bouton au bas de l’habit à droite et sur les deux boutons situés en arrière où convergent les plis de l’habit.
La plupart du temps le ceinturon se porte sur l’habit fermé et retroussé, mais pendant les chaleurs il est permis de le porter sur la veste sous le justaucorps et d’avoir l’habit déboutonné. En campagne au cours des marches le ceinturon peut être porté en bandoulière sur l’épaule droite ; c’est ainsi que sont représentés tous les fantassins figurants dans la suite de gouaches de Becher. Mais lorsque les soldats prennent les armes ou montent la garde le ceinturon doit être porté par-dessus leurs habits peut-on lire dans l’Instruction dressée par le conseil de guerre pour les sergens publiée dans le Briquet de 1761.
Les ceinturons des sergents seulement seront piqués nous dit l’ordonnance, mais tous les fusiliers représentés dans le manuscrit de 1757 portent une buffleterie piquée.

L’entretien de la buffleterie doit se faire sans graisse pour ne pas tacher les uniformes. On utilise de la poudre de terre à pipe qui est une terre argileuse qui devient blanche après cuisson. Broyée en poudre fine, on la mélange à de l’eau savonneuse pour entretenir et blanchir la buffleterie.

Ce modèle de ceinturon est en cours de changement à l’entrée de la guerre de Sept Ans nous apprend l’article sur les évolutions de l’infanterie tiré de l’Encyclopédie publiée en 1756.

« L’expression de serrez les rangs à la pointe de l’épée, commence à n’être plus d’un usage général dans les troupes. On lui substitue celle de serrez les rangs en avant. La raison de ce changement est que le Roi ayant ordonné de renouveler les ceinturons de l’infanterie (ce qui doit être fini dans l’espace de trois ans), les nouveaux ceinturons seront faits de manière que le soldat portera l’épée sur le côté le long de la cuisse, à peu près de la même manière qu’on porte les couteaux de chasse. Or lorsque toute l’infanterie portera ainsi l’épée, l’expression de serrer les rangs à la pointe de l’épée, ne sera plus exacte, parce que les soldats de chaque rang ne pourront plus toucher le bout des épées des soldats du rang qui les précédera. Cependant comme cette expression est ancienne, et qu’il ne serait pas impossible qu’elle ne prévalût sur la nouvelle, nous continuerons de nous en servir, mais ne lui donnant pas la même signification qu’à celle de serrer les rangs en avant, par laquelle on entend qu’il faut les serrer autant qu’il est possible les uns sur les autres, sans gêner la marche du soldat. »

Enfin le manuscrit de Taccoli en 1760 nous montre tous les fusiliers sans épée et avec un ceinturon avec un simple porte-baïonnette vertical, en couteau de chasse. Toujours chez Taccoli tous les grenadiers représentés portent le sabre et toutes les troupes légères portent l’épée ou le sabre avec un porte-baïonnette placé aussi verticalement. Ce modèle de ceinturon est déjà porté par les fusiliers des milices provinciales qui ne portent plus d’épée et il apparaît officiellement pour l’infanterie régulière en 1767. Mais cet usage n’est pas nouveau, en effet dans son ouvrage Essai sur la castramétation, publié en 1748 à la fin de la guerre de succession d’Autriche Le Blond écrit : « On a substitué depuis peu dans quelques régiments, à l’usage des épées, celui d’espèces de couteaux de chasse, qui se portent le long de la cuisse. De cette manière les rangs peuvent se serrer à une plus petite distance que celle de trois pieds. »

Ce long exposé consacré aux différents ceinturons portés durant la guerre de Sept Ans permet de constater que l’on pouvait rencontrer différents modèles de ceinturon à cette époque. Le modèle de 1746, classique à un seul ou plus rarement deux pendants avec une épée oblique et une baïonnette qui lui est parallèle. Modèle repris dans la gouache du manuscrit de 1757 pour le régiment de Mailly ou sur celles de Becher. Puis le modèle décrit dans l’Encyclopédie de 1756 avec l’épée placée beaucoup plus verticalement qui devient le modèle de ceinturon réglementaire en 1767, mais cette dernière ordonnance le destine exclusivement aux grenadiers, fourriers, sergents et musiciens, c’est ce modèle que l’on voit sur certaines sanguines d’Eisen. Et enfin le ceinturon de Taccoli et Le Blond qui est un simple porte-baïonnette en couteau de chasse. C’est ce modèle qui est repris dans le règlement du 25 avril 1767, où il est destiné ici aux fusiliers qui ne portent plus d’épée. [...]

Merci encore, j'aurai "zappé" cette information.

Jean-Louis
Revenir en haut Aller en bas
Lostinadaydream
Général d'Armée
Général d'Armée
Lostinadaydream

Nombre de messages : 1857
Localisation : France
Thème de collection : Du XVI au XX
Date d'inscription : 16/06/2015

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyVen 10 Jan 2020 - 16:40

Très intéressant
Revenir en haut Aller en bas
Bo.d59
Soldat
Soldat


Nombre de messages : 18
Localisation : Douchy les mines
Thème de collection : Documents historiques
Date d'inscription : 13/01/2020

congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin EmptyJeu 16 Jan 2020 - 18:14

Merci pour ce partage
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty
MessageSujet: Re: congé des fusiliers guides du Haut Rhin   congé des fusiliers guides du Haut Rhin Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
congé des fusiliers guides du Haut Rhin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le Forum Passion-Militaria :: L'histoire et les guerres anciennes :: De l'antiquité à la révolution :: Histoire, divers-
Sauter vers: