le Forum Passion-Militaria

le Forum Passion-Militaria

Le forum PassionMilitaria, n°1 en langue française dans le monde !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  PM sur FacebookPM sur Facebook  
Rejoignez la page officielle PassionMilitaria sur Facebook !



La bourse PassionMilitaria est fermée !

Partagez
 

 La rançon des prisonniers.

Aller en bas 
AuteurMessage
Crevette
Administrateur
Administrateur
Crevette

Nombre de messages : 32746
Age : 63
Localisation : Haut Doubs
Thème de collection : reconstitution XVII° et XVIII°.
Date d'inscription : 02/03/2009

La rançon des prisonniers. Empty
MessageSujet: La rançon des prisonniers.   La rançon des prisonniers. EmptyJeu 24 Jan 2019 - 12:18

Bonjour,
une ancienne coutume avait pour effet de rançonner les prisonniers du champ de bataille.
Si cette pratique a surtout concerné les nobles et chevaliers, elle a également concerné le soldat de tout grade.

Ca permettait au capitaine de se procurer des soldats, ces derniers étant difficiles à trouver.

Le 18 juin 1743, un traité est signé avec l'Angleterre.
Il définit les "valeurs" des hommes selon leur grade:
Un soldat se rachetait 4 livres, un sergent 10 livres, un capitaine 70, un colonel 600, un brigadier 900, un maréchal de camp 1500 un lieutenant général 15 000 et un maréchal 50 000 livres.

Un capitaine était tenu de payer les rançons de ses soldats, et quand il s'y refusait c'était un autre capitaine qui pouvait les racheter.

En 1780 un nouveau traité est signé, et il modifie les valeurs:
par exemple un soldat vaut désormais 25 livres, et un maréchal ne vaut plus que 1 500 livres car on estime qu'il équivaut à 60 soldats.

La République mit fin à ces rançons, et les prisonniers s'échangèrent à égalité de grade.

Ce système de rançon avait tout de même un avantage, celui d'épargner les prisonniers par appât du gain!

A noter que certains tambours-majors aux uniformes très chamarrés et donc très coûteux valaient bien plus cher à grade équivalent.
CF L. & F. Funcken, soldats de la guerre en dentelle.
Cordialement,
CG
Revenir en haut Aller en bas
http://guerrede30ans.unblog.fr/
Guillaume2
Colonel
Colonel


Nombre de messages : 832
Localisation : Île-de-France
Thème de collection : aucun
Date d'inscription : 07/07/2016

La rançon des prisonniers. Empty
MessageSujet: Re: La rançon des prisonniers.   La rançon des prisonniers. EmptyJeu 24 Jan 2019 - 12:37

Bonjour,

Et c'est l'origine du nom "franc" au sens monétaire : à l'origine il s'agit de la monnaie d'or frappée en 1360 pour payer la rançon de Jean II le Bon, prisonnier des Anglais, c'est-à-dire pour que Jean soit franc (affranchi) des Anglais.
Revenir en haut Aller en bas
Chevert
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 94
Localisation : Isère
Thème de collection : Guerre de Sept Ans
Date d'inscription : 04/04/2017

La rançon des prisonniers. Empty
MessageSujet: Re: La rançon des prisonniers.   La rançon des prisonniers. EmptyVen 25 Jan 2019 - 21:50

Jusqu’au  16e le sort des prisonniers de guerre non nobles n’est pas très enviable. Dans les places tombées après un siège il n’est pas rare que les prisonniers soient passés au fil de l’épée, ou condamnés à servir comme galériens, et même parfois vendus comme esclaves.
Mais les sociétés européennes changent, les souvenirs laissés dans toute l’Europe par la guerre de Trente Ans, les ravages qu’ont fait les bandes comme celles du duc de Saxe Weimar en Allemagne, en Franche Comté…, vont profondément marquer la société européenne. Cette modification de la perception de la guerre amène à réfléchir au droit dans la guerre et à une plus grande humanisation des conflits. L’expression de cette prise de conscience se voit au travers de différents auteurs comme par exemple Hugo Grotius, Pufendorf, De Wolff ou  Emer de Vattel qui publie en 1758 : Le droit des gens ou principes de la loi naturelle, appliqué à la conduite et aux affaires des nations et des souverains, où apparaissent les premières esquisses d’un droit de la guerre en particulier pour la protection des populations civiles.
Vers milieu du 17e tout ceci se formalise avec la multiplication des conventions d’échanges et de rachats de prisonniers que l’on retrouve sous forme de cartels qui définissent les valeurs marchandes attribuées selon les grades, ou les fonctions pour les personnels administratifs.

On s’engage à se restituer ses prisonniers dans des délais très brefs. Rappelons qu’à cette époque qu’il n’y a pas de camps de prisonniers, on ne conserve pas les prisonniers. Les armées ayant déjà beaucoup de difficultés à s’occuper de leur propre subsistance, on ne s’encombre pas de bouches à nourrir au contraire, chacun cherche à ce que ses prisonniers soient rapidement monnayés en échange d’une rançon.

Le montant est fixé par convention selon le grade et dans certains cas elle est fixée à un mois de leur solde, ou un mois des appointements de la plus haute charge qu’ils possèdent. Certains prisonniers sont exemptés de rançons comme les maîtres des postes, leurs commis et postillons, les médecins, apothicaires et chirurgiens et ceux servant dans les hôpitaux, de même que les prévôts généraux et officiers de la Connétablie, les valets, écuyers…
Les séjours des prisonniers dans les hôpitaux leur sont facturés. On commence par les échanges de prisonniers à grade égal, au besoin on compense ainsi un capitaine est échangé contre six hommes ou un lieutenant contre trois hommes par exemple.
Ainsi pour récupérer « huit à dix mille vieux soldats » en octobre 1758 Belle Isle écrit à Contades : « j’espère que les mille écus que Mr. de la Salle portera, pour payer à compte de ce qui est dû à la Chancellerie de Hanovre, satisferont, et que au surplus de ce qui reste dû, n’empêchera pas la consommation [réalisation] du cartel. »

Les officiers généraux sont restitués sur parole, dans l’attente du versement de leur rançon ; à défaut de payement ils sont réputés Gens sans honneur.

Il peut leur être demandé de ne plus servir sur le théâtre de la guerre durant la campagne ou la guerre. Les officiers et soldats se voient réaffectés sur les arrières ou un autre front. Hennet par exemple  nous apprend que « les prisonniers de Wilhelmstadt [24 juin 1762], comprenant 37 officiers et 512 sergents et grenadiers des régiments de Le Camus, Narbonne, L’Espinassè et La Rochelambert, entrent dans la composition de 18 piquets formés en 2 bataillons, à Colmar, des hommes restés aux mains de l’ennemi dans cette affaire. On les employa à la poursuite des contrebandiers en Franche-Comté et en Bourgogne. »

"L’échange des prisonniers de guerre se fait conjointement avec un officier général et un commissaire des guerres. L’intendant remet à ce commissaire les états de tous les prisonniers de guerre faits sur les ennemis, et de ceux qu’ils ; ont faits sur nous ; cet état contient les noms et qualités des officiers, soldats, cavaliers, dragons… Il lui remet aussi les états des avances faites aux officiers prisonniers, et des journées d’hôpitaux qu’ils doivent payer, afin de pouvoir procéder à l’échange et à la compensation des avances réciproques. Si lors de l’échange il y a des officiers prisonniers sur leur parole, on se remet de part et d’autre leurs billets d’honneur, et on leur fait savoir qu’ils peuvent reprendre leur service."

JL V
Revenir en haut Aller en bas
grreeegggg
Je fais partie des murs
Je fais partie des murs
grreeegggg

Nombre de messages : 7343
Localisation : France
Thème de collection : Décorations et documents allemands WW1 et WW2
Date d'inscription : 13/02/2013

La rançon des prisonniers. Empty
MessageSujet: Re: La rançon des prisonniers.   La rançon des prisonniers. EmptyVen 25 Jan 2019 - 23:42

Très instructif, merci!

Greg.
Revenir en haut Aller en bas
GMC64370
Modérateur
Modérateur
GMC64370

Nombre de messages : 5185
Age : 72
Localisation : 64
Thème de collection : radios armée
Date d'inscription : 25/01/2014

La rançon des prisonniers. Empty
MessageSujet: Re: La rançon des prisonniers.   La rançon des prisonniers. EmptySam 26 Jan 2019 - 1:30

Bonsoir
Sujet intéressant, merci du partage
Salutations
Gmc
Revenir en haut Aller en bas
Lostinadaydream
Général d'Armée
Général d'Armée
Lostinadaydream

Nombre de messages : 1835
Localisation : France
Thème de collection : Du XVI au XX
Date d'inscription : 16/06/2015

La rançon des prisonniers. Empty
MessageSujet: Re: La rançon des prisonniers.   La rançon des prisonniers. EmptySam 26 Jan 2019 - 16:31

Bonjour,
Un volet historique qui ne manque pas d'intérêt
Merci à vous
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La rançon des prisonniers. Empty
MessageSujet: Re: La rançon des prisonniers.   La rançon des prisonniers. EmptySam 26 Jan 2019 - 16:37

La rançon des prisonniers. 627455 La rançon des prisonniers. 475779 study

La rançon des prisonniers. 88091
Revenir en haut Aller en bas
AUBRAC
Général de Division
Général de Division
AUBRAC

Nombre de messages : 1220
Localisation : Sud
Thème de collection : Ce qui me plait
Date d'inscription : 28/09/2017

La rançon des prisonniers. Empty
MessageSujet: Re: La rançon des prisonniers.   La rançon des prisonniers. EmptyDim 27 Jan 2019 - 9:44

Bonjour,

Merci messieurs pour cet aspect fort intéressant de la condition des prisonniers militaires et dont ces précisions m'étaient totalement inconnues. Sujet original. Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Chevert
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 94
Localisation : Isère
Thème de collection : Guerre de Sept Ans
Date d'inscription : 04/04/2017

La rançon des prisonniers. Empty
MessageSujet: Re: La rançon des prisonniers.   La rançon des prisonniers. EmptyDim 27 Jan 2019 - 15:25

Pour faire suite au sujet débuté par Crevette et à la rançon payée pour libérer les prisonniers de guerre, si celle ci souvent une solution qui arrangeait les deux belligérants ce n’était pas systématique.

Les officiers étaient libres mais prisonniers sur parole et logés dans les hostelleries locales sans garde particulière, il devaient être sans armes.
En 1704 après la bataille de Spire  (15 novembre 1703), des officiers et soldats sont amenés sous escorte à Auxerre en Bourgogne soit à près de 500 km du champ de bataille. Le duc de Bourbon à propos des officiers écrit « sont intention est qu’ils y soient sur parole et qu’ils y subsistent à leurs dépens pendant tout le temps qu’ils demeureront, sans être à aucune charge aux habitants » En juin 1705 un certain nombre d’entre-eux reçoivent un passeport pour se rendre à Francfort ou Mayence en vue d’un échange, mais avant de partir ils prennent l’engagement de revenir si « quelque obstacle empêchait la conclusion du cartel ».

Les soldats aussi sont évacués loin sur les arrières, ainsi pour les combats qui eurent lieu en Italie ils ont put être évacués en deçà des Alpes (Dauphiné, Bourgogne) et les pour batailles et sièges livrés en Espagne ils sont rassemblés dans le Gers, mais plus loin encore (on retrouve des anglais fait prisonniers en Espagne en Bourgogne).

Charge aux communautés d’en assurer la garde et une partie de l’entretien ce qui sera le sujet de nombreuses remontrances, plaintes et recours. Les prisonniers étaient hébergés où l’on pouvait, dans les rares bâtiments publics, les granges de particuliers…
L’état fournissait le pain de munition, et surtout ce qui peut paraître étrange aujourd’hui, c’est que leur solde était maintenue et versée, leur permettant de subvenir à une partie de leurs besoins. Aux vues du décompte fait par leurs officiers ils obtenaient des lettres de change fournies par leur états.
Les soldats  sont « logés  et gardés », mais ont parfois, voir souvent la possibilité de déambuler librement, mais doivent retourner coucher aux logements assignés, ne pas franchir les portes de la ville sans permission écrite ...

S’évader paraît difficile, pour les officiers c’était trahir la parole donnée et pour les soldats circuler sans passeport, sans maitriser la langue (les patois) à des centaines de kilomètres de son pays était quasiment impossible. Et quand ils s’évadaient, on parlait alors de désertion ! La France demandait et obtenait un dédommagement qui pouvait être prélevé sur la lettre de change de la solde destinée aux prisonniers, ceci ayant pour but de faire dissuader les candidats à l’évasion par leurs propres camarades d’infortune.

Souvent comme dans l’armée française, la femme du soldat et ses enfants suivaient l’armée, et lorsque leurs maris étaient faits prisonniers de guerre elles les suivaient en captivité avec leurs enfants, les registres d’état civil des villes et registres de baptême en sont les témoins.

Je me limite aux 17 et 18e siècle que je connais un peu.

JL V
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La rançon des prisonniers. Empty
MessageSujet: Re: La rançon des prisonniers.   La rançon des prisonniers. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La rançon des prisonniers.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le Forum Passion-Militaria :: L'histoire et les guerres anciennes :: De l'antiquité à la révolution :: Histoire, divers-
Sauter vers: