le Forum Passion-Militaria

le Forum Passion-Militaria

Le forum PassionMilitaria, n°1 en langue française dans le monde !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  PM'AriaPM'Aria  PM sur FacebookPM sur Facebook  

La Bourse Passion Militaria est FERMÉE.




Rejoignez la page officielle PassionMilitaria sur Facebook !

C'est par ici !



Partagez | 
 

 L'engagement et le rengagement dans les Troupes coloniales - 1939/1940

Aller en bas 
AuteurMessage
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 16373
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: L'engagement et le rengagement dans les Troupes coloniales - 1939/1940   Dim 2 Déc 2018 - 17:22

Bonjour à tous,

« Voyagez. Les Troupes coloniales vous invitent ». Ainsi ces mots clôturent-ils cette brochure d'engagement et de rengagement dans les Troupes coloniales des années 1939-1940, avec un paysage de marché d'Afrique occidentale française, et deux hommes des Troupes coloniales, l'un, sous-officier en tenue blanche, et l'autre en tenue d'été sable portant tout deux le casque colonial à l'ancre de la Coloniale. Cette brochure de 28 pages, venue de l'Imprimerie Henon, à Paris, donne des éléments permettant de comprendre les procédures et conditions d'engagement et de rengagement dans les Troupes coloniales, au début de la Seconde Guerre mondiale. Cette petite brochure assez complète et intitulée « Comment on entre dans les Troupes coloniales », fut publiée par le Ministère de la Défense nationale et de la Guerre (les ministres au cours de la période en question furent Edouard Daladier puis Paul Reynaud). La brochure date d'avant juin 1940, date où le Ministère de la Défense nationale et de la Guerre devient le Ministère de la Défense nationale. Sa couverture représente le drapeau français devant un globe où figurent en rouge les territoires métropolitain et de l'Empire colonial d'Amérique, d'Afrique et d'Asie. On note aussi la présence d'une ancre, symbole des Troupes coloniales.

Arrêtons-nous tout d'abord sur les procédures d'engagement et de rengagement dans les Troupes coloniales.
Pour s'engager dans les Troupes coloniales, il faut être de nationalité française, avoir 18 ans au moins, et être célibataire. L'intéressé doit fournir son extrait de naissance, et un consentement de son père, mère ou représentant légal, s'il a moins de 20 ans. Cet engagement se fait par la voie d'un bureau de recrutement ou d'un corps de troupe. L'engagement se fait pour des durées variables : 3, 4 ou 5 années. L'engagé doit néanmoins pouvoir effectuer un séjour de 2 ans minimum hors de France, après ses 20 ans.
Le rengagement est possible pour les militaires en activité de service, qui doivent avoir 6 mois de service (premier rengagement). Le second rengagement peut être effectué au cours de la dernière année du contrat en cours. Pour les militaires libérés, le rengagement est possible pour ceux qui ont au moins 33 ans. Pour les militaires en activité de service, les durées de contrat sont diverses : de 6 mois à 4 ans. Pour les militaires libérés, cette durée de contrat de rengagement est fixée à 3 ou 4 ans.
Une fois l'engagement ou le rengagement effectué, il faut ensuite choisir son arme. Les Troupes coloniales offrent alors une grande variété de possibilité que nous pouvons détailler ici : il peut s'engager dans un Régiment d'Infanterie coloniale, dont les régiments sont les suivants (suivi du lieu de la garnison de la portion centrale) : 1er RIC (Paris), 2ème RIC (Brest), 3ème RIC (Rochefort), 21ème RIC (Paris), 23ème RIC (Paris), Régiment d'Infanterie coloniale du Maroc (Aix-en-Provence), Bataillon autonome d'Infanterie coloniale du Maroc (Ouezzan). Il peut aussi choisir un Régiment de Tirailleurs sénégalais : le 3ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Fez), le 4ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Toulon), le 5ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Sfax), le 6ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Casablanca), le 8ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Toulon), le 10ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (La Goulette), le 11ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Mascara), le 12ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (La Rochelle), le 13ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Alger), le 14ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Mont-de-Marsan), le 15ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Philippeville), le 16ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Montauban), le 17ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Damas), le 18ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Gabès), le 24ème Régiment de Tirailleurs sénégalais (Perpignan). Il peut aussi choisir un régiment ou un bataillon de mitrailleurs : le 41ème Régiment de mitrailleurs d'Infanterie coloniale (Sarralbe), le 42ème Bataillon de mitrailleurs malgaches (Pamiers), enfin le 52ème Bataillon de mitrailleurs indochinois (Carcassonne). Il peut aussi effectuer son engagement ou son rengagement dans le Centre de Motorisation des Troupes coloniales (Fréjus). On peut choisir l'Artillerie coloniale : 1er RAC (Libourne et Bordeaux), 2ème RAC (Toulon et Nîmes), 3ème RAC (Joigny), 8ème RAC (Toulon), 9ème RAC (Morhange), 10ème RAC (Rueil), 11ème RAC (Lorient), 12ème RAC (Agen), Régiment d'Artillerie coloniale du Maroc (Marrakech), Régiment d'Artillerie coloniale de Tunisie (Sousse), Régiment d'Artillerie coloniale du Levant (Damas), Compagnie d'Ouvriers d'Artillerie coloniale (Marseille). Il est possible de choisir la Compagnie des Télégraphistes des Troupes coloniales (Montauban). Le choix de cette spécialité fait de l'engagé ou du rengagé un élève spécialiste des transmissions des Troupes coloniales. De plus, le choix de cette spécialité est conditionné à la maîtrise de certaines connaissances en matière de transmission, télégraphie et TSF. La Section des Infirmiers militaires des Troupes coloniales, n'est, quant à elle, ouverte qu'aux rengagés, sergent d'une section d'Infirmiers militaires des Troupes métropolitaines et  les sous-officiers des réserves ayant servi auparavant dans une section d'Infirmiers militaires des Troupes métropolitaines ou des Troupes coloniales, ou un corps des Infirmiers de la Marine, ou ayant obtenu un diplôme d'Infirmier civil d’État. Les rengagements (pas d'engagement) sont possibles comme Commis et Ouvriers militaires d'Administration des Troupes coloniales (Marseille et Paris). Pas d'engagement non plus dans les Secrétaires d’État-major des Troupes coloniales (Paris), mais des rengagements seulement. Une épreuve de dactylographie doit être passée par les futurs rengagés. Enfin, l'engagé ou le rengagé peut décider d'intégrer le cadre des spécialistes des Troupes coloniales. Ce cadre comprend les spécialistes des transmissions (Montauban), les mécaniciens-spécialistes de l'entretien du matériel automobile (Fréjus, Rueil, Marseille), les spécialistes de l'entretien du matériel d'artillerie (Marseille), les spécialistes artificiers (Marseille), les observateurs, écouteurs, calculateurs et télémétristes de l'Artillerie coloniale (Nîmes, Toulon, Marseille). L'engagé ou le rengagé suit d'abord une scolarité (il est alors élève-spécialiste), de 6 mois maximum. L'objectif de cette scolarité est de posséder un brevet élémentaire de spécialité permettant ensuite d'intégrer sa spécialité. Pour intégrer cette scolarité, on demande à l'engagé ou au rengagé (les jeunes n'ayant pas encore servi et les militaires libérés du Service, et résidant en France, Algérie ou Tunisie) de posséder une instruction générale du niveau du certificat d'études primaires élémentaires. Les contrats d'engagement s'effectuent en fin d'année, du 1er octobre au 31 décembre et sont résiliables. Les rengagements sont possibles avec un grade supérieur à celui de caporal-chef (brigadier-chef). Les contrats de rengagement sont établis au début de l'année, entre le 1er janvier et le 1er mars. Les militaires des Troupes coloniales (exclusion faite de ceux en séjour colonial), et ceux des Troupes métropolitaines en activité de service, doivent contracter un engagement ou un rengagement pour 4 ans, avant même de suivre la scolarité leur ouvrant par la suite les portes de la spécialité voulue. Une fois la scolarité terminée et l'obtention du brevet de spécialité, les nouveaux spécialistes sont répartis dans les formations des Troupes coloniales présentant des vacances dans la spécialité choisie. On notera également le passage au grade de caporal (brigadier) pour les non gradés ayant obtenu leur brevet.

Une fois le régiment/bataillon/compagnie/spécialité choisi, l'engagé ou le rengagé intègre les Troupes coloniales. Il peut donc partir dans l'Empire colonial, suivant les nécessités de la relève. Le document précise que jusqu'à 20 ans, les envois ne sont possibles qu'en Afrique du Nord et au Levant. Le service aux colonies effectué (tout comme le congé de fin de campagne), le militaire entre à nouveau dans son corps de la métropole, et peut à nouveau partir suivant les besoins.
Des avantages, à destination des militaires de carrière, sont également énoncés dans cette brochure de recrutement. Parmi ces avantages, nous pouvons mentionner les suivants : possibilité pour un engagé de devenir caporal après l'accomplissement de 5 mois de service, et passage au grade de caporal-chef après trois mois de service en tant que caporal. Sans être passé par le grade de caporal, l'engagé peut devenir directement caporal-chef après 5 mois de service à condition d'être titulaire d'un brevet de préparation militaire, ou une certaine moyenne (en général 12, comme le précise la brochure) à la préparation pour ce brevet (brevet non obtenu). Le grade de sergent est obtenu après avoir accompli au minimum 1 an de service, dont au moins 3 mois comme caporal-chef ou 6 mois comme caporal, dans les Troupes coloniales. Des annuités supplémentaires sont obtenues pour les militaires des Troupes coloniales en service dans l'Empire, annuités obtenues au titre de ces séjours. Cela permet de bonifier le montant de la retraite, et permet également l'obtention de décorations françaises et ordres coloniaux. Concernant les permissions, au-delà des permissions habituelles, une permission de 45 jours/an est accordée aux militaires servant au-delà de la durée légale. On peut aussi leur accorder une permission de départ, d'une durée de 20 jours, avant le départ vers la colonie où il est appelé à servir. Une fois de retour en France, les militaires de carrière peuvent obtenir un congé de fin de campagne. Ce congé est calculé en fonction de la durée de service dans l'Empire, à savoir 45 jours/an passé à l'extérieur. Mais le congé ne peut dépasser les 6 mois. Dans les colonies, des congés spéciaux peuvent être accordés pour ceux qui souhaitent s'établir à leur compte, ou servir dans les établissements industriels, commerciaux ou agricoles. Ces congés, sans solde, peuvent durer de 3 mois à 1 an.  Le choix d'une situation civile, dans les colonies, est possible. Mais, les militaires, désireux de rentrer en France, au moment de leur libération, bénéficient du voyage gratuit, dans une durée d'1 an après la libération.
Les sous-officiers de carrière peuvent obtenir l'autorisation d'emmener avec eux, outre-mer, leur famille (le voyage étant à la charge de l’État). Le militaire, de retour en France, et si la famille était restée en France, peut demander son transport ainsi que celui de sa famille, vers le nouveau lieu d'affectation. Ce transport est, là aussi, à la charge de l’État.

Nous terminons avec les soldes, primes d'engagement et de rengagement, avantages en fonction des spécialités et frais divers que cette brochure explique.
Les soldes et accessoires de soldes pour les militaires de carrière des Troupes coloniales, selon les tarifs en vigueur au 1er juillet 1938, sont différents suivant le grade, mais aussi les territoires où l'engagé ou le rengagé est en poste. Ainsi, par exemple, lors de la durée légale du service, un soldat touche 0,50 franc/jour s'il est en France, en Algérie, en Tunisie ; de 1 franc à 2,50 francs/jour s'il est aux colonies, au Maroc, ou au Levant. Pour un caporal, les sommes sont de 0,70 franc/jour (France, Algérie, Tunisie), et de 1,20 francs à 3,10 francs/jour (colonies, Maroc, Levant). Des indemnités peuvent s'ajouter à ces sommes. Par exemple, on trouve l'indemnité mensuelle de logement (40 francs pour les hommes de troupe mariés autorisés à loger en ville) ; indemnité mensuelle pour charges de famille, à l'intention des hommes de troupe ayant des enfants à charge. Cette indemnité varie suivant le nombre d'enfants : 55 francs pour le 1er enfant, 100 francs pour le second enfant, 208,33 francs pour le 3ème enfant, et 250 francs pour le 4ème enfant.
Les sommes varient aussi pour les caporaux-chefs, sergents, sergents-chef, adjudants, et adjudants-chef. Elles différent suivant les lieux, répartis de la manière suivante : France, Bassin méditerranéen, colonies. Ainsi, pour ne prendre que deux exemples, un caporal-chef, suivant sa situation, touche, en France, et par mois, de 566 francs à 1168 francs, dans le Bassin méditerranéen de 685 francs à 1394 francs, et aux colonies de 817 francs à 1931 francs. Un adjudant-chef touche, selon sa situation, par mois, en France de 1031 francs à 1715 francs, dans le Bassin méditerranéen de 1292 francs à 2312 francs, et aux colonies de 1606 francs à 3062 francs. Là aussi, quelques indemnités peuvent s'ajouter à ces sommes (par exemple : indemnité de logement, variable avec le grade et la garnison, et pouvant aller de 40 à 165 francs/mois).
Les militaires de carrière perçoivent aussi des primes d'engagement et de rengagement. Ces sommes peuvent être perçues à divers moments, suivant le choix du militaire : en totalité après 5 mois de service effectif, par trimestre à terme échu, en totalité en fin de contrat. Une exception : la prime de rengagement peut être perçue dès la signature du contrat, par les militaires en activité de service. Les tarifs varient suivant s'il s'agit d'un engagement ou d'un rengagement. Ainsi, par exemple, un engagé à terme fixe ou à titre résiliable perçoit une prime de 3900 francs pour 3 ans, 6500 francs pour 4 ans. Un rengagé à terme fixe ou à titre résiliable perçoit une prime de 7800 francs pour 3 ans, 10400 francs pour 4 ans.
Il existe aussi d'autres frais, comme les frais de déplacement et de transport des engagés ou rengagés libérés rejoignant leur corps. Les indemnités pour les voyages diffèrent, notamment suivant la situation familiale de l'homme, célibataire ou marié.
On peut aborder, enfin, les avantages particuliers liés à certains corps ou service, comme les Télégraphistes militaires des Troupes coloniales, percevant des primes de spécialité (car ces télégraphistes appartiennent au cadre des spécialistes). Les Armuriers des Troupes coloniales, en service aux colonies, et ayant un certificat de spécialité, perçoivent une indemnité journalière spéciale, allant de 2,60 francs à 5,20 francs. Pour les armuriers n'ayant pas ce certificat, l'indemnité journalière varie de 1,75 francs à 2,60 francs. Enfin, les Infirmiers militaires des Troupes coloniales, en service aux colonies, titulaires du brevet supérieur de capacité d'infirmier, perçoivent une indemnité allant de 1,35 francs à 3 francs/jour.

Voici quelques photos de cette brochure :








Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
marne14
J'habite sur le forum !
J'habite sur le forum !
avatar

Nombre de messages : 2752
Localisation : Breizh dizalc'h
Thème de collection : 14-18
Date d'inscription : 15/11/2015

MessageSujet: Re: L'engagement et le rengagement dans les Troupes coloniales - 1939/1940   Dim 2 Déc 2018 - 18:26

Bonjour,

La première affiche est magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
evogled
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 158
Localisation : Champagne
Thème de collection : Sabre - Baïo
Date d'inscription : 21/02/2016

MessageSujet: Re: L'engagement et le rengagement dans les Troupes coloniales - 1939/1940   Dim 2 Déc 2018 - 19:08

Bonsoir Poddichini,
Merci pour ces précisions, sujet toujours intéressant
Je rejoins marne14 sur la beauté de l'affiche.
Cdlt,
JF
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 16373
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: L'engagement et le rengagement dans les Troupes coloniales - 1939/1940   Lun 3 Déc 2018 - 7:15

Bonjour,

Et merci.
Il y a un nom à côté du globe, sur la première de couverture de cette brochure : P Grosjean. Peut-être s'agit-il du dessinateur ?

Bonne journée à tous.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'engagement et le rengagement dans les Troupes coloniales - 1939/1940   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'engagement et le rengagement dans les Troupes coloniales - 1939/1940
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MEGAVENTURE PIRATE DES CARAÏBES les 6 et 7 Octobre 2012
» 1939 - 1940 - QUATRIEME CHAPITRE
» a vendre quelques pièces
» le fort de Rochonvillers (ligne maginot)
» Troupes coloniales - Modèle 1871 - alu - avril à novembre 1915 (fabrication décidée en avril-effectuée à l'automne)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le Forum Passion-Militaria :: Après la seconde guerre mondiale ... :: Troupes coloniales et troupes d'Afrique-
Sauter vers: