le Forum Passion-Militaria

le Forum Passion-Militaria

Le forum PassionMilitaria, n°1 en langue française dans le monde !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  PM'AriaPM'Aria  PM sur FacebookPM sur Facebook  

La Bourse Passion Militaria est désormais fermée, merci à tous.




Rejoignez la page officielle PassionMilitaria sur Facebook !

C'est par ici !



Partagez | 
 

 Sur les traces des guerres de Vendée

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
fitonili
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 51
Localisation : Anjou
Thème de collection : casques Français et guerre de Vendée
Date d'inscription : 10/04/2018

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Mar 7 Aoû 2018 - 18:47

Bonsoir,
Si cela t'intéresse, dit moi le jour ou tu passeras et je serai présent, moi ou bien notre président (le général Patrick Garreau) ce dernier étant un puit de savoir sur cette période.
Philippe
Revenir en haut Aller en bas
mc
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3080
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes blanches et décorations allemandes
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Mer 8 Aoû 2018 - 11:16

Bonjour Philippe, je n'hésiterai pas à te contacter avant ma venue. Merci à toi !
Revenir en haut Aller en bas
mc
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3080
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes blanches et décorations allemandes
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Mer 8 Aoû 2018 - 11:40

Bonjour à tous,

23 décembre 1793, l'armée catholique et royale disparaît dans les marais de Savenay.

Kléber, l'un des principaux généraux républicains, en a parfaitement rendu compte dans un texte bref, mais – ô combien ! – saisissant : « Les canonniers ennemis sont égorgés sur leurs pièces; on traverse Savenay. Chaque colonne prend une direction différente à la poursuite des rebelles. Le carnage devient horrible. On ne voit partout que des piles de cadavres ; une grande partie va se noyer dans les marais de Montoir, le reste se jette dans les bois où bientôt ils sont découverts, tués ou faits prisonniers. Equipages, canons, ornements d'église, papiers relatifs à leur administration, tout tombe en notre pouvoir, et pour cette fois la défaite de l'ennemi rend sa destruction certaine. »

Général Westermann :"J'ai exterminé les femmes et les enfants....je n'ai pas un prisonnier à me reprocher...la pitié n'est pas révolutionnaire".


Au pied de ce tombeau, construit à à la fin du XIXè, a été déposée la croix qui ornait l'ancienne église détruite au XIXè. Ce Christ a donc assisté aux virulents combats qui se déroulèrent souvent au corps à corps devant l'église même.










Le cimetière de Prinquiau abrite un lieu de pèlerinage incontournable, signalé dès l’entrée : le Tombeau des Vendéens. Le monument, plutôt modeste, porte deux inscriptions. La première est gravée sur la dalle de granit : « A la mémoire de la Grande Armée vendéenne exterminée à la bataille de Savenay le 23 décembre 1793 Pro Deo Pro Rege » (pour Dieu pour le Roi). La seconde, sur la croix, indique qu’ « ici reposent les ossements des restes de l’armée vendéenne, massacrée à la déroute de Savenay, sur la butte de Sem, en la commune de Prinquiau, le 23 décembre 1793 ». Dès le début de la Restauration, le maire de Prinquiau, François Espivent de Perran, fit recenser les fosses dans lesquelles les corps des suppliciés avaient été jetés à la hâte. On en dénombra trente-neuf, qui furent ouvertes le 12 juin 1816. Certaines contenaient jusqu’à six couches de squelettes portant encore des vestiges de vêtements, des chapelets, des sabots et autres objets domestiques. On chargea tous ces ossements sur onze tombereaux avant de les déposer dans un cercueil de grande taille, qui pourtant ne suffit pas à tout contenir. On porta alors le reste des exhumations au cimetière de Prinquiau, où une large fosse avait été creusée. Une cérémonie fut organisée le lendemain, autour de ce cercueil porté par dix-huit hommes, sous les ordres de Jean-Marie Bourdic, ancien capitaine de l’armée vendéenne, jusqu’à l’église. Le recteur, François Desmars, célébra en mémoire des victimes une messe de Requiem, puis le cortège se rendit au cimetière, accompagné par plus de deux mille personnes.






Sur la butte de Sem, aujourd’hui bordée par la grande route de Saint-Nazaire, six à sept cents victimes furent ainsi massacrées sur place.
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume2
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 544
Localisation : Île-de-France
Thème de collection : aucun
Date d'inscription : 07/07/2016

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Mer 8 Aoû 2018 - 12:30

Bonjour,

Merci de ce reportage très fourni, c'est vraiment un guide des lieux de recueillement.
Revenir en haut Aller en bas
mc
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3080
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes blanches et décorations allemandes
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Mer 8 Aoû 2018 - 12:33

Bonjour et merci beaucoup, Guillaume !
Revenir en haut Aller en bas
fitonili
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 51
Localisation : Anjou
Thème de collection : casques Français et guerre de Vendée
Date d'inscription : 10/04/2018

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Mer 8 Aoû 2018 - 21:27

Bonsoir,
Petit complément sur Saint Florent le Vieil, la plaque devant la maison ou Bomchamps fit grace au 5000 prisonniers.elle se trouve en bas de la grande rue qui monte au Mont glone.

La stèle du champs des martyres ou furent fusillé 2000 hommes, femmes et enfants des 2 fosses  communes furent ouverte il y a quelques années et la positions et la concentration des corps confirme le chiffre de 2000 Morts.

Revenir en haut Aller en bas
mc
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3080
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes blanches et décorations allemandes
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Mer 8 Aoû 2018 - 21:32

Merci Fitonili d'avoir bien voulu compléter la partie consacrée à St Florent.
Revenir en haut Aller en bas
mc
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3080
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes blanches et décorations allemandes
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Jeu 9 Aoû 2018 - 18:36

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, nous nous rendons à "la porte" de la Vendée militaire..

Le 19 septembre 1793 au Pont-Barré sur le Layon, près de Saint-Lambert-du-Lattay, les forces républicaines du général Charles Duhoux de Hauterive se heurtèrent aux forces vendéennes commandées par le propre neveu du général, le chevalier Duhoux. La bataille s'engagea et les Vendéens en nette infériorité numérique (5000 contre 15000) parvinrent toutefois à résister aux offensives bleues. Piron de La Varenne, victorieux la veille à Coron arriva en renfort avec de la cavalerie et de l'infanterie. Les Républicains durent battre en retraite et se replièrent dans la panique jusqu'aux Ponts-de-Cé près d'Angers.















Dans la forêt de Beaulieu, sur l’autre rive du Layon, aux Fosses-Cady furent inhumés plus d’un millier de soldats républicains tombés à la bataille. On distingue sans peine l’empreinte de ces fosses communes dans le sol au milieu des arbres. Ce type de monument érigé en l'honneur des troupes républicaines est rare.
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume2
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 544
Localisation : Île-de-France
Thème de collection : aucun
Date d'inscription : 07/07/2016

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Jeu 9 Aoû 2018 - 23:41

Bonsoir,

Avec un "De profundis" et une croix sur la fosse contenant les républicains... Shocked
Qui a fait poser cette plaque en 1989 ?

Si j'avais une voiture et le permis je serais déjà en route avec ma fille pour une virée en suivant tes messages. Cela viendra peut-être un jour ! Ton travail est vraiment remarquable. Tous mes respects aussi au Souvenir vendéen.
Revenir en haut Aller en bas
mc
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3080
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes blanches et décorations allemandes
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Ven 10 Aoû 2018 - 0:04

Bonsoir Guillaume,

Je te remercie beaucoup, ce n'est pas un "travail" mais le fruit d'une dizaine d'années de promenades en famille sur les traces de cette guerre de géants. Souvent, cela s'est apparenté à un pèlerinage, tant certains lieux sont marqués du sceau de la souffrance et du martyr.

La terre et les morts écrivait Barrès.

Je te souhaite de pouvoir découvrir tous ces lieux en famille, dès que tu en auras la possibilité.
Revenir en haut Aller en bas
mc
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3080
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes blanches et décorations allemandes
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Sam 11 Aoû 2018 - 19:15

Bonjour à tous,

Nous nous rendons aujourd'hui au Mans.

La bataille du Mans des 12 et 13 décembre 1793 marque la fin de la virée de Galerne et de la première guerre de Vendée, avant la disparition totale à Savenay de l'armée catholique et royale. 30 à 40000 personnes, dont moins de la moitié sont des combattants, vont subir l'assaut de l'armée républicaine forte de 30000 hommes. L'armée catholique et royale comptera 15000 morts, dont 3000 dans le centre-ville, pour quelques centaines de républicains. Les combats se dérouleront essentiellement dans la ville et les rues seront jonchées de corps. La fuite éperdue des non combattants aux alentours et leur massacre marqua les contemporains.



La cathédrale saint Julien :




Des rues du vieux-Mans, lieu des combats :




Lors des travaux de construction d'un centre culturel sur le champ des jacobins, on découvrit en 2008 des fosses communes datant de la bataille. On savait déjà que les habitants de la ville, dès la fin des combats et de la fouille de la ville, s'était empressé d'enterrer les cadavres. l'INRAP procéda aux fouilles et dénombra les restes de 159 personnes, dont une cinquantaine de femmes.

"L'étude de ces traces matérielles confirme la violence des affrontements dont font mention les textes des deux camps, avec fusillades, échanges de tirs d'artillerie et corps à corps. Les blessures multiples témoignent du chaos et de la lutte sans merci qui régnait dans le vieux Mans." (Source INRAP)


(source : wikipédia)


Revenir en haut Aller en bas
fitonili
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 51
Localisation : Anjou
Thème de collection : casques Français et guerre de Vendée
Date d'inscription : 10/04/2018

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Sam 11 Aoû 2018 - 20:45

Bonsoir mc,
Je tiens vraiment à te remercier pour ce "reportage" et du devoir de mémoire que tu nous fais partager.
Pour l'expo de Saint Florent elle ferme le 2 Septembre, viens nous voir on sera ravi de t'y accueillir.
Merci
Philippe
Revenir en haut Aller en bas
mc
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3080
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes blanches et décorations allemandes
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Sam 11 Aoû 2018 - 20:54

Bonsoir fitonili,

Merci à toi ! Je n'y manquerai pas.
Revenir en haut Aller en bas
mc
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3080
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes blanches et décorations allemandes
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Lun 13 Aoû 2018 - 15:15

Bonjour à tous,

Nous nous rendons aujourd'hui à Noirmoutiers.

Le 3 janvier 1794, l'armée républicaine, commandé par Haxo, forte de plus de 3000 hommes soutenue par une frégate et une dizaine de bateaux de transport affronte avec succès les 1800 vendéens qui occupent l'Île depuis le mois d'octobre 1793.
La vie sauve avait été promise aux Vendéens mais les représentants en mission Prieur de la Marne, Turreau et Bourbotte ne prirent pas en compte la parole de Haxo. Le tribunal révolutionnaire fut remis en place, les soldats organisèrent des battues dans les bois et les souterrains et de nombreux habitants furent arrêtés. Tous les prisonniers furent enfermés dans l'église, et leur nombre gagna rapidement les 2000. Les représentants ordonnèrent ensuite la mise à mort de tous les prisonniers entassés dans l'église. Haxo tenta de s'opposer à cette mesure mais en vain, les représentants avaient autorité dans ce domaine. Au matin du 4 janvier, les exécutions commencèrent, les prisonniers furent extraits de l'église par groupes de 60, conduits à Banzeaux, au lieu-dit La Vache et fusillés sur la plage. Les exécutions durèrent deux jours, les corps entassés dans une fosse ne furent enterrés qu'au bout d'un mois. Les républicains eurent la surprise de trouver Maurice Gigost d'Elbée parmi leurs prisonniers, l'ancien général en chef passait pour mort auprès des autorités républicaines. D'Elbée subit un long interrogatoire. Le 7 janvier, d'Elbée, Pierre Duhoux d’Hauterive et Boisy sont conduits sur la place d'Armes. D'Elbée, blessé, ne pouvait marcher et avait été placé sur un fauteuil. On adjoignit ensuite aux trois condamnés l'officier républicain Conrad Wieland, ancien commandant de Noirmoutier, coupable de s'être rendu aux Vendéens lors de la première bataille de Noirmoutier. Les quatre hommes furent ensuite fusillés. Onze jours plus tard, Marguerite du Houx d'Hauterive, épouse du général d'Elbée subit le même sort.

D'Elbée au musée du château de Noirmoutiers :










La chapelle des Martyrs, ou Notre-Dame de la Pitié, a été construite en 1950 aux abords de la ville. Cette petite chapelle toute blanche marque l’endroit où les républicains fusillèrent près de 2000 prisonniers vendéens et habitants de l'Île, les 4 et 5 janvier 1794.
Revenir en haut Aller en bas
mc
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3080
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes blanches et décorations allemandes
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Mar 14 Aoû 2018 - 0:57

Bonjour à tous,

Clisson et le massacre du 8 février 1794 :

Début février 1794, les habitants de Clisson ont déserté la ville en grande partie dévastée par la guerre. Quelques-uns sont revenus cherchant un refuge dans les ruines du château. Ils allumèrent un feu. Cette imprudence les fait repérer par une unité républicaine installée sous les halles de la ville. Capturés, les réfugiés sont rassemblés dans la cour du grand logis. Sans aucune forme de procès, ordre fut donné de tous les tuer. À coups de sabres, de pique et de crosse, les républicains s’acharnent sur leurs victimes, avant de les précipiter, mortes ou vives, dans le puits situé au centre de la cour. Les bourreaux achèvent leurs victimes en détachant les pierres de la margelle pour les jeter avec des boulets de canon au fond du puits.



Le temps passa, l’épisode fut presqu’oublié et un bel épicéa poussa sur le puits, on l’appelait « l’arbre des Vendéens ». 165 ans plus tard, l’arbre mourut. Son dégagement permit au Docteur Coubard, fondateur du Souvenir Vendéen, de pratiquer des fouilles à cet endroit :
« À une profondeur d’à peu près 12 mètres, on commença à trouver les premiers ossements humains et il en fut retiré… jusqu’à proximité du fond, c’est-à-dire à 15,10 m. On a pu dénombrer 18 crânes humains, certains entiers,… d’autres fracassés. À noter que la presque totalité appartient à des personnes jeunes… Détail émouvant : parmi les débris retirés, on a retrouvé les restes très reconnaissables d’un petit sabot et d’un petit soulier d’enfant. » (Revue du Souvenir Vendéen, n°54, mars 1961).



Les restes furent inhumés en la chapelle du Prieuré et une plaque recense les noms des victimes :

Ici reposent
les restes de 18 personnes de Clisson
massacrées en « haine de la foi »
et jetées dans le puits du château par les soldats
de la « colonne infernale » de Cordelier
le 8 février 1794
Julien BROCHARD / Femme CRABIT / Françoise GAUDIN
François VINET / Perrine CRABIT / Victoire GAUDIN
BRANGER / Jeanne CRABIT / Marie GAUDIN
Femme BRANGER / A… CRABIT / Femme JUDEX
Enfant BRANGER / Jean DOUILLARD / Fille JUDEX
Jeanne BRANGER / Femme GAUDIN / Femme ROBERT
Les ossements ont été retrouvés et exhumés en
février 1961


Revenir en haut Aller en bas
mc
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3080
Localisation : Bretagne
Thème de collection : Armes blanches et décorations allemandes
Date d'inscription : 11/07/2012

MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   Jeu 16 Aoû 2018 - 19:07

Bonjour à tous,

La ville de Cholet voit se dérouler trois batailles durant les guerres de Vendée, les 15 mars 1793, le 17 octobre 1793 et le 8 février 1794. Nous nous intéresserons à la Deuxième bataille de Cholet, la plus importante et la plus décisive, le 17 octobre 1793.

40000 vendéens affrontent 30000 républicains au nord de Cholet, Kléber et Marceau font face à d'Elbée, Bonchamp et Larochejaquelein. La bataille fait rage en cet après-midi du mois d'octobre et les combats sont tout d'abord incertains. Un habile stratagème de Marceau provoqua la panique et la fuite des vendéens aux cris de : "A la Loire !". L'armée catholique et royale perdait 8000 hommes pour 4000 républicains.

Jean-Baptiste Kléber déclara : "Les rebelles combattaient comme des tigres et nos soldats comme des lions".

Outre l'incontournable musée d'histoire de Cholet, et qui fait déjà l'objet d'un "post" http://www.passionmilitaria.com/t146705-musee-des-guerres-de-vendee-cholet, on peut voir cette stèle commémorant la bataille :




Plan de la bataille du musée de Cholet.


Maquette du champ de bataille du musée de Cholet.


Henri de La Rochejaquelein au combat de Cholet, 17 octobre 1793, peinture de Paul-Émile Boutigny.


La déroute de Cholet, peinture de Jules Girardet.

En 1993, la municipalité aménagea un parc situé sur le champ de bataille devenu aujourd'hui une zone d'activité commerciale : le parc du champ de bataille. Une table d'orientation se situait à son sommet et permettait aux visiteurs de visualiser et comprendre le déroulement de l'affrontement du 17 octobre 1793. Oublié de tous, tant des touristes que des pouvoirs publics, le parc est aujourd'hui abandonné. La table, quant à elle, fut vandalisée à plusieurs reprises et définitivement détruite par des inconnus en 2017 :


Pierre Gréau (à gauche) du Souvenir Vendéen devant la table d’orientation dévastée par le feu (photo Guy Jacob). Source : Souvenir vendéen.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur les traces des guerres de Vendée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur les traces des guerres de Vendée
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» vend 250 tm
» Avis de marché - Vendôme (41) - Lot 2 sculptures
» vend KTM 50 sx et 65 sx
» [Vend] Figurine peinture prestige
» PETITES GUERRES 2010 - 27-28 MARS 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le Forum Passion-Militaria :: Le coin de Peter (BMC): être collectionneur ! :: Evasion, expositions, muséologie et bunkerarchéologie-
Sauter vers: