le Forum Passion-Militaria

le Forum Passion-Militaria

Le forum PassionMilitaria, n°1 en langue française dans le monde !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  PM sur FacebookPM sur Facebook  
Rejoignez la page officielle PassionMilitaria sur Facebook !

Partagez
 

 Sur les bancs de l'Ecole coloniale

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMer 2 Oct 2019 - 12:41

Bonjour medaille 71,

Je vous remercie pour votre sympathique message.

Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMer 2 Oct 2019 - 13:04

Quelques précisions supplémentaires sur le coût des études à l'Ecole coloniale. En 1895, les droits d'inscription s'élèvent à 150 francs. Les élèves doivent également payer les leçons d'équitation et d'escrime : 152 francs/an.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
marlain4648
Général de Brigade
Général de Brigade
marlain4648

Nombre de messages : 902
Age : 73
Localisation : Savoie
Thème de collection : collection reglos et Savoie Sarde
Date d'inscription : 06/02/2013

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMer 2 Oct 2019 - 14:29

bonjour

toujours au top Poddi

cdt Alain
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMer 2 Oct 2019 - 18:37

Bonjour Alain,

merci pour ce mot.

Amicalement.
Revenir en haut Aller en bas
Frantzi
Général de Division
Général de Division
Frantzi

Nombre de messages : 1427
Localisation : SW Alsace , près du Lion
Thème de collection : Marine , FNFL , Coutellerie .
Date d'inscription : 06/03/2015

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMer 2 Oct 2019 - 20:28

Bonjour ,

in vrai régal ces textes administratifs qui ne sont pas sans rappeler ceux en vigueur à la même époque pour les Ecoles d'Hydrographie appelées ainsi avant guerre, puis de Navigation et enfin de la Marine Marchande dans les années 50.

j'y vois un destin parallèle car si nous n'avons plus de colonies à ce jour notre marine marchande est à la peine car des 7 écoles actives (y compris Paris et Alger) il est question de n'en conserver qu'une seule mais ... en 3 sites géographiques différents ...

merci Poddichini pour ce coup d'oeil dans le rétro !

F+
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMer 2 Oct 2019 - 20:34

Bonsoir Frantzi,

merci pour votre message.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyJeu 3 Oct 2019 - 22:23

Bonsoir à tous,

au début du XXème siècle, les élèves de l’École coloniale ont des cours organisés en deux parties. D'abord des cours généraux :
- colonisation française (politique coloniale, régime économique, mise en valeur)
- organisation administrative des colonies françaises
- colonisation étrangère
- droit administratif colonial
- comptabilité administrative
- productions coloniales
- topographie théorique et pratique
- langues vivantes (anglais-allemand)
- exercices militaires et physiques (ces exercices militaires se déroulaient dans la cour intérieure de l'école. A ce titre, les élèves portaient un képi, et une tenue composée d'une chemise blanche, d'une sorte de pélisse, ou tunique, à deux rangées de quatre boutons, un ceinturon à boucle, un pantalon).
En outre, un ouvrage colonial écrit en langue étrangère devait être traduit et présenté par les élèves.

Ensuite des cours suivants la section choisie. Il existait quatre sections en 1909 : section de l'Indochine, section de l'Afrique, section des Services pénitentiaires et section de la Magistrature (pas encore de section nord-africaine, qui arrive en 1914).
Les cours sont obligatoires à la fois les cours généraux, et les cours de sa section.

Une vue des débouchés des élèves de l’École, 20 ans après son ouverture : 1867 élèves ont été inscrits depuis l'ouverture de Colo. Chacun a opté pour une carrière spécifique. Ainsi, 481 élèves ont embrassé une carrière administrative. Les élèves brevetés sont allés en majorité en Indochine (142 élèves), puis en Afrique (122 élèves), d'autres ont choisi les corps de l'intendance militaire des Troupes coloniales (12élèves), la magistrature coloniale (13 élèves). D'autres élèves sont partis aux colonies, dans le secteur du commerce, ou de l'agriculture.
Il y eut également 87 élèves issus des colonies et qui ont intégré (de manière obligatoire) l'internat de l'école et la section dite « indigène ». Après l'obtention du diplôme, ils sont rentrés dans leur territoire et beaucoup ont occupé des fonctions notables : officier de l'armée, commissaire de gouvernement dans des protectorats.

Source : La dépêche coloniale illustrée, n°22 – 30 novembre 1909.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptySam 5 Oct 2019 - 8:38

Bonjour,

revenons aux années 1930, et plus particulièrement en 1935 pour s'intéresser aux conditions exigées pour prendre part au concours d'admission, puis au concours d'admission en lui-même, à l'ENFOM : l'Ecole nationale de la France d'Outre-mer : c'est le nouveau nom donné à l'Ecole coloniale, depuis l'arrêté du 21 décembre 1934.

Le Journal officiel du 26 décembre 1935 nous en donne les détails.

Pour prendre part au concours d'admission à l'ENFOM, il faut être âgé de 18 ans au moins et 24 ans au plus; être de nationalité française et "de bonnes vie et moeurs". Un diplôme de bachelier est demandé, tout comme la justification d'une aptitude physique suffisante. Chaque demande doit être déposée avant le 1er avril et cette candidature est étudiée par un collège de cinq personnes : un Conseiller d'Etat, présidant la commission d'étude des candidatures, le directeur de l'ENFOM (en l'occurence Henri Gourdon), un inspecteur général ou un inspecteur des colonies, un gouverneur en activité ou à la retraite, un résident supérieur ou gouverneur de l'Indochine en activité ou à la retraite. Le dossier de candidature doit comporter un extrait de l'acte de naissance sur papier timbré, un extrait du casier judiciaire ayant au moins trois mois de date, un certificat de bonnes vie et moeurs ayant au moins trois mois de date, le diplôme de bachelier, un certificat constatant la bonne aptitude physique au service national, l'indication du centre d'examen dans lequelle candidat désire passer ces examens.

Le concours en lui-même comporte plusieurs épreuves : des écrits avec divers coefficients : composition française - 4, histoire de la colonisation française - 3, géographie générale - 3. On trouve une interrogation orale de droit - 1. Et plusieurs autres oraux : explication d'un texte en Français - 2, explication d'un texte en anglais ou en allemand - 2, interrogations sur l'histoire de la colonisation française - 2, interrogations sur la géologie - 2, interrogations sur la géographie générale - 2, interrogations sur l'anatomie et physiologie végétales - 2, interrogations sur l'anatomie et physiologie animales - 2.
Une note de 6 à une des épreuves est considérée comme éliminatoire.

Source : Journal officiel des jeudi 26 et vendredi 27 décembre 1935.

Cordialement.

Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMar 8 Oct 2019 - 20:40

Bonsoir à tous,

En 1937, il semble que le concours d'admission et l'organisation de l'enseignement au sein de l'ENFOM aient subi quelques changements. Le rapport de Marius Moutet, ministre des Colonies, au président de la République, Albert Lebrun, nous amène à comprendre ces changements.

Nous avons vu précédemment qu'en 1927 des changements avaient été apportés dans ce concours, notamment en faisant un lien plus important entre les lycées et l’École coloniale. Après 10 ans passés, la consultation des maîtres des lycées a permis de se faire une idée plus précise des avantages et inconvénients de la formule adoptée. Ainsi, il est pris comme décision d'ajouter une quatrième épreuve écrite et d'élever le « nombre des éléments universitaires dans le jury ». Il est aussi nécessaire de modifier l'enseignement pour l'adapter à son époque. Les programmes sont donc revus.

Voyons tout d'abord ce qu'il en est concernant le programme du concours. On y trouve des épreuves écrites portant sur diverses matières :
- composition de littérature française prise dans le programme des auteurs français définis par l'ENFOM (coeffcient 3) : pour le concours d'admission de 1938, les auteurs sont La Bruyère (Les caractères), Rousseau (Les rêveries d'un promeneur solitaire), Balzac (Le médecin de campagne), Hugo (Les contemplations), Taine (Essai de critique et d'histoire), Marius-Ary Leblond (Anthologie coloniale), Cario et Régismanset (L'exotisme ; la littérature coloniale)
- composition de morale et sociologie (2)
- composition d'histoire de la colonisation française (2)
- composition sur la géographie économique et humaine (3)

Par ailleurs, des justifications d'études en droit sont demandées. Les admissibles à l'oral devront désormais subir des épreuves qui se placent avant les oraux. Il s'agit là d'interrogations sur des matières inscrites au programme de la première année en droit (à l'exception de ceux ayant un certificat constatant la réussite à ces épreuves, avant la participation au concours d'admission à l'ENFOM).

Les épreuves orales d'admission sont diverses :
- explication d'un texte en Français pris parmi les auteurs précités (2)
- explication d'un texte en anglais ou en allemand pris parmi les auteurs suivants : pour l'anglais : Richard Hughes (A high wind in Jamaïca) ; pour l'allemand : Maurice Bouchez (Wer will der kann, Von deutscher Art und Tat) (2)
- interrogations sur l'histoire des colonies étrangères au XIXème siècle (2)
- interrogations sur la géographie générale, économique et humaine (2)
- interrogations sur la géologie (2)
- interrogations sur l'anatomie et la physiologie animales (2)
- interrogations sur l'anatomie et la physiologie végétales (2)

Paris, Le Havre, Nantes, Bordeaux, Marseille et dans d'autres villes désignées par arrêté ministériel sont choisies pour accueillir les épreuves écrites. Les interrogations en droit et les épreuves orales ont lieu à l'ENFOM.
Le jury du concours d'admission se compose d'un président, pris parmi le conseil de perfectionnement, de membres (le directeur de l'ENFOM, Henry Gourdon, puis Robert Delavignette en 1937 ; trois professeurs de la faculté de lettres ; un professeur agrégé pour chacune des épreuves d'admissibilité, un inspecteur des colonies ou un sous-directeur au ministère des colonies). Ce jury est complété par six professeurs de la faculté de droit pour les interrogations de droit, un examinateur spécial pour chaque épreuve d'admission.

Pour être admissible, un total de 120 pts doit être obtenu, et aucune note en-dessous de 6/20 (note éliminatoire). Pour ceux qui ont à passer les interrogations de droit, une note de 0/20 est éliminatoire. Une moyenne de 10/20 est nécessaire pour passer les épreuves orales.

Voyons désormais que est le programme des cours à l'ENFOM.
Pour les sections administratives de l'ENFOM, les cours généraux sont les suivants pour la première année :
- Histoire de la colonisation étrangère (30 leçons)
- Géographie de l'Afrique du Nord, des colonies autonomes et des colonies étrangères (25 leçons)
- Éléments d'ethnologie et de sociologie générales (20 leçons)
- Éléments de météorologie et minéralogie (20 leçons)
- Éléments d'agronomie coloniale (15 leçons)
- Élevage et pêche (15 leçons)
- Éléments d'hygiène et de médecine coloniale (30 leçons)
- Psychologie appliquée à la colonisation (10 leçons)
- Droit civil (30 leçons)
- Droit criminel (20 leçons)
- Droit administratif (30 leçons)
- Économie politique (25 leçons)
- Comptabilité commerciale (10 leçons)
- Langues anglaise ou allemande (25 leçons)

Chaque cours fait l'objet de deux leçons par semaine.

En deuxième année, les élèves suivent les cours suivants :
- Régime économique et colonisation française (35 leçons)
- Régime économique et colonisation étrangère (20 leçons)
- Comptabilité administrative (20 leçons)
- Science financière (20 leçons)
- Droit commercial (15 leçons)
- Travaux pratiques de sociologie appliquée à la colonisation (10 leçons)
- Travaux personnels historiques, géographiques ou ethnographiques (14 leçons)
- Langues anglaise ou allemande (15 leçons)
- Escrime et équitation

Chaque cours fait l'objet de deux leçons par semaine.

Enfin, en troisième année, les élèves suivent les cours suivants :
- Organisation administrative des colonies françaises (25 leçons)
- Organisation administrative des colonies étrangères (12 leçons)
- Étude des méthodes coloniales françaises et étrangères (15 leçons)
- Devoirs de l'administrateur colonial en Indochine (2 leçons), en AOF et AEF (2 leçons), à Madagascar (2 leçons)
- Rédaction administrative (20 leçons)
- Législation du travail appliquée aux colonies (15 leçons)
- Condition des indigènes en droit privé (15 leçons)
- Escrime et équitation

Chaque cours fait l'objet de deux leçons par semaine.

Chaque section a son programme de cours. Pour la section indochinoise, les cours sont les suivants :
- Histoire indigène de l'Indochine et de la Chine en 3ème année (20 leçons)
- Géographie détaillée de l'Indochine en 2ème année (20 leçons)
- Ethnologie détaillée de l'Indochine en 3ème année (10 leçons)
- Droit coutumier de l'Indochine en 2ème année (10 leçons)
- Législation et administration de l'Indochine en 2ème année (10 leçons) et en 3ème année (20 leçons)
- Langue annamite en 2ème année (60 leçons) et en 3ème année (60 leçons)
- Langue cambodgienne en 2ème année (30 leçons) et en 3ème année (10 leçons)

Pour la section africaine et malgache, les cours sont les suivants :
- Histoire indigène de l'Afrique noire en 3ème année (10 leçons)
- Histoire indigène de Madagascar en 3ème année (10 leçons)
- Géographie détaillée de l'Afrique noire en 2ème année (15 leçons), Géographie détaillée de Madagascar (5 leçons)
- Ethnologie et droit coutumier de l'Afrique noire en 2ème année (20 leçons), de Madagascar en 2ème année (10 leçons)
- Législation et administration des possessions françaises d'Afrique et de Madagascar : Algérie, Maroc, Tunisie en 2ème année (20 leçons), AOF et AEF en 3ème année (20 leçons), Madagascar en 3ème année (15 leçons)
- Droit musulman en 3ème année (30 leçons)
- Éléments de linguistiques en 2ème année (20 leçons), en 3ème année (20 leçons)
- Langue malgache en 2ème année (25 leçons), en 3ème année (25 leçons).

Nous pouvons ajouter que des excursions géographiques peuvent être intégrées dans les cours de géographie et des « promenades technologiques » dans les cours d'agronomie coloniale, d'élevage et de pêche, de météorologie et de minéralogie, d'hygiène et de médecine coloniale et du régime économique des colonies françaises et étrangères. Les professeurs chargés des cours dirigent ces excursions et promenades.
Une moyenne de 12 est nécessaire pour être admis en division supérieure. Pour être breveté de l'ENFOM, à la fin de la 3ème année, et ainsi accéder aux postes de rédacteurs au ministère des colonies, commis principal de 1ère classe des douanes et régies de l'Indochine, il est nécessaire que les élèves aient obtenu une moyenne de 12 depuis leur entrée à l'ENFOM et une moyenne de 10 pour l'ensemble de la préparation militaire et les exercices physiques. Le choix de l'emploi en sortie d'école se fait par l'intermédiaire du classement des élèves. Pour les élèves administrateurs des colonies, cela se fait en fonction des colonies africaines où ils veulent servir.

Source : Journal officiel – vendredi 6 août 1937.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyDim 13 Oct 2019 - 9:39

Bonjour,

1938.

Un nouveau centre d'examen devait recevoir les épreuves écrites du concours d'admission à l'ENFOM: Montpellier, en complément des autres villes mentionnées plus haut. Mais l'arrêté du 30 avril le supprime. En conséquence, les candidats inscrits à Montpellier devront passer leurs épreuves à Toulouse.

Le Journal officiel du 7 mai 1938 précise le contenu des épreuves écrites du concours d'admission à l'ENFOM pour les épreuves de morale et sociologie, et les interorgations sur l'histoire de la colonisation étrangère au XIXème siècle. L'épreuve de morale comporte les questions suivantes : le problème moral. La morale et la science; La conscience morale : sa nature et sa valeur; La justice et le droit. La responsabilité; La justice et la charité; Les grandes conceptions de la vie morale; La morale et la vie personnelle. La vie du corps et la vie de l'esprit. La dignité individuelle. Rapports de la moralité personnelle et de la vie sociale. La morale et la vie domestique. La famille. La morale et la crise de la natalité; La morale et la vie économique. La division du travail. La solidarité. La profession, la question sociale; La morale et la vie politique. Liberté et égalité. L'Etat, la loi; Droits et devoirs civiques; La patrie. La morale et les relations internationales; L'humanité.
L'épreuve de sociologie comporte des questions en sciences humaines (histoire et sociologie; anthropologie, linguistique, géographie humaine. Objet et méthodes de ces sciences; Historique succint de la linguistique et de la sociologie. Coup d'oeil sur l'état actuel des sciences), en sociologoie économique (formes de la production dans les diverses sociétés humaines. Le travail. La condition des travailleurs. La division du travail et la solidarité. Les formes de l'échange dans les diverses sociétés humaines. La valeur et le prix. Concurrence et monopole. La monnaie. Le crédit. La rémunération du travail. L'épargne. Formes diverses de la propriété. Influences des transformations économiques sur les institutions, les moeurs, les idées. Les doctrines économiques : physiocrates, libéralisme classique, saint-simonisme, marxisme, mouvement coopératiste), en sociologie domestique (diverses formes de la famille. Constitution de la famille. Le mariage, son caractère moral et social), en sociologie politique (les sociétés politiques : tribus, cités, empires, nations, confédérations. Qu'est-ce qu'une Nation ? Formation de l'unité nationale, rôle de l'idéal commun dans cette formation. La langue nationale et les dialectes provinciaux. les caractères nationaux. Le principe des nationalités. Le patriotisme. L'Etat, les fonctions de l'Etat. Constitution des Etats. Relations réciproques des citoyens, la hiérarchie sociale et ses formes diverses. Les droits individuels, la liberté et ses limites. Les gouvernements : monarchies, oligarchies, gouvernements populaires. Le gouvernement parlementaire, suffrage universel, suffrage restreint. Rapport de l'exécutif et du législatif. Le pouvoir judiciaire. La criminalité et ses causes. La peine. Rapports entre les nations et les Etats. Solidarités et antagonismes. La guerre et le paix. L'arbitrage. La Société des Nations), sur la colonisation (phénomène sociologique, juridique, économique, étude des différents types de colonisation. Résumé sur la théorie du mandat).
L'épreuve morale sur l'histoire de la colonisation étrangère au XIXème siècle porte sur les éléments suivants : le monde colonial en 1815. Abolition de la traite. Révolutions en Amérique; La colonisation anglaise. L'Empire anglo-indien. Les Dominions. Les Anglais et la politique africaine. La Guerre des Boers. La question d'Egypte; Les Indes néerlandaises; La colonisation portugaise; Sécession du Brésil; Déclin de la colonisation espagnole; Expansion russe en Asie. Guerre russo-japonaise; Les nouvelles puissances coloniales : la Belgique au Congo. La colonisation allemande. L'Italie en Afrique. Les Etats-Unis, la doctrine de Monroe, le canal de Panama. L'expansion générale; Le traité de Versailles du 18 juin 1919 et ses clauses coloniales.

Enfin, le concours d'admission est quelque peu modifié le 23 août. Les coefficients des compositions et examens sont les suivants : pour les épreuves écrites :
- littérature française (3)
- morale et sociologie (2)
- histoire de la sociologie (2)
- histoire de la colonisation française (2)
- géographie économique et humaine (3).
Pour les épreuves orales :
- explication d'un texte en français (2)
- explication d'un texte en anglais ou en allemand (2)
- interrogations sur l'histoire des colonisations étrangères au XIXème siècle (2)
- interrogations sur la géographie générale, économique et humaine (2)
- interrogations sur l'anatomie et la physiologie animales (2)
- interrogations sur l'anatomie et la physiologie végétales (2).

Aucune note inférieure à 6/20 n'est permise.

Sources : Journaux officiels des mercredi 4 mai 1938, samedi 7 mai 1938, et mercredi 24 août 1938.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyLun 14 Oct 2019 - 6:07

Bonjour,

En 1940, quelques modifications sont apportées au concours d'admission à l'ENFOM, concernant l'épreuve écrite de morale et sociologie. En effet, dans la partie sociologie politique, seule la question Qu'est-ce qu'une nation ? subsiste. De plus, la partie sur la colonisation est supprimée.
On note également des changements pour les épreuves orales. Ainsi, en histoire, l'interrogation portant sur l'histoire de la colonisation étrangère est remplacée par une interrogation sur le programme d'histoire de la colonisation française. En géographie, des changements également : seuls subsistent les paragraphes sur l'élément liquide, l'élément gazeux et les flores.

Source : Journal officiel du vendredi 23 février 1940.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
kristiaan
Membre d'honneur
Membre d'honneur
kristiaan

Nombre de messages : 6294
Age : 58
Localisation : anvers
Thème de collection : L'aventure! Militaire ou civile jusqu'a +/-1960.
Date d'inscription : 18/10/2013

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyLun 14 Oct 2019 - 8:04

Bonjour,

sublime poste!
Bravo poddichini.

Si vous le permettez je compléterais volontiers en montrant son équivalent belge.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyLun 14 Oct 2019 - 9:55

Bonjour Kristiaan,

Je vous remercie. Pas de souci.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMar 15 Oct 2019 - 15:51

Bonjour,

en 1941, des majorations sont apportées aux candidats admissibles au concours ouvert en juin 1941 pour l'entrée dans les sections administratives de l'ENFOM. Ainsi ceux qui, depuis le 1er octobre 1940, ont séjourné dans une formation militaire ou un camp de jeunesse, auront une majoration de 1 pt/mois (majoration ne pouvant excéder le total de 6 pts). Les blessés de guerre ou titulaires d'une citation auront une majoration de 20 pts. Les admissibles, médaillés militaires, ou chevaliers de la Légion d'honneur pour faits de guerre auront une majoration de 60 pts. Ces majorations vont servir après l'écrit pour établir le classement à l'oral. Une copie d'un document attestant la situation permettant la majoration est demandée 15 jours avant les oraux.

Source : arrêté du 11 avril 1941, publié au Journal officiel du vendredi 18 avril 1941.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMar 15 Oct 2019 - 23:13

Bonsoir,

deux décrets sont pris en cette même année 1941, le 6 août, afin de modifier les conditions d'accès au concours des sections administratives de l'ENFOM, et afin de réorganiser l'enseignement dans les sections administratives de l'ENFOM.

Ainsi sont modifiées les conditions d'accès au concours des sections administratives. Pour se présenter à ce concours, il faut être Français et satisfaire aux lois sur l'accès aux fonctions publiques, être âgé de 18 à 24 ans (au plus tard le 1er juillet de l'année du concours, pour ces 24 ans), être bachelier de l'enseignement secondaire, titulaire du certificat de 1ère année de licence de droit, justifier d'une bonne aptitude physique, en tout cas conforme aux règlements en vigueur.

Ainsi est réorganisé l'enseignement dans les sections administratives. Cet enseignement se déroule sur trois ans à l'école, et s'ajoute à cela un an de stage aux colonies ou dans l'administration centrale. Les élèves de l'ENFOM sont nommés élèves-administrateurs des colonies, ou des Services civils de l'Indochine, à la sortie de la deuxième année d'école, après réussite aux examens de sortie de deuxième année (il faut aussi avoir satisfait aux obligations de la loi sur le recrutement de l'armée ou de la loi instituant un stage dans les chantiers de la jeunesse).
Après réussite aux examens de la troisième année, et après le stage, les élèves de l'ENFOM deviennent brevetés de l'ENFOM et administrateurs-adjoints de 3ème classe, premier grade du corps des administrateurs des colonies.

Ces deux décrets furent pris à Vichy, par le secrétaire d'Etat aux colonies de l'Etat français, le contre-amiral Charles Platon.

Source : Journal officiel du lundi 11 août 1941.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMer 16 Oct 2019 - 15:29

Bonjour,

en 1942, les épreuves écrites pour l'admission à l'ENFOM se déroulent dans 10 villes : Paris, Nantes, Bordeaux, Grenoble, Marseille, Nancy, Montpellier, Toulouse, Alger, Rabat.
Du fait de la guerre, les renseignements au sujet de l'ENFOM peuvent être pris dans deux lieux différents : directement à l'ENFOM à Paris pour la zone occupée, et au secrétariat d'Etat aux colonies, à Châtel-Guyon pour la zone non occupée.

La guerre a aussi des conséquences sur l'exercice du stage de l'ENFOM pour les adjoints des Services civils et les commis principaux des secrétariats généraux. Ainsi, ces adjoints et commis ne pouvant pas rejoindre l'ENFOM du fait des circonstances sont nommés à titre provisoire au grade d'administrateur adjoint de 3ème classe des colonies, à la même date que ceux ayant réalisé ce stage. Ils pourront réaliser ce stage ultérieurement. Ceux qui n'auront pas satisfait aux examens de sortie de stage seront réintégrés dans leur cadre d'origine avec grade, classe et degré d'ancienneté qu'ils auraient eu s'ils étaient restés dans ce cadre.
Par ailleurs, fin mai, le nombre d'élèves à admettre dans les sections administratives de l'ENFOM passe de 37 à 60.
Par la suite, de nouvelles mesures sur prises du fait du conflit. Ainsi, par décret, les élèves de l'ENFOM dont les études ont été retardées ou ajournées du fait de la guerre seront nommés élèves-administrateurs ou administrateurs adjoints de 3ème classe en même temps que les élèves ayant pu terminer leur cursus normalement. Cependant, les élèves classés devront avoir fait au moins une année d'étude à l'ENFOM et une année de stage aux colonies ou à l'administration centrale du secrétariat d'Etat aux colonies avant d'être nommés et exercés les fonctions d'un administrateur adjoint de 3ème classe. Ceux qui auront été nommés à ce grade sans avoir eu le minimum d'année précédemment expliqué pourront être licenciés s'ils ne donnent pas satisfaction au cours de leurs études et de leur stage.

Sources :
- Journal officiel du vendredi 27 mars 1942
- Décret n°1313 du 27 avril 1942 relatif au stage, à l'école nationale de la France d'outre-mer, des adjoints des services civils des commis principaux des secrétariats généraux, paru au Journal officiel du vendredi 1er mai 1942.
- Journal officiel du dimanche 31 mai 1942
- Décret n°2702 du 2 septembre 1942 relatif au reclassement des élèves de l'école nationale de la France d'outre-mer dont les études sont retardées ou ajournées en raison de l'état de guerre, paru au Journal officiel du dimanche 6 septembre 1942.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMer 16 Oct 2019 - 17:08

Un autre élément en lien avec l'ENFOM peut être évoqué ici : la mise en place, en novembre 1942, d'un corps unique d'administrateurs coloniaux. Mais, j'y reviendrai plus longuement dans un post dédié, prochainement.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMer 16 Oct 2019 - 21:12

L'année 1942 se termine par un arrêté du 28 décembre qui permet l'accueil d'auditeurs dans la section nord-africaine de l'ENFOM, en plus des élèves de cette section. Ces auditeurs se préparent au concours des carrières administratives de l'Afrique du Nord. Ils vont donc pouvoir suivre les cours de cette section. Cependant, ils ne pourront pas recevoir le brevet de l'école, mais les auditeurs qui auront satisfait aux examens de sortie de la deuxième année d'études recevront un certificat de fin d'études.

Source : Arrêté du 28 décembre 1942, publié au Journal officiel du samedi 2 janvier 1943.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyJeu 17 Oct 2019 - 21:11

Bonsoir,

En 1943, un arrêté est pris du fait des circonstances de la guerre et modifie la durée des cours à l'ENFOM. La durée des cours passe à deux ans, pour tous les élèves, à compter du 1er novembre 1942.
On précise également que les élèves des sections administratives ayant satisfait aux examens de sortie de leur deuxième année d'études et ayant satisfait également aux obligations de la loi sur le recrutement de l'armée ou la loi instituant un stage dans les chantiers de la jeunesse, sont nommés élèves administrateurs 1er échelon (nouvelle dénomination des élèves administrateurs depuis la loi du 18 novembre 1942). Par la suite, ils accomplissent le stage règlementaire, puis deviennent élèves administrateurs 2ème échelon. Un arrêté en date du 16 juin 1943 apporte un élément supplémentaire : les élèves administrateurs 2ème échelon accomplissent une année de service, à l'issue de laquelle ils sont nommés administrateurs adjoints de 3ème classe. Ce grade n'a pas changé dans la loi du 18 novembre 1942. On précise dans cet arrêté du 16 juin 1943 que les élèves n'ayant pas, du fait des circonstances, accompli effectivement de service militaire ni de stage dans les chantiers de la jeunesse sont considérés comme ayant satisfait aux obligations des lois sur le recrutement de l'armée ou sur le stage dans les chantiers de la jeunesse. A l'issue du stage, ils auront à accomplir deux années de service, la première en tant qu'élève administrateur 1er échelon, et la seconde en tant qu'élève administrateur 2ème échelon.

Sources : arrêté du secrétaire d'État à la Marine et aux Colonies du 4 mai 1943, publié au Journal officiel du samedi 8 mai 1943; arrêté du secrétaire d'État à la Marine et aux colonies du 16 juin 1948, publié au Journal officiel du vendredi 18 juin 1943.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptySam 19 Oct 2019 - 18:38

Bonjour,

en juillet 1943 est créé, au sein de l'ENFOM, une nouvelle structure : le centre des hautes études coloniales. Ce centre doit permettre de former le personnel colonial destiné à occuper les hauts emplois de l'administration coloniale, à la fois métropole et en outre-mer. Ce centre est donc conçu comme un outil d'apprentissage supplémentaire. Les futurs chefs des grands services publics de l'Empire colonial sont donc concernés par cette structure. Pour le diriger est mis sur pied un comité de direction. Le président de ce comité est le secrétaire général du secrétariat d'Etat aux colonies. Les membres sont le directeur du personnel du secrétariat d'Etat aux colonies, l'inspecteur conseil de l'instruction publique au secrétariat d'Etat aux colonies, le directeur de l'ENFOM (Robert Delavignette) ainsi que sept membres désignés pour trois ans par le secrétariat d'Etat aux colonies. Le programme général d'enseignement et la liste des enseignants sont arrêtés par le secrétaire d'Etat, annuellement, sur proposition de ce comité de direction.
Les auditeurs du centre des hautes études coloniales sont choisis parmi les fonctionnaires relevant de ce secrétariat d'Etat, et ayant une solde au moins égale à celle d'administrateur de 3ème classe des colonies, soit 50000 francs (si on se réfère au décret du 18 novembre 1942). Ils sont proposés par le directeur du personnel après avis du conseil des directeurs de l'administration centrale (pour les fonctionnaires en poste à l'administration centrale) ou par les gouverneurs des colonies (pour ceux en poste dans les territoires de l'Empire). Des fonctionnaires en poste en Afrique du Nord peuvent aussi intégrer ce centre.
A l'issue de leurs études et travaux, un diplôme des hautes études coloniales est décerné aux auditeurs jugés dignes de le recevoir.

Un arrêté publié au Journal officiel du jeudi 12 août 1943 semble venir modifier le nom de cette structure : le centre des hautes études coloniales devient l'école supérieure coloniale. Son comité de direction est modifié : présence de l'inspecteur général de l'enseignement au secrétariat d'Etat aux colonies (peut-être en remplacement de l'inspecteur conseil de l'instruction publique au secrétariat d'État aux colonies, qui ne figure plus dans la liste des membres du comité de direction). A l'issue des études et des travaux, les élèves sont brevetés de l'école supérieure coloniale et sont classés par ordre de mérite

Sources : arrêté du 3 juillet 1943, publié au Journal officiel des lundi 5 et mardi 6 juillet 1943; Journal officiel du jeudi 12 août 1943.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyDim 20 Oct 2019 - 8:20

Bonjour,

La guerre et l'occupation continuent d'avoir des incidences sur le fonctionnement de l'ENFOM et notamment le déroulement des concours. Ainsi, par arrêté du 3 juillet 1943 du secrétaire d'État à la Marine et aux colonies, les candidats admissibles au concours ouvert en 1943 pour l'entrée dans les sections administratives qui n'auront pas pu prendre part aux épreuves orales, car requis par le STO, le Service du Travail obligatoire (mis en place en février), pourront tout de même conserver le bénéfice de leur admissibilité pour un concours ultérieur, à condition de fournir la preuve de l'impossibilité de participer aux épreuves orales.

Source : Journal officiel du mercredi 7 juillet 1943.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyLun 21 Oct 2019 - 8:55

Bonjour,

En octobre 1943, une modification est apportée au stage que doivent réaliser les élèves de la section spéciale de la magistrature coloniale. En effet, chaque élève de cette section doit réaliser un stage au barreau et au parquet lors de sa scolarité. Le décret du 14 octobre 1943 réduit ce stage à un an. Avant d'être admis en deuxième année d'études, les élèves de cette section de l'ENFOM doivent justifier de leur inscription au barreau et au parquet. Enfin, avant leur sortie de l'ENFOM, ils doivent produire un certificat constatant qu'ils ont suivi ces stages au cours de leur dernière année d'étude.

Source : décret n°2717 portant réduction du stage au barreau et au parquet imposé aux élèves de la section spéciale de la magistrature coloniale à l'école nationale de la France d'outre-mer, paru au Journal officiel du mercredi 27 octobre 1943.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMar 29 Oct 2019 - 18:05

Bonsoir,

Par arrêté du secrétaire d’État à la Marine et aux Colonies du 11 janvier 1944, une indemnité mensuelle de 1000 francs pour les frais scolaires est allouée aux agents des services civils des colonies ou de l'Indochine, aux fonctionnaires des cadres généraux des colonies, aux militaires admis au stage à l'ENFOM et nommés élèves administrateurs (2ème échelon). Ceux qui auraient abandonné volontairement l'école, ou ceux qui feraient l'objet d'une mesure de licenciement sont priés de rembourser cette indemnité.

Source : Journal officiel du mercredi 19 janvier 1944.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyJeu 31 Oct 2019 - 15:00

Bonjour,

Du fait de la guerre, le déroulement du concours d'entrée dans les sections administratives est perturbé. Ainsi, l'arrêté du 4 mai 1944 permet aux candidats à ce concours de conserver le bénéfice de l'admissibilité (épreuves orales) si jamais ils ont été requis par le STO et, ainsi, se sont trouvés dans l'impossibilité de participer aux oraux, sous réserve de la justification de cette impossibilité. C'est donc un arrêté qui ressemble à celui du 3 juillet 1943, vu précédemment.

Source : Journal officiel du vendredi 5 mai 1944.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyVen 1 Nov 2019 - 7:57

Bonjour,

Par arrêté du 4 septembre 1944 du ministre des Colonies (René Pleven), 88 hommes ont été admis dans les sections administratives de l'ENFOM. Les épreuves orales ont été supprimées exceptionnellement. On précise également que des dispositions ultérieures seront prises pour deux types de candidats : ceux dont la préparation a été interrompue par la guerre, et ceux appartenant aux organisations de Résistance.

Source : Journal officiel du mercredi 25 octobre 1944.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyJeu 7 Nov 2019 - 6:20

Bonjour à tous,

Le décret du 24 novembre 1944 relève l'allocation scolaire maximum pouvant être allouée aux élèves de l'ENFOM de 18000 francs à 30000 francs, à compter du 1er janvier 1945.

Source : Journal officiel du mercredi 29 novembre 1944.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptySam 9 Nov 2019 - 16:08

Bonjour,

Par arrêté du 15 janvier 1945, peuvent être admis en surnombre en 1945 dans les sections administratives de l'ENFOM les candidats admissibles des concours d'entrée des années 1940, 1941, 1942 et 1943 qui ont appartenu aux organisations de résistance et qui ont eu leur préparation interrompue par la guerre. Une commission est chargée d'examiner les candidats. Cette commission est présidée par un membre du conseil de perfectionnement de l'ENFOM (M. Besson) et de plusieurs membres : le directeur de l'ENFOM (Robert Delavignette), un inspecteur des colonies (M. Gayet), deux gouverneurs en activité ou en retraite (MM. Paoli et Saller), un officier d'active ou de réserve ayant appartenu aux Forces françaises libres ou aux Forces françaises de l'intérieur (M. Colonna d'Istria). Un administrateur des colonies remplit les fonctions de secrétaire (M. Perron). Enfin, l'aptitude physique au service colonial est requise pour être admis.

Source : Journal officiel du dimanche 28 janvier 1945 et Journal officiel du dimanche 4 mars 1945 (où l'on trouve les noms des hommes de la commission).

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
poddichini
Membre d'honneur
Membre d'honneur
poddichini

Nombre de messages : 23877
Localisation : Cismonte
Thème de collection : Coloniale et colonisation - uniformes, coiffures, archives
Date d'inscription : 06/08/2014

Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 EmptyMar 12 Nov 2019 - 13:29

Bonjour,

Les épreuves écrites du concours d'entrée à l'ENFOM, pour 1945, se déroulent dans dix villes : Paris, Nantes, Nancy, Bordeaux, Marseille, Montpellier, Grenoble, Toulouse, Alger et Rabat. On a toujours plusieurs épreuves : composition française, histoire de la colonisation française, géographie économique et humaine, morale et sociologie. 85 places sont ouvertes pour les sections indochinoise, d'Afrique noire, malgache, nord-africaine. Parmi ces 85 places, six sont réservées au corps des administrateurs des services civils de l'Algérie.
Les candidats admissibles pourront bénéficier de majorations suivant certaines conditions : acte de résistance homologué par les organismes qualifiés du ministère de la Guerre ou du Conseil national de la Résistance : majoration de 10 points ; blessés de guerre ou blessés au cours d'un acte de résistance à main armée, ou titulaire d'une citation dans l'armée ou dans les FFI : majoration de 20 points ; médaillés militaires ou chevaliers de la Légion d'honneur : majoration de 40 points. Ces majorations ne peuvent pas être cumulées, mais peuvent s'ajouter à celles prévues par le règlement du concours (ayant trait aux diplômes). Une justification est demandée pour bénéficier de ces majorations.

Source : Journal officiel du vendredi 9 mars 1945.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Sur les bancs de l'Ecole coloniale   Sur les bancs de l'Ecole coloniale - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur les bancs de l'Ecole coloniale
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Gala de fin d'année Ecole de danse Artkdanse
» TP Algerie coloniale Ob.
» Ecole de maquillage
» Ecole de design : besoin d'aide
» Ecole fx

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le Forum Passion-Militaria :: Après la seconde guerre mondiale ... :: Troupes coloniales et troupes d'Afrique-
Sauter vers: