le Forum Passion-Militaria

le Forum Passion-Militaria

Le forum PassionMilitaria, n°1 en langue française dans le monde !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  PM'AriaPM'Aria  PM sur FacebookPM sur Facebook  

La Bourse Passion Militaria est FERMÉE.




Rejoignez la page officielle PassionMilitaria sur Facebook !

C'est par ici !



Partagez | 
 

 Décorations Belges

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Décorations Belges   Ven 6 Jan 2017 - 12:55

Bonjour,

Je refais un post avec ma collection de décorations Belges, j'essaierai dans la mesure du possible, d'y joindre un petit explicatif des conditions d'attributions, etc... ou un lien expliquant ces conditions.

Cdlt,
Stef
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Ven 6 Jan 2017 - 12:56

Plaque de Grand Officier de l'Ordre de Leopold avec sa rosette




https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_de_L%C3%A9opold


Dernière édition par Tinky le Ven 6 Jan 2017 - 12:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Ven 6 Jan 2017 - 12:57

Plaque de Grand Officier de l'Ordre de Léopold II



https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_de_L%C3%A9opold_II
Revenir en haut Aller en bas
kristiaan
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 5347
Age : 57
Localisation : anvers
Thème de collection : L'aventure! Militaire ou civile jusqu'a +/-1960.
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Ven 6 Jan 2017 - 20:43

Bonsoir,
deux bien belles plaques!
Sur ma liste! Mais encore rarement rencontrer (je parle de broc, SdV, ou vide maison.)
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Ven 6 Jan 2017 - 21:39

Salut,

Merci, j'en ai une deuxième de Léopold II avec son écrin, elle viendra plus tard.

Stef
Revenir en haut Aller en bas
kristiaan
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 5347
Age : 57
Localisation : anvers
Thème de collection : L'aventure! Militaire ou civile jusqu'a +/-1960.
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Sam 7 Jan 2017 - 6:20

Bonjour,
ha , oui! En plus....! Wink
Revenir en haut Aller en bas
gth94
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 3919
Age : 55
Localisation : france
Thème de collection : Décorations
Date d'inscription : 06/03/2013

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Sam 7 Jan 2017 - 9:59

Bonjour
Très belles plaques.
J'ai toujours un probléme pour les dater. À part le passage à la légende bi-lingue.
Si vous avez quelques infos ...
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 8 Jan 2017 - 8:09

Salut,

Merci, pour les dater, j'ai eu une info par un autre fofo (pour Degreef uniquement), c'est l'adresse dessus. Après la rue du midi, la maison Degreef est parti à Forest près de la salle de Forest-National. Pour déménager il y a 2-3 ans Boulevard Émile Jacquemain près de De Brouckere, toujours à Bruxelles.
Donc ces plaques ci serait entre 51 et fin années 80, pour être plus précis, il faudrait contacter le fabricant. Pour Degreef, pas de soucis, pour ceux qui n'existe plus...

Stef
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 8 Jan 2017 - 8:13

Ruban (écharpe) de Grande Croix de l'Ordre de la Couronne:



https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_de_la_Couronne_(Belgique)
Revenir en haut Aller en bas
Xav087
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 282
Age : 30
Localisation : Belgique, province du Lux
Thème de collection : Us ww2, belge ww2 et ww1
Date d'inscription : 11/10/2016

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 8 Jan 2017 - 9:10

Magnifique, j'aimerais tant me lancer dans les décorations....le problème c'est que j'ai peur de tomber sur des daubes Rolling Eyes ...en tout cas elles sont superbes Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Lun 9 Jan 2017 - 20:51

Médaille du Groupe Athos




Un peu de lecture sur le groupe Athos:

Les exploits qu'on va raconter mettent en lumière un groupe de résistants dénommé '' Athos ''
Le groupe '' Athos '' est rattaché au service '' Zéro ''. Ses fondateurs, le parachutiste Jean Cornez, qui sera fusillé pendant l'hiver 1942, Fernand Cannoot, responsable de l'ensemble, Edouard Cuvelier, René Mampuys, qui a eu des responsabilités dans le 2ème Bureau de l'état-major belge, et André Moyen, qui est le chef du groupe d'intervention de ''Athos '' auraient tout aussi bien pu l'inscrire à l'inventaire de la Résistance armée ou de sabotage. En fait, ils se sont camouflés dans les services de surveillance des fraudes en matière de ravitaillement, qui dépendait administrativement du Ministère de l'Agriculture et d'une coopération mise sur pied en marge de cette administration, et non sans quelques infiltrations discutables au bénéfices de la collaboration.

Fernand Cannoot ( Athos ) et André Moyen ( Capitaine Freddy ) sont dans la Résistance belge des hommes pas comme les autres. Manipulant facilement pistolets et carabines, disposant de véhicules portant les plaques du Ministère de l'Agriculture, ils rendront à un certain nombre d'autres mouvements de signalés services, assumant des missions de sécurité, mettant fin aux agissements de quelques mauvais citoyens et de traîtres infiltrés par les polices d'occupation, s'étant rendus coupables de coups de main sur les centres de timbres de ravitaillement ou même sur les coffres-forts de certains bureaux de poste.
Les deux récits qu'on relatera ici ne sont certainement pas les exploits les plus importants ni de Athos, ni du Capitaine Freddy. En revanche, ils sont peut-être parmi ceux qui expriment le mieux une certaine forme de refus de l'occupation et une volonté de participer à la libération de la patrie.
Au carrefour de Menuchenet, près de Bouillon, l'armée allemande a installé très rapidement un important centre de radio-communications. A cinq kilomètres à la ronde, tout ce qui approche du carrefour a été vidé. Plus de fermes, plus d'exploitation agricoles, plus d'habitations. Menuchenet, est un élément du dispositif de protection de la Ruhr et du sud de l'Allemagne contre les raids de bombardiers alliés qui se font de plus en plus destructeurs.
En 1943, Menuchenet est exactement sur le trajet des bombardiers qui se dirigent vers leurs objectifs militaires dans le sud du Reich. A soixante kilomètres de là, une sous-station installée à Sart-Saint-Laurent avise Menuchenet de l'approche des escadres aériennes britanniques ou américaines. Aussitôt tout l'appareil de défense anti-aérienne ou de camouflage est alerté.

Le chef du secteur Athos pour la région est l'instituteur Norbert Mohy, dont le nom de guerre est Noël.
Noël est un surprenant observateur. Sa formation pédagogique l'a amené à être dans ses rapports concis, précis et détaillé. Or, il a réussi à faire engager une équipe de travailleurs aux alentours de la station de télécommunications. Ainsi Athos est-il en possession d'un plan détaillé de Menuchenet et de son appareillage. En avril 1943 parvient à Freddy un rapport de Noël indiquant une découverte prometteuse.

Les tuyaux d'évacuation d'eau de la base ont été ainsi conçu et disposés qu'il n'est pas impossible à un homme de s'y glisser. Tout aussitôt des mesure d'entraînement sont prises. On concentre des explosifs dans les environs. Marcel-Hubert Grégoire, qui fut dans le sud-est du pays un résistant auquel justice n'a pas été rendue, remplit son side-car de T.N.T et passe tranquillement un contrôle allemand pour l'apporter à Noël.

Il faut savoir que les hommes d'Athos ont mis de leur côté beaucoup de « chances ». Avec l'aide du contremaître de l'imprimerie Duculot à Gembloux, ils ont constitué un jeu de faux papiers que l'oeil pourtant averti des policiers n'arrive pas à déceler. Même les documents imprimés sur un fond spécial, très difficile à imiter, sortent à la perfection des mains d'Armand Houard, ce contremaître bossu et héroïque. Des ports d'armes, des permis de circulation de nuit, des feuilles de timbres de ravitaillement résistent ainsi à tous les contrôles. Mais Athos ne s'en est pas contenté. Il a créé -- lisez bien ceci et vous découvrirez l'une des plus énormes audaces de ce groupe de résistance --, il a créé une « Speziale Polizei » auprès du Commandement militaire du pays occupé! Cette police spéciale, munie de documents abondamment cachetés pouvant accorde une autonomie d'action à peu près complète et l'autorisation d'être armé, cette police, tout simplement, n'existe pas. Mais dans l'enchevêtrement des services d'occupation et des autorités de toutes sortes qui rivalisent et donc les compétences se chevauchent, jamais, semble-t-il, un membre d'une autre police ou un membre de l'armée n'a conçu le moindre doute quant à l'existence de la « Speziale Polizei », dont les agents n'étaient autres que les hommes du commando du Capitaine Freddy.

C'est à ses hommes -là évidemment, que l'opération de Menuchenet va être confiée. On leur remet, outre le T.N.T., deux crayon à retardement susceptibles de mettre le feu à tout ce qui les entoure. Ces crayons, un agent du réseau « Boucle », les a remis à Freddy. Ce dernier se rend régulièrement dans l'imprimerie de la rue du Houblon à Bruxelles où s'impriment chaque jour un certain nombre de périodiques à la solde de l'occupant. Un autre brillant résistant, Jardini, adjoint du chef du réseau Boucle, l'y accueille et assure de précieuses liaisons. C'est ainsi qu'en ce mois d'avril 1943, un des hommes d'Athos s'introduit dans les tuyaux d'évacuation d'eau de la base ennemie de Menuchenet. Il débouche sans difficulté au cœur même de la base en ayant passé sous tous les postes de contrôle. Il n'a plus qu'à soulever une taque qui ferme la chambre de visite des tuyaux amenant l'eau. A sa droite se trouvent les tableaux de contrôles de l'appareillage de télécomunication. A sa gauche, la cabine à haute tension de la base. Le T.N.T. de Marcel-Hubert Grégoire, les crayons incendiaires à retardement de Jardini sont déposés à l'endroit le plus indiqué qu'aucune imagination de résistant eût pu rêver. L'explosion a lieu.
La base est hors d'usage pendant un délai que les autorités d'occupation n'ont pu raccourcir, étant donné l'urgence, qu'en amenant de Charleville une génératrice de secours. Mais le coup était à ce point impensable et la responsabilité des préposés à la sécurité de Menuchenet se trouvait à ce point engagée que l'affaire fut étouffée. Il n'y a pas eu de représailles. Très probablement même, le rapport sur « l'accident » n'a pas dû dépasser une autorité relativement proche et subalterne.

Par contre un rapport sur le même sujet, modeste, précis et concis, émanant de Noël et rédigé de sa plus belle écriture sera déposé à « l'Imagerie de Notre Dame » à Bertrix, où se trouve la boîte aux lettres de Athos acheminant le courrier vers les responsables du groupement et vers les services de Londres, où l'on n'y croira d'ailleurs qu'à moitié.
Car à ondres on est sceptique. On doute souvent, plus souvent qu'il ne faudrait, de la capacité de la Résistance à réussir des opérations aussi efficaces.

Le deuxième récit qui trouve sa place ici baigne dans le même scepticisme. Nous sommes en novembre 1943 et à Beauvechain. Située à proximité de Wavre, de Louvain et de Jodoigne, Beauvechain est une importante base aérienne d'où décollent des Messerschmitt 110. Ces anciens chasseurs bombardiers ne sont plus opérationnels. Ils ont été équipés en avions de surveillance. Pendant la période où ils avaient été opérationnels, Athos avait d'ailleurs réussi à faire engager quelques-uns de ses hommes dans les équipes d'entretien de la base, en sorte que Londres recevait régulièrement des rapports sur l'état des appareils lors de leur retour des opérations sur la Grande-Bretagne, et sur leur capacité de reprendre le chemin de l'île assiégée.

En 1943, apparaissent à Beauvechain des appareils qu'Athos connaît. Il s'agit de radars de vol destinés à équiper certains M.110. Ces radars portent le nom de code de Salzburg. Ils ont été inventés par un ingénieur chèque anti-nazi qui travaille dans les usines Philips d'Aix-la-Chapelle et avec lequel Athos a certains contacts. Rapports et documents sont préparés à l'intention de Londres. Ils vont partir par la voie habituelle, c'est à dire qu'ils seront envoyés vers un appartement secret de la Place Meyser à Bruxelles où le service Zéro rassemble des documents destinés à ce que l'on appelle l'Intelligence Service.

Après un tri auquel participe René Mampuys, les rapports filmés et dépelliculés sont emportés vers les Pyrénées. Les plus imortants sont éventuellement résumés par un message codé que l'un des « pianistes » de Zéro en Belgique ou en France transmet en priorité à l'état-major allié.
Londres ne perd pas un moment pour inviter Zéro et Athos à s'occuper de choses sérieuses et à ne pas se laisser offrir des informations qui ne peuvent qu'être le fruit d'une campagne d'intoxication du contre-espionnage ennemi. Pour les spécialistes alliés, ce genre de radar n'est pas pensable.

Le capitaine Freddy et ses hommes ne sont pas du genre à se laisser facilement décourager. On reprend l'enquête à son point de départ.
Les Messerschmitt et leur radar deviennent un objectif prioritaire. Au sein de cette priorité le commandant de la base de Bauvechain est lui aussi une priorité. Que Londres jusqu'ici ignore. C'est un personnage de roman policier, buveur, coureur de filles. Il est exactement cette caricature de l'adversaire facile à manipuler et à intoxiquer, auquel les auteurs de romans policiers recourent pour sortir des impasses et des suspenses que leur imagination à échafaudés. Notre homme est de plus un Allemand des sudètes qui n'est pas du tout nazi. En échange de pas mal de facilités qui lui sont apportées, il devient un agent du commando du Capitaine Freddy. Cette fois les précisions transmises à Londres ne permettent plus de doute. Elles ont été vérifiées par deux agents particulièrement qualifiés. 'un, René Hofmann est un technicien d'aérodrome L'autre, M. Jacquet, sera, après la guerre, l'un des responsables de l'aéroport national de Zaventem-Bruxelles.

L'intervention de ces techniciens et la précision du deuxième rapport qui parvient à Londres vaut cette fois à Zéro, à Athos et au commando de Freddy de chaleureuses félicitations et une invitation très insistante à faire parvenir à l'état-major de la R.A.F. de nouveaux rapports sur les radars « Salzburg ».
On a été piqué au vif chez Athos par le scepticisme des premières réponses de Londres. Aussi propose-t-on tout simplement de voler l'un des Messerschmitt équipé de son radar. Miracle, Londres que ce Salburg inquiète fort, ne dit plus non. Au contraire, on annonce le parachutage et l'arrivée de deux experts de la R.A.F. La ligne d'évacuation « Comète » sera associée à l'opération. Athos et Comète ont deux brillants agents de liaison. L'un est Ernest Marchal surnommé « Signal » parce qu'il a réalisé le faux numéro de la revue de propagande allemande du même nom. L'autre est d'ailleurs le principal artisan du « Faux Soir » Marc Aubrion. Athos a été équipé par leurs soins de ces nouveaux appareils S. Phone qui permettent une véritable conversation entre le sol et un avion. Ainsi, un beau matin de décembre 1943, sont parachutés à Piétrebais dans le Brabant wallon un Canadien et un Néo-Zélandais qui ont accepté la mission de faire décoller le Messerschmitt attendu à Londres.

Il y a une difficulté. Quand on dit qu'il y en a une, on ferait mieux de dire qu'il y en a beaucoup. Mais celle-ci est sérieuse. Les moteurs de cet appareils doivent « chauffer » pendant près d'une heure avant qu'on puisse le faire décoller. Et il n'est pas facile de faire chauffer un moteur sans que cela s'entende! Qu'à cela ne tienne. Le commandant de Beauvechain, qui sent venir la fin de la guerre et dont l'anti-nazisme s'exaspère, ne refuse pas de disposer, une certaine nuit, autour de l'un des Messerschmitt qui aura été « mis à chauffer », un groupe de ses hommes prêts à ne pas s'opposer au coup de main préparé.

Cette nuit de décembre 1943, les hommes de Freddy et les deux parachutés se glissent sous la barrière de sécurité qui entoure la base de Beauvechain. Un passage a été aménagé dans le fossé. Mais c'est pour se trouver nez à nez avec une sentinelle bien décidé à faire son devoir et qui n'appartient pas, elle, au groupe de candidats traîtres que le Sudète a promis de disposer pour cette nuit-là sur le terrain. La sentinelle est tout aussitôt abattue par un des hommes de freddy. Nécessité fait loi!
L'appareil, lui est prêt. Bien sûr, il devra décoller sans éclairage. Au dernier moment les deux parachutés, traumatisés apparemment par le fait qu'il a fallu abattre une sentinelle et parce qu'il y a une évidente allergie entre la mentalité d'un officier et celle d'un résistant, refusent de décoller clandestinement, déclarant que le risque est trop grand. Il faut abandonner l'opération. C'est, très normalement, aux pilotes que la décision appartenait.
Athos, qui n'est pas sans ressources, saura se retourner dans les semaines suivantes vers l'inventeur Tchèque pour se procurer finalement l'un des radars secrets, grand comme une boîte à cigares, qui parviendra, un peu plus tardivement, en Grande-Bretagne.

La ligne d'évacuation Comète reprendra en charge le Néo-Zélandais et le Canadien qui, grâce à elle, se retrouveront en Angleterre.
Les hommes du Capitaine Freddy ont emmené le corps de la sentinelle qui aura été la seule victime de cette opération dont on pouvait attendre une éclatante réussite.
Comme tant d'autres actions de la résistance, celle-ci aura été au dernier moment victime d'un de ces accidents humains qui changent la face des événements. Mais comme ni l'officier sudète ni ses complices n'avaient le moindre désir d'ébruiter leur complicité avec des « Terroristen », le soldat qui avait sacrifié la vie à son devoir fut réputé déserteur. Il resta introuvable pour d'évidentes raisons
Mais il n'y eut ni prise d'otages ni représailles.


Sources:
"Histoire de Résistants" par W. Ugeux, page 145 et suivantes, paru aux Editions Duculot, 1979.
http://www.freebelgians.be/news/news.php

Cdlt,
Stef


Dernière édition par Tinky le Sam 14 Jan 2017 - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Mar 10 Jan 2017 - 20:39

Bonsoir,

La médaille des Trois Cités.



La Médaille des Trois Cités est créée en 1955 par les communes d'Ypres, Dixmude et Nieuport pour honorer les combattants français et belges qui ont participé aux combats de la Première Guerre Mondiale autour de ces villes, chacune des villes étant matérialisée par une agrafe en bronze.
Le ruban est jaune avec aux extrémités des liserés rouges et noirs formant le drapeau de la Belgique.
Le jeton en bronze de forme octogonal porte sur l'avers une couronne de lauriers et une croix émaillé de jaune avec en son centre le lion des Flandres ayant la langue rouge, entourée par le nom des trois cités Nieuwpoort, Duiksmude, Ieper et des dates 1914-1918.
Sur le revers, on retrouve le motif de croix surmontée par des phylactères portant l'inscription ' Vlaams Kruiz der Drie Steden' (Croix Flamande des trois Cités)et 'Vlaamse Erkentelijkheid' (Reconnaissance flamande).
Il existe deux fabrications caractérisées par une infime différence: la couleur de la langue du lion, rouge (la plus fréquente) ou noire.
Si l'ancien combattant a droit à 2 ou aux 3 agrafes, il ne reçoit qu'un brevet avec un sceau et une simple attestation par agrafe supplémentaire.

Cdlt,
Stef
Revenir en haut Aller en bas
gaby76
Ici, c'est chez moi !
Ici, c'est chez moi !
avatar

Nombre de messages : 4082
Localisation : normandie
Thème de collection : Décorations allemandes de 1870 à 1957
Date d'inscription : 22/05/2016

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Mar 10 Jan 2017 - 21:22

Bonjour de magnifiques médaille bravo
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Mer 11 Jan 2017 - 20:04

Bonjour,

La médaille du Groupe G

Petit historique du Groupe G (tiré du net)

En janvier 1942, un petit groupe d'anciens étudiants issus de l'Université libre de Bruxelles, qui avait créé une première cellule de sabotage dont sera également issu le Groupe D du Service de Sabotage Hotton, met sur pied, à l'instigation d'André Wendelen, ancien étudiant, parachuté par le SOE dans le cadre de la mission Mandamus, un premier comité de réception qui assumerait la responsabilité des parachutages de matériel et d'hommes. Bientôt quelques professeurs (notamment Jean Lameere et Pierre Baudoux) vont rejoindre le groupe en devenir.
Au départ, encore un groupuscule intellectuel mais c'est grâce à ces intellectuels que rien ou presque rien n'y sera improvisé. Ni les études théoriques ni les confrontations interminables ne seront évitées. C'est dans leur cadre que Jean Burgers révèle ses qualités de chef. Bientôt, des centaines de gens de tous les horizons vont venir étoffer les effectifs du groupe.
Jean Burgers en sera le fondateur et l'organisateur du groupe. il en sera le premier commandant national. Burgers choisira le nom de Fernand Gérard comme nom de guerre, ce qui donnera son nom à l'organisation : Groupe Gérard d’abord qui deviendra enfin le Groupe G.
Le groupe G va s’entourer toute la guerre d’un épais mystère pour se protéger de l’ennemi. Tout ce que l’on sait de lui à cette époque, c’est que c’est un mouvement de résistance.




Quand on sait que le Groupe G a compté seulement 4046 membres officiellement reconnus, on peut imaginer la rareté de la médaille.

Cdlt,

Stef
Revenir en haut Aller en bas
kristiaan
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 5347
Age : 57
Localisation : anvers
Thème de collection : L'aventure! Militaire ou civile jusqu'a +/-1960.
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Jeu 12 Jan 2017 - 20:01

Bonsoir,
trés interessant.
Je ne connaissais pas la médaille du Groupe Athos, ni celle du Groupe G.
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Jeu 12 Jan 2017 - 20:31

Salut,

Merci, ce sont des médailles pas courante surtout celle du groupe Athos.

Chevalier de l'Ordre de Léopold I version militaire avec glaives, la médaille a appartenu à Emile MARSIGNY, soldat au 15ème de Ligne.
Il a reçu la Croix de Guerre avec palme, la médaille militaire 2émé classe, la médaille des volontaires combattants, la médaille de la victoire et la médaille commémorative de la campagne 14-18.





Cdlt,
Stef
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Jeu 12 Jan 2017 - 20:31

Médaille commémorative de la Guerre de 1870-1871

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9daille_comm%C3%A9morative_1870-1871

Cdlt,
Stef
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 15 Jan 2017 - 8:32

Bonjour,

Les Médailles des Centres de Recrutement Belges 1940.

Ces médailles, une pour chaque langue officielle en Belgique, étaient instituées le 12 avril 1990.

Dès le 10 mai 1940, obéissant aux ordres du lieutenant général Hubert Denis, ministre de la Défense nationale, plusieurs dizaines de milliers de jeunes hommes ont rejoint ou tenté de rejoindre, dans l'urgence et par leurs propres moyens, les Centres de Recrutement de l'Armée belge, communément appelés les C.R.A.B.

L'ordre fut donné aux hommes âgés de 16 à 35 ans par voie d'affiches signées par le ministre de la Défense nationale, par communiqués radio et dans la presse. Ils étaient près de 150 000 jeunes hommes concernés à se rendre, dans la plus totale désorganisation dans les Centres de Recrutement situés dans les cités du Hainaut et de Flandre-Occidentale.

Ces Centres ayant été fermés le 13 mai 1940, ils reçurent l'ordre militaire de se rendre en France.

Au cours de longues marches forcées, ces jeunes hommes traversèrent à pied, en vélo ou en bétaillères ferroviaires pour les plus chanceux, les villes de Saint-Quentin, Abbeville, Rouen, Toulouse, Nîmes, Montpellier et bien d'autres, pour rejoindre les camps et cantonnements du Midi de la France.

Ceux qui ne furent pas enjoints de stopper par ordre de la gendarmerie française et qui atteignirent les camps prévus, y furent alors commandés militairement. La majorité d'entre eux reçut lecture des lois militaires.

Beaucoup d'entre eux furent affectés au bénéfice de la Défense et des administrations publiques ou engagés par des civils. D'autres furent envoyés en première ligne pour renforcer et aider le génie militaire français à creuser des tranchées.

Le 28 mai 1940, ils ne furent pas touchés par la reddition de l'Armée belge combattante. Les C.R.A.B. ont ainsi vécu plus d'un trimestre consignés dans les cantonnements, sans aucun confort, mal logés, mal nourris, avec leurs vêtements et chaussures en lambeaux. Alors que les militaires qui les encadraient étaient en uniforme, portaient des casques et de grosses chaussures, étaient armés, ravitaillés par l'intendance militaire, accompagnés d'équipes médicales et percevaient leurs soldes, les C.R.A.B. étaient, quant à eux, en vêtements civils, sans protection contre la pluie, sans défense ni aucune sécurité, sans percevoir de solde et avec une aide médicale ou alimentaire déficiente.

Une autre différence entre les militaires et les C.R.A.B. était que les premiers portaient une médaille sécable d'immatriculation, alors que les C.R.A.B. n'étaient aucunement identifiables. Étant donné que les compagnies furent créées à la hâte et que les C.R.A.B. provenaient de régions diverses, il est arrivé que personne ne puisse donner le nom d'une victime membre des C.R.A.B.

Parmi les victimes de l'offensive allemande figurent des centaines de C.R.A.B., tués dans les bombardements ou dans les escarmouches, soit encore fusillés par les Allemands (parce qu'ils étaient soupçonnés d'être francs-tireurs) ou enfin décédés des suites de leurs blessures, d'épuisement, de malnutrition ou de maladies infectieuses contractées dans les camps et cantonnements insalubres du Sud de la France.

Ces jeunes gens dans les camps furent constitués en « compagnies », chargées, par réquisition de l'armée française, de creuser des tranchées au Nord de Paris où certains furent mitraillés, bombardés, blessés ou tués. D'autres, suite à l'avancée rapide des troupes allemandes passèrent la frontière suisse et furent internés pendant près d'un an.

Selon les hasards des rapatriements, les C.R.A.B. restèrent dans les cantonnements de 3 à 4 mois. Le moment du retour en Belgique fut, pour beaucoup, la seconde quinzaine du mois d'août 1940.

Les décorés flamands reçoivent la médaille avec en avers "RCBL".


Les Wallons une médaille avec "CRAB".


La petite communauté belge parlant l'allemand se voyaient reçevoir la médaille avec "RZBH".


Cet abréviation se traduit pour tous en "Centre de Recrutement de l'Armée Belge" (CRAB). Les revers des médailles porte le millésime "1940".

Un décernement posthume ne fût pas considéré.


Bien qu'instituées en 1990, ces médailles sont assez rare de nos jours

voici celles de ma collection personnelle:



Source : Le coin des médailles d'Hendrick, collection Tinky, document législatif sénat belge du 12/07/2005
__________________
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 15 Jan 2017 - 8:32

Bonjour,

La Médaille Belge Commémorative des Campagnes d'Afrique.

Cette médaille était destinée aux participants des campagnes du Cameroun, de Rhodésie, dans l'Est-Africain allemand ou sur les frontières orientales du Congo Belge entre 1914 et 1918.
Elle fut créée le 21 février 1917, en argent (pour Européens) et en bronze (pour indigènes). Le ruban est bleu clair aux bords jaunes.

Médailles argent et bronze.


Une campagne en 1917, partant du Tanganika dans l'Est-Africain allemand et se terminant avec l'occupation de la ville de Mahenge, est commémorée par une barrette "MAHENGE", instituée en 1931.

Barrette "MAHENGE"


L'avers de cette médaille montre un lion, les pattes de devant sur un rocher avec au fond, d'autres rochers et quelques plantes et arbres tropicaux. En haut se trouve une petite étoile qu'on revoit sur le revers, entourée des dates "1914" et "1916" (type 1) ou "1917" (2e type).

Avers et revers de la médaille.


Le revers est pris dans un listel de 3 branches de laurier, partiellement couvert des noms de régions (majuscules) et localités (minuscules) où les troupes ont combattu :

o KAMERUN
o OUESSO ASSOBAM
o MULUNDU JAUNDE
o AFRIQUE ORIENTALE ALLEMANDE
o KIGALI
o NUANSA UDJIJI
o USUMBURA BIARAMULO
o KITEGA ST MICHEAL
o TABORA

Mon exemplaire:




Cdlt,
Stef
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 15 Jan 2017 - 8:33

Bonjour,

La médaille du prisonnier politique belge WW2




Décernée à ceux qui, pendant la guerre, étaient arrêtés comme prisonnier politique.

Croix argentée, établie le 13 novembre 1947, a souvent sur son ruban une barette indiquant la période d'emprisonnement : sur la barette se trouvent 1 à 4 étoiles, une étoile comptant pour 6 mois de prison. Si le décoré était emprisonné pour une période plus longue, une deuxième barette avec le nombre d'étoiles qui convient est ajoutée à la première. Au cas ou la croix est accordée à titre posthume, la personne à décorer n'ayant pas survécu à son emprisonnement, une barette en émail noir est mise - éventuellement au dessus de la barette normale- sur le ruban et sa veuve, sa mère ou son père peuvent porter la décoration.

Il est remarquable qu'aucune provision n'est faite pour le port de cette décoration par le mari d'une prisonnière morte - toutes les prisonnières politiques étaient apparement supposées d'être célibataires !

L'avers de la Croix de Prisonnier Politique porte, dans le médaillon, un triangle rouge, la pointe en bas, avec une lettre "B" en émail noir (le triangle de classification que les prisonniers politiques devaient porter sur leur uniforme de prisonnier). Le ruban est blanc avec des rayures en bleu clair, symbolisant l'uniforme des prisonniers.


Les connaisseurs reconnaitront les similitudes avec l'Auschwitz Cross



Sources: collection Tinky, le coin des médailles d'Hendrick

Cdlt,
Stef
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 15 Jan 2017 - 8:33

Bonsoir,

Merci pour ta collaboration, les miennes viendront plus tard.

Médaille de l'Armée du Rhin



Petit historique: https://chaf6140.wordpress.com/test1/18-occupation-belge-de-la-rhenanie-1918-1929/

Cdlt,
Stef
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 15 Jan 2017 - 8:41

Bonjour,

Plaque de Grand Cordon de l'Ordre de Leopold I version civile en fil d'argent et d'or

Je ne sais pas si cette plaque est bien originale, elles sont extrêmement rare mais la finition est très bonne et je ne vois pas ça au théâtre (trop cher à produire pour un simple accessoire).



Rappel pour l'ordre de Leopold I
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_de_L%C3%A9opold

Cdlt,
Stef
Revenir en haut Aller en bas
komsomol
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 213
Localisation : essonne
Thème de collection : Pacte de Varsovie
Date d'inscription : 09/12/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 15 Jan 2017 - 10:25

Salut, est-ce qu'il existe un livre de référence un tant soit peu exhaustif sur le sujet? Il y a beaucoup de faux qui traînent en bourse?
Je suis un fou de Ciney et je me tâte car le sov est devenu totalement vérolé...
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 15 Jan 2017 - 10:30

Salut,

Oui, il y en a, j'ai pour ma part:

-Le recueil illustré des Ordres de Chevalerie et Décorations Belges de 1830 à 1963 par H. Quinot
-Les distinctions honorifiques de la collection de Brouwet (Musée royal de l'armée)
-175 ans de l'Ordre de Leopold et des Ordres nationaux Belges.

Le Quinot est une bible pour les décorations belges, toutes les conditions d'attributions et les descriptifs y sont. Bien sûr pour les médailles officielles, les autres c'est une autre paire de manche.

Stef

Revenir en haut Aller en bas
kristiaan
Membre d'honneur
Membre d'honneur
avatar

Nombre de messages : 5347
Age : 57
Localisation : anvers
Thème de collection : L'aventure! Militaire ou civile jusqu'a +/-1960.
Date d'inscription : 18/10/2013

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 15 Jan 2017 - 10:43

komsomol a écrit:
Salut, est-ce qu'il existe un livre de référence un tant soit peu exhaustif sur le sujet? Il y a beaucoup de faux qui traînent en bourse?
Je suis un fou de Ciney et je me tâte car le sov est devenu totalement vérolé...
Bonjour,
je viens d'ouvrire le sujet a la modération; d'essayer d'ouvrire un site connecter au forum, qui traiterais du sujet.
Vu que de bien beaux site ont disparus.
Revenir en haut Aller en bas
komsomol
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 213
Localisation : essonne
Thème de collection : Pacte de Varsovie
Date d'inscription : 09/12/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 15 Jan 2017 - 10:44

Pas d'étude photographique systématique? Le Quinot semble être un recueil de gravures à l'ancienne?
Revenir en haut Aller en bas
komsomol
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 213
Localisation : essonne
Thème de collection : Pacte de Varsovie
Date d'inscription : 09/12/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 15 Jan 2017 - 10:46

kristiaan a écrit:
komsomol a écrit:
Salut, est-ce qu'il existe un livre de référence un tant soit peu exhaustif sur le sujet? Il y a beaucoup de faux qui traînent en bourse?
Je suis un fou de Ciney et je me tâte car le sov est devenu totalement vérolé...
Bonjour,
je viens d'ouvrire le sujet a la modération; d'essayer d'ouvrire un site connecter au forum, qui traiterais du sujet.
Vu que de bien beaux site ont disparus.

J'ai fait une bourde? Si tu parles de stockage d'images pour éviter la disparition des images de sites qui ne sont pas pérennes, il faut que ce forum stocke lui-même ses images. C'est pas le même tarif d'hébergement... (voir le très bon forum insignes médailles en France par exemple...)
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Dim 15 Jan 2017 - 11:12

Bonjour,

Non, non, tu n'as pas fait de bourde lol!
il y a des faux, c'est certain mais c'est très limité, les médailles belges ne se vendant pas à prix d'or (en tout cas pour les basiques), Pour les Ordres, il doit peut-être y en avoir, concernant les plaques, je privilégie toujours celles en argent, celles en métal argenté ou doré sont fabriquées aussi de nos jours mais je pense plus facile et moins chère à reproduire.
Revenir en haut Aller en bas
Tinky
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 10873
Age : 41
Localisation : Bastogne
Thème de collection : 10th AD / coiffes belges WW1/WW2/corée
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Lun 16 Jan 2017 - 19:52

Bonjour,

Croix de Déportés 1914 – 1918




La médaille a été créée le 27 Novembre 1922 et attribué aux Belges qui ont été déportés en Allemagne dans la Première Guerre mondiale et soumis au travail forcé.
Le 26 Octobre 1916, face aux pénuries de matières et de main-d'œuvre, le gouvernement allemand a annoncé la mise en œuvre d'une politique de déportation.
L'objectif déclaré de 20 000 travailleurs par semaine s'est avéré irréaliste.

Les problèmes pratiques et l'augmentation des troubles sociaux en Allemagne ont entraîné l'annulation de la politique en Février 1917 mais plus de 50.000 Belges avaient déjà été déportés.
Quelques 55.000 exemplaires de cette croix en bronze, créée le 27 novembre 1922, ont été décernés. Les déportés, qui par leur âge, auraient pu entrer en service militaire, ne recevaient pas cette décoration.
 
Les déportés qui mouraient à cause de leur déportation, recevaient à titre posthume l'insigne de Chevalier dans l'Ordre de Léopold II avec rayure d'or.
L'avers et le revers de la croix sont identiques et portent uniquement les années "1914" et "1918" sur les bras horizontaux; le ruban est rouge foncé avec des chevrons aux couleurs nationales belges

Cdlt,
Stef
Revenir en haut Aller en bas
medaille 71
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 5256
Localisation : Bourbonnais
Thème de collection : médailles, uniformes et coiffures brodés...
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Décorations Belges   Lun 16 Jan 2017 - 19:59

Salut,
de biens belles pièces!!!
Par contre la plaque en cannetille est une copie.(le lion est tres caractéristique et très vilain)
On trouve celle ci aussi:(lion tres amélioré en rapport aux originaux c'est presque parfait)



cdt.


Dernière édition par medaille 71 le Lun 16 Jan 2017 - 20:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Décorations Belges   

Revenir en haut Aller en bas
 
Décorations Belges
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [INFO] Opérateurs et forfaits belges ?
» Ordre de classement de décorations
» [SOFT] AG JOURNAUX BELGES : Tous les journaux belges dans la même application [Payant]
» Les Ardennes belges... avec Bouillon
» Les Belges dans la Grande Armée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le Forum Passion-Militaria :: Le coin de Peter (BMC): être collectionneur ! :: Vos collections-
Sauter vers: